Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Rectify. Saison 2. Episode 4. Donald the Normal.

17 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-07-14-00h26m52s56.jpg

 

Rectify // Saison 2. Episode 4. Donald The Normal.


Il y a quelque chose d’étonnant dans cet épisode et qui dénote avec le reste des épisodes de Rectify c’est l’utilisation de la musique. Il y a des cordes de violons qui sont tirées un peu trop fortes histoire de donner à certaines scènes de l’épisode le sentiment que Daniel Holden est en train de plus ou moins sortir de sa bulle. Il faut dire que la série sait très bien comment faire en sorte de garder le mystère qui entour le personnage de Daniel. Ce n’est plus vraiment une question d’innocence ou bien de culpabilité, c’est un personnage qu’il est impossible à décrypter. Tout simplement. Et c’est aussi ce qui rend cette série aussi addictive finalement. Je me demande ce que la suite de la saison nous réserve mais pour le moment c’est un vrai sans faute et surtout cet épisode qui est merveilleusement bien mis en scène. Le fait que cela soit complètement différent de ce que l’on avait pu voir dans la première saison et accessoirement depuis le début de la saison me plait. David Lowery parvient donc à mettre en avant tout ce qui forge le caractère de l’épisode. Car si la musique est importante c’est aussi une mise en scène à la fois calme et nerveuse. Notamment avec la scène dans cette galerie de tableaux. Cette scène est apaisante, Daniel fait la rencontre de Peggy et tout commence alors à s’accélérer.

Jusqu’à donner cette scène qui aurait très bien pu sortir tout droit de Breaking Bad où Daniel commence à fouiller un peu de partout et à tout démonter dans tous les sens. Une scène qui n’a pas de cohérence au premier abord si elle n’est pas remise dans son contexte. En tout cas, cette scène finale m’a tellement surpris et mis un coup de poing que j’ai hâte de voir ce que la suite nous réserve. Car là dedans il y a tellement de belles et bonnes choses. La rencontre avec Peggy, le personnage de Frances Fisher (Eureka) était terriblement bien construire. Petit à petit le tout délivre donc ce que l’on peut attendre de la part de la série, et même un peu plus encore. Le but est de connecter tout ce que Daniel rencontre alors qu’il passe la journée à Atlanta. Une journée qui va s’avérée être un véritable parcours. Dans un premier temps un parcours du combattant. Notamment car l’on sent que Daniel, malgré sa sortie de prison, n’est pas encore très à l’aise avec le fait d’être en liberté (le moment de sursaut quand il entend la sirène de police par exemple). Il y a donc tout un jeu qui est fait avec les sons dans cet épisode. C’est presque l’intrigue de l’épisode finalement, le jeu avec les sons.
vlcsnap-2014-07-14-00h30m37s1.jpgEt à côté de ça, Ted Jr et Tawney vont avoir une dispute des plus sensée et des plus intelligente. Rectify ne cherche pas forcément à jouer le contraste avec ce qui se déroule à Atlanta mais simplement à nous dire que finalement la relation entre les deux personnages n’est pas au beau fixe. Et ils ont bien raison de nous le démontrer. Puis il y a Amantha qui va postuler pour un job dans un magasin du coin. Son entretien d’embauche est certainement l’une des scènes les plus percutantes du personnage depuis le début de la saison. C’est un mélange de sincérité terrible et de constat pur et simple de la vie du personnage. En tout cas, j’ai presque envie de pleurer pour elle tant elle me fait de la peine. J’admire donc encore une fois ici ce que tente de faire la série. Après avoir isolé Daniel pendant tout un tas d’épisodes, cette semaine Rectify décide de le mettre réellement dans le grand bain afin qu’il puisse nous démontrer à quoi ressemble réellement sa vie face aux gens qui ne connait pas et un monde qu’il ne reconnait plus. Après tout, il a passé tellement de temps en prison qu’il ne connait plus les habitudes des gens et comment fonctionnent tout ce qu’il va pouvoir admirer.

Note : 9.5/10. En bref, l’un des meilleurs épisodes de Rectify. Merveilleux mais surtout audacieux.

Commenter cet article