Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Scoundrels. Saison 1. Episode 2.

5 Juillet 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Eté

vlcsnap-16231147.png

 

Scoundrels // Saison 1. Episode 2. Mary, Mary, Quite Contrary.

 

Juste après avoir vu le pilote de cette nouvelle série estivale d'ABC, je me suis donc décider à voir à la suite le second épisode. Et mes craintes se sont confirmés, la série ne fait pas dans la criminalité, mais tout simplement dans la dramédie. C'est très cheap, digne d'une série d'USA Network du genre Burn Notice. Ainsi, ce second épisode était un peu meilleur que le premier mais bon, les intrigues stand-alone sont pas terrible pour le moment. Ici, on s'intéresse à un vol de semi-remorque de papier toilette. De quoi faire rire n'importe qui mais la sauce est encore une fois moyenne.

Ainsi, les West sont donc rangés des voitures et voilà que la série se range elle aussi. Je regrette peut être que ce ne soit pas Rob Thomas qui soit derrière ce remake (il l'était derrière le premier projet : Good Behavior) d'une série néo-zellandaise mais bon, il faut savoir se résigner. C'est l'été. On se laisse donc facilement prendre sans pour autant tuer la chronique. Je ne sais pas, ça manque de substance, de piquant. La série aurait mériter un meilleur casting je pense. Virginia Madsen n'a pas assez de point dans le saut pour faire pencher la balance. Personnellement, je trouve que son personnage est correct mais elle ne donne pas la dimension voulu. Ca reste trop plat. L'épisode 3 sera t-il celui qui sauvera tout le monde ? J'en suis pas si sur. En épisode 2 la série nous livre une petite histoire sans grand intérêt, ce qui est d'ailleurs dommage.

Du côté des enfants, on a le fils boulet qui se tape Mrs Wong, le fils propre sur lui qui se tape toujours sa principale, la fille mannequin (enfin, pas encore) est devenue la risé face à des ados de son lycée qui la voit travailler dans un fast-food et bien sûr, la dernière, l'autre fille tente d'éviter à Tad, son meilleur ami au vidéoclub de tomber amoureux de sa soeur. C'est culcul niannian, trop calculer d'avance. On sent le coup venir à 100 kilomètres à la ronde. C'est bien dommage car le pitch m'avait donner de l'espoir au début.

Enfin, on a des intrigues décousuent où l'on tente de nous faire passer le temps pour résoudre l'histoire de la fin. L'épisode est remplit de remplissage et c'est dommage. Si la série avait plus de consistance, plus de trucs à raconter on pourrait devenir un peu plus accro mais je n'arrive pas à adorer. C'est trop estival peut être, trop surfait. Et pour finir, la musique de fond il faut vraiment arrêter car c'est une catastrophe. Toutes les 2 minutes ont y a droit personnellement, j'en peux plus. Ca m'a gaver.

 

Note : 4/10. En bref, une série qui reste plongeante sans décrocher les étoiles. Finalement elle porte bien son nom, cette famille n'est qu'une famille de canailles, pas plus.

Commenter cet article