Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Reporters. Saison 1. BILAN.

1 Septembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

l_00036430.jpg

 

Reporters // Saison 1. 8 épisodes.
BILAN


Depuis le début de l'été nous avons la chance de découvrir la très bonne The Newsroom d'Aaron Sorkin, très centrée sur les dialogues et les personnages. J'aime beaucoup le genre journalistique en séries, et je n'avais pas encore vu à quoi ressemblait ce que Canal + avait pu faire pendant deux ans sur le sujet. Créée par Olivier Kohn et Alban Guitteny, Reporters a voulue nous montrer les coulisses du journalistes et comment tout cela fonctionne vu de l'intérieur. Cela va aussi bien des investigations pas toujours très propres des journalistes aux exclus, à la fabrication d'une Une au dernier moment, sans parler de la vie de ces journalistes qui baignent constamment dans le stress de vendre plus de journalistes (chez 24 Heures) ou de faire plus d'audience (chez TV2F). Ce qui est amusant (enfin, pas vraiment) c'est comment cette saison était en avance sur l'actualité. L'affaire autour de Marie, enlevée par des dissidents, n'est pas sans rappeler l'affaire autour d'Ingrid Bettencourt. On peut donc se demander si Reporters n'a pas une valeur de documentaire avant l'heure. Et j'ai trouvé ça particulièrement bon.

Enquêtes périlleuses, manipulation des sources, rivalités internes, manoeuvres politiques, pression économique, course à l'audience... Les journalistes affrontent de nombreux obstacles pour découvrir la vérité... et la révéler. Ils se battent, réussissent, se trompent parfois. Ils sont tantôt admirés, tantôt critiqués, et pourtant... de leur liberté dépend la nôtre. Dans les coulisses du journalisme à travers le quotidien de deux rédactions : TV2F est une chaîne hertzienne financée par l'État. Une nouvelle directrice de l'information, Catherine Alfonsi, y a été nommée depuis quelques mois. 24 Heures dans le monde est un quotidien national du matin, fondé en 1975 par un groupe d'amis dont faisait partie l'actuel directeur de la rédaction, Albert Lehman. Ce journal est sur le point d'être racheté par un grand groupe industriel.
reporters5Parmi les bonnes choses de cette première saison, il y a tout d'abord Thomas Schneider, incarné par un Jérôme Robart (Un Village Français, Les Bleus) particulièrement convaincant. C'est le héros de l'investigation à TV2F. Il trouve des scoops et va surtout créer des scandales. Mais il a son équivalent en presse papier en la personne de Michel Cayatte incarné par le très bon Patrick Bouchitey (Les Invincibles, La Pire Semaine de la Vie). Reporters tente donc de nous raconter en plus des investigations de ces deux personnages, leur vie personnelle tourmentée. J'ai trouvé assez touchant le personnage de Michel. La relation qu'il entretient avec sa fille Elsa est de plus en plus proche alors qu'au départ, ce n'était pas vraiment ça. Notamment quand Elsa découvre que son père n'a guère à faire de son entourage en couchant à droite et à gauche avec des personnes pas toujours très propres. Evidemment, Reporters ne s'arrête pas là. Thomas est celui qui donne le plus de matière à l'investigation et l'information dans la série.

C'est aussi ce que j'ai préféré. Car il y a une trame secondaire particulièrement intéressante. Le gouvernement est trainé dans la boue, et certains personnages par la même occasion : Paul Guérin par exemple. En tout cas, petit à petit, la saison se construit. Au premier abord, on a une série d'investigations simplistes et pas forcément très élaborées. Puis ensuite, le journaliste devient un vrai enquêteur et va aller jusqu'au bout de son sujet afin d'offrir un dernier épisode plutôt jouissif dans sa manière de créer des retournements de situation. Pendant ce temps, on en profite pour nous parler de Florence Daumal, chroniqueuse politique qui semble jouer le jeu du nouveau propriétaire du journal. D'ailleurs, Florence va jouer assez gros dans la saison. Notamment quand elle va avoir un très joli scoop sur la libération de Marie Clément. Cependant, elle va le payer plus tard quand le gouvernement va vouloir que 24 Heures devient le journal qui transcrit sa parole.
reporters11.jpgReporters tente donc aussi de parler d'éthique journalistique. Ce qui n'est pas plus mal puisque l'on sait bien que certains journalistes ont étés vendus au gouvernement et à leurs petits papiers uniquement dans le but de dénicher des scoops. Reporters nous permet aussi de suivre la vie d'une rédaction à flot et à sang. Cette première saison reste plutôt bien équilibrée. Je regrette juste que certains éléments soient mis de côté par moment (des enquêtes par exemple sur lesquelles on ne revient pas, comme si elles étaient noyées par les plus importantes). J'ai cependant beaucoup aimé le parallèle qui est fait entre la volonté des journalistes de faire de la vraie information pour dire au peuple ce qu'ils doivent savoir, et aussi ce qu'ils pourraient bien retirer de ces affaires. Ce n'est pas toujours propre finalement mais cela montre assez bien l'ambiguité du journaliste de terrain. La série va donc plus loin que le bout de son nez, ce qui n'est pas plus mal.

Mais finalement, Reporters permet aussi de respirer dans un monde où la série française ne fait pas grand chose. Cette première saison était assez bien construite et permet de suivre une affaire plutôt bonne en trame de fond jusqu'au bout. La série reste aussi assez riche et dense, ce qui permet d'avoir une galerie importante de choses à développer. Aussi bien en télévision qu'en presse écrite. Ce n'est pas plus mal. On chamboule les choses pour les rendre plus intéressantes finalement. On ressent assez bien le ton des créations originales de Canal +. On est de partout, du terrain aux bureaux, de la télévision à la presse écrite ce qui permet de nous montrer un peu tous les points des journalistes. J'espère que la prochaine (et seconde saison) sera d'aussi bonne facture. Je m'apprête à mettre ma main dessus dans les prochains jours.

Note : 6.5/10. En bref, une série permettant de nous montrer l'envers du journalisme des bureaux au terrain. Tout n'est pas parfait, mais Reporters est loin d'être une production polissée.

Commenter cet article