Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Seed. Saison 1. Pilot (Canada).

5 Février 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-02-05-13h36m32s69.png

 

Seed // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Si l'on met Seed face aux comédies canadiennes, celle ci gagne haut la main, mais si au contraire on la met en face des comédies américaines ou anglaises, je l'ai trouvé un peu faiblarde. En effet, le problème de cette série c'est que tout est improbable alors qu'elle tente de rendre tout cela un tantinet réaliste. C'est dommage car au fond, Adam Korson (Emily Owens M.D, 2 Broke Girls), qui incarne ici le personnage principal, ne s'en sort pas trop mal. Je pense qu'il n'est pas évident d'être acteur de comédies. Disons qu'il est difficile de savoir comment les choses vont évoluer c'est certains mais il faut entrer dans le personnage. C'est d'ailleurs pour cela que les pilotes sont en partie par les meilleurs épisodes de certaines comédies (voire même parfois les plus mauvais épisodes). Je ne sais pas ce qu'il faut attendre cependant de la part de Seed. La comédie a beau être sympa d'un côté, elle est assez étrange et peu appréciable d'un autre. Je n'ai pas aimé cette histoire qui lie notre héros à un couple de lesbiennes par exemple (bien que je préfère la dynamique paternelle qu'il y a derrière).

Harry découvre que son incursion dans le monde de la donation de sperme a donné la vie à des enfants. Beaucoup d'enfants ! Le célibataire, que la nature a peu gâté, se retrouve du jour au lendemain empêtré dans les vies de ces progénitures tombées du ciel et de leurs familles guère ravies. Sont concernés un couple de lesbiennes et leur fils farfelu de 9 ans, un mari blasé, son épouse et leur fille adolescente, et enfin une mère célibataire impulsive et enceinte, dont l'horloge biologique tourne.
vlcsnap-2013-02-05-13h39m54s41.pngCity, la chaine canadienne diffusant cette comédie, se lance ici dans une aventure qui est cependant prometteuse. En effet, des comédies de ce genre là (on en a aux Etats-Unis sur FOX par exemple avec Ben & Kate). C'est très familial et cela tente même d'être mignon et éducatif. Certes, le personnage de Harry n'est pas vraiment quelqu'un dont il faut prendre l'exemple mais peu importe, il reste malgré tout un personnage sympathique. C'est le genre de personnages que l'on voit généralement en second rôle dans une comédie, et non pas en héros. Peut être bien que l'on voit trop souvent ce personnage et que certaines scènes, sensées être comique ne l'étaient malheureusement pas du tout. Seed ramène également à un film canadien assez récent : Starbuck. Etrange tout de même que les deux aient eu la même idée vous ne trouvez pas ? Par ailleurs, je trouve que le sujet est beaucoup trop improbable (n'y a t-il pas des lois qui permettent de ne pas pouvoir retrouver les donneurs ?). Assez difficile de voir où veut nous emmener Seed cependant.

En effet, alors que l'idée aurait été de se concentrer sur Harry tentant de créer des liens avec les enfants qu'il a engendré sans se rendre compte. Finalement, ce premier épisode c'est un mélange étrange. A la fois quelque chose où il se passe énormément de trucs et d'un autre côté le gros trou d'air où j'ai l'impression de perdre mon temps. L'équilibre est donc assez mal trouvé. Créée par Joseph Raso, un petit nouveau dans le domaine, je suppose que pour faire ses preuves il va devoir tenter d'autres choses. Seed, sans être la pire chose que j'ai pu voir n'est pas exceptionnelle et ce malgré ses efforts (comme j'ai pu le citer plus haut). D'autre part, je n'ai pas été pris d'une empathie particulièrement pour le héros (contrairement à Ben & Kate par exemple qui est une comédie mignonne comme tout, malheureusement annulée). Et puis d'autre part je ne trouve pas l'ensemble réellement intéressant. C'est fun un moment, et puis d'un côté on n'a plus envie de voir Harry. C'est le genre de casse pieds que l'on aimerait parfois remiser.

Note : 4/10. En bref, une comédie de bas étage malgré quelques éléments sympas.

Commenter cet article