Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Scandal. Saison 2. Episode 10. One for the Dog.

11 Janvier 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Scandal

scandal-hucks-guillermo-diaz.png

 

Scandal // Saison 2. Episode 10. One for the Dog.


Hollis Doyle n'avait pas encore montré tout son jeu et nous dévoile cette semaine qu'il est le responsable de la tentative d'assassinet du Président Grant. Hollis Doyle est un personnage très intéressant dans Scandal. Depuis son arrivée il a réussi à nous laisser dans le flou avec une efficacité à faire trembler le Kremlin (enfin, la Maison Blanche plutôt). 'One for the Dog' débutait de façon assez classique alors que Huck était arrêté à la fin de l'épisode précédent. Bien évidemment, il fallait s'attendre à ce qu'il soit traité comme un chien (le titre de l'épisode n'étant presque pas anodin). Mais Huck est quelqu'un de résistant qui ne va jamais lâcher un seul mot sauf que le fait que le Président est encore en danger et que Becky sera de retour afin de terminer ce qu'elle a commencé. Mine de rien, Scandal sera parvenir à nous retourner le cerveau du début à la fin. De ce que l'on a pu voir dans ces dix premiers épisodes, l'arc narratif est plutôt bien traité et donne envie de voir la suite une nouvelle fois. En effet, Grant se réveille et appelle tout de suite Olivia afin de lui annoncer la bonne nouvelle. Un joli moment qui ne s'éternise pas et qui permet de demander au téléspectateur de revenir la semaine suivante.

L'épisode joue assez régulièrement avec nos nerfs, notamment avec Sally. Je ne m'attendais pas du tout à tous les rebondissements autour de ce personnage mais je dois avouer qu'elle est bien plus vicieuse que l'on ne pourrait le croire. Si ce n'était pas le meilleur épisode de Scandal, il délivre malgré tout son lot de bons moments de tension. Le scénario est suffisamment bien ficelé pour que l'on ne parte pas dans tous les sens. Il reste bien évidemment quelques intrigues secondaires fléchissantes mais on ne peut pas dire que ce n'est pas réussi. J'ai également trouvé assez surprenant la confession de Verna à Olivia. Même si elles sont amies, ce n'est pas vraiment ce que j'aurais cru que Scandal allait faire. Debra Mooney, derrière son côté maternel, prouve encore une fois toute sa dévotion à Olivia même si elle a donné le nom de Huck à Sally bien évidemment. Par ailleur,s ce que j'aime bien c'est tout l'amour que Mellie porte à Grant. Elle est une femme aimante et prête à tout pour sauver la place et l'honneur de son mari, même signer un faux. Sally n'étant pas dupe, elle va contourner une fois de plus l'obstacle. Et je trouve assez amusant de voir Kate Burton dans un rôle dans lequel je ne l'aurais jamais vu auparavant.
scandal-fitzgerald-grant.pngDisons que dans Grey's Anatomy elle n'a jamais eu vraiment l'occasion de montrer qu'elle pouvait aussi être une femme à poigne. Il faudrait peut être remonter à The Good Wife où son rôle de Victoria Adler était assez pimenté. On peut cependant voir que Scandal est une série aussi assez tirée par les cheveux. Le fait que David Rosen soit aussi compréhensif avec Huck était perturbant. Je pense que cela aurait été une belle sortie pour Huck que de mourir sous la torture des services secrets américains. L'histoire aurait pu être un vrai scandale de fond à traiter, et cela aurait peut être permis à Olivia d'avoir un vrai conflit d'intérêt. Pour une série qui a très souvent l'horreur d'être couillue, elle ne nous le prouve pas cette fois. De plus, j'ai un peu de mal avec les histoires de couple de David et de Cyrus. Les deux sont gentils mais c'est beaucoup trop planplan et cela n'avance pas d'un kopeck. Il va donc falloir attendre la suite et cela m'agace de voir que Scandal laisse un truc comme cela en plan. Finalement, ce nouvel épisode n'était pas le plus palpitant que la série ait offert pour le moment mais il était suffisamment bien mené dans son ensemble pour ne pas ennuyé et pour tenter de nous surprendre.

Note : 6/10. En bref, un épisode assez solide dans son ensemble malgré quelques défauts.

Commenter cet article