Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ripper Street. Saison 1. Pilot (UK).

31 Décembre 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

vlcsnap-2012-12-31-09h11m01s63.png

 

Ripper Street // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Créée par Richard Warlow (Waking the Dead, Mistresses), Ripper Street est une petite série en costumes assez réjouissante. Alors que la dernière production policière en la matière n'avait été que déception (je parle bien évidemment de Copper), je trouve que Ripper Street remonte drastiquement le niveau. Outre le côté très léché et joli de la production, on découvre un Londres pourtant déjà vu sous un angle d'attaque assez différent. Beaucoup de séries et de films ont déjà traité de Jack l'éventreur, mais personne n'avait pensé semble t-il à parler de l'après Jack. C'est en tout cas ce que tente de nous raconter Ripper Street avec dès son premier épisode un tueur qui tente de se faire passer pour l'éventreur afin que ses meurtres passent innaperçu. Sauf que bien évidemment cela ne fonctionne pas du tout. Ce premier épisode était très sombre mais aussi très intense. On sent qu'il s'agit d'une série qui a des choses à raconter et moi j'aime cela. Surtout que son héros, l'inspecteur Edmund Reid, est un très bon personnage.

En avril 1889, six mois après la disparition de Jack l'éventreur, l'est de Londres commence à retrouver un semblant de paix inespérée après le règne de l'impitoyable tueur. Une bouffée d'oxygène pour les hommes de la Division H, le district de police chargé de maintenir l'ordre dans le chaos de Whitechapel. L'équipe est composée de l'inspecteur Edmund Reid, un brillant enquêteur hanté une tragique erreur du passé, et de ses fidèles camarades, le sergent Bennett Drake et le capitaine Homer Jackson. Ensemble, ils vont tenter de maintenant la justice dans cette époque troublée.
vlcsnap-2012-12-31-09h11m06s108.pngvlcsnap-2012-12-31-09h11m03s83.pngJe ne pouvais pas rêver mieux pour cette série en tout cas. Le plaisir fût entier. Du début à la fin j'ai été transporté dans l'univers que nous créé l'épisode et donc cette première enquête. Comme pour la première fois de beaucoup de choses, le téléspectateur se retrouve excité à l'idée de chercher lui ausis le tueur qui sévit dans les rues de Londres. Ripper Street n'en oublie pas pour autant l'histoire, et notamment en mettant en lumière Jack l'éventreur au détour de quelques conversations comme de quelque chose que tout Londres préférerait oublier. Par ailleurs, l'épisode semble assez retranscrire l'ambiance de l'époque. Une ambiance d'insécurité qui rode dans les rues de Londres. Ce que je trouverais fascinant c'est que  Ripper Street mette réellement de côté la réalité et créée alors son propre univers, notamment en imposant le retour de Jack l'éventreur comme trame de fond et feuilletonnante pour la série. Ce ne serait pas bête en tout cas de leur part, même si les anglais ne seraient pas nécessairement très emballé par l'idée j'en suis certain. L'autre bonne chose de Ripper Street c'est Matthew Macfadyen.

Incarnant le héros, on avait déjà pu voir l'acteur dans Les Piliers de la Terre ou encore MI-5 sans pour autant que cela soit aussi bon pour lui que dans Ripper Street. Les personnages qui l'entoure sont globalement tous plus ou moins intéressants et je ne regrette pas du tout. J'ai bien aimé le personnage de Long Susan, notre grande mère de Maison Close à Londres. Ce personnage a du potentiel, surtout si elle commence à fricoter avec l'un des personnages de la série. Finalement, voilà donc un bon premier épisode. Je ne pouvais pas demander mieux pour commencer l'année britannique en termes de série. C'est aussi intelligent que joliment fichu. On n'a même plu l'impression de regarder une production télévisée par moment tant le côté léché de l'image est vraiment travaillé et l'ensemble cohérent de bout en bout. Et ce malgré quelques tendances qu'à la série à tendre vers quelque chose de peut être trop classique. C'est en tout cas de cette manière que je l'ai ressenti à mon grand damne. Je resterais jusqu'au bout des huit premiers épisodes de Ripper Street, c'est certain. Je ne suis pas prêt de laisser tomber une série aussi prometteuse. Peut-être sera t-elle mon remède à l'arrêt de Garrow's Law.

Note : 8/10. En bref, un très bon premier épisode. Belle surprise.

Commenter cet article