Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Série Noire. Saison 1. BILAN (Québec).

18 Mai 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

o-SERIE-NOIRE-facebook.jpg

 

Série Noire // Saison 1. 12 épisodes.
BILAN


Il y a quelques temps je vous avais parlé du pilote de Série Noire. Une série relatant l’histoire de deux scénaristes paumé et au bout du rouleau qui vont être contrait d’écrire la suite de leur très mauvaise série juridico-policière La Loi de la Justice, raillée par la critique mais succès populaire honorable d’un point de vue audimatique. Ils vont alors tenter d’écrire cette seconde saison de façon très différente, notamment en tentant de plus ou moins vivre les choses. Toute la première saison nous permet de suivre Denis et Patrick dans leurs aventures les plus folles et les plus extravagantes mais c’est ce qui rend le spectacle encore plus passionnant et efficace à mon goût. Je ne m’attendais pas du tout à ce que je puisse voir une aussi bonne série nous venir du Québec mais forcé de constater que finalement je me suis bien trompé. Dès le premier épisode nous sommes plongés dans une ambiance assez proche de celle de Fargo des frères Coen (et qui fait actuellement office d’un remake en version série télévisée aux Etats-Unis). C’est l’hiver, il fait froid, il y a de la neige mais l’image est également assez sombre, permettant de nous indiquer que l’on ne sera pas là pour rigoler. C’est en tout cas ce que l’on veut bien nous faire croire que Série Noire, bien qu’elle annonce la couleur est aussi une vraie comédie.

Il y a énormément de dialogues et de séquences qui prêtent au rire et ce même si ce qui se déroule n’est pas nécessairement très drôle pour les personnages. J’ai par exemple l’image de Denis et Patrick allant tour à tour chercher des armes dans une maison en prétextant d’un côté aller aux toilettes et d’un autre côté chercher de la glace. C’était grandiose, tout simplement. Mais ce n’est pas la seule bonne scène de cette première saison. Bien au contraire. Au fil du temps on a envie d’enchaîner les épisodes comme des petits pains car le destin de ces héros un peu branquignoles sur les bords. La série joue donc avec les codes, notamment quand elle nous montre des images de La Loi de la Justice au début du premier épisode. Tout d’un coup on voit à quel point Série Noire sait se moquer des mauvaises séries aux cliffanghers ratés, aux révélations sorties du nulle part, etc. C’est l’une des névroses des séries de tous les âges et c’est très bien représenté ici. Mais quand on se permet de se moquer des séries, il faut que la série que l’on construit (en l’occurrence ici Série Noire) soit bien meilleure. Fort heureusement que le spectacle est de bon goût, voire même assez étonnant par moment.
793047-denis-rondeau-francois-letourneau-patrick.jpgL’équilibre est bien trouvé entre le côté un peu mafieux de la série, l’ambiance hivernale et froide, sans compter sur le destin toujours foireux de Denis et Patrick. Forcément, ce n’est pas facile d’écrire une série comme celle-ci, notamment car il ne faut pas tomber dans la contemplation du boulot de scénariste mais bel et bien dans l’aventure folle. La manière de traiter cette histoire est donc follement originale. Tout est permis dans la série, même les pires coups bas. En voulant vivre une expérience qui pourrait leur permettre d’écrire une superbe seconde saison, ils vont tomber dans quelque chose qu’ils n’auraient jamais penser vivre. La manière dont l’univers évolue, notamment au son des manipulations de nos deux héros fonctionne. J’aime beaucoup la manière dont ils sont par moment de vrais ratés que l’on plonge dans un monde qui les dépasse. Le but de Denis et Patrick dans Série Noire est simplement d’avoir une seconde saison cohérente et vraisemblable après voir été raillés pour leur incompétence à écrire quelque chose de juste et de bon.

Plus la saison passe et plus l’on plonge dans un univers très différent. Les premiers épisodes cherchent avant tout la comédie noire et légère, malgré une ambiance très sombre. Puis petit à petit Série Noire se transforme en vrai polar. Un polar qui aurait pu ne pas être maitrisé mais qui s’avère pour le coup est un vrai coup de maître. Cela m’a parfois fait penser à The Wrong Mans, une comédie anglaise diffusée l’an dernier qui mettait en scène un homme tout à fait normal face à des situations rocambolesques. La comédie noire et le polar se mariaient très bien dans cette série d’ailleurs. Mais Série Noire est encore différente, notamment car l’angle est un peu plus dramatique. Il y a une évolution poussée des personnages au fil des 12 épisodes et l’on sent que le but n’est clairement pas de tomber dans le pamphlet du scénariste à la petite semaine à qui il arrive des trucs rocambolesques. Non, le but est d’aller beaucoup plus loin et de creuser les personnages bien évidemment. Du coup, cela passe par les relations de chacun avec leurs familles respectives. Surtout quand celles-ci se retrouve imbriquées sur la fin dans leurs terribles aventures.
796368-deux-tetes-affiche-serie-noire.jpgJe pense que l’on peut donc saluer le talent de François Létourneau et Jean François Rivard qui ont créé ici une vraie petite pépite diffusée au Québec sur Radio Canada. Je me demande si l’on va avoir droit à une seconde saison mais je serais très heureux de voir les conséquences de ce qu’ils ont écrit et surtout si la critique va être de leur côté pour une fois. Sans compter que tous leurs actes vont aussi avoir des conséquences ailleurs je suppose. Tout n’est pas conclu à l’issue du dernier épisode, il y a une vraie porte ouverte qui appelle à une vraie suite. En espérant qu’ils aient les moyens de le faire mais étant donné qu’elle a l’air d’être un vrai succès critique et accessoirement populaire, je suppose que Série Noire n’aura pas trop de mal à revenir sur nos écrans. J’encourage également une chaîne française (de la TNT) à acheter cette série qui trouvera forcément son public.

Note : 7.5/10. En bref, originale et sombre, cette polar-comédie nous plonge dans l’arrière scène de l’écriture d’une série avec deux scénaristes losers qui vont se retrouver à vivre une aventure façon Fargo.

Commenter cet article

mclamo 02/12/2014 21:47

Vous devriez faire plus de critique de série Québécoise, comme 19-2 dont l'acteur Claude Legault était en nomination au Emmy internationale cette semaine :)

delromainzika 09/12/2014 13:19

J'ai vu le remake canadien, pas trop mauvais et elle est sur une liste que je garde de séries à voir :) il faut juste que je me trouve du temps. Surtotu que je me suis engagé dans Complexe G en séries québécoises là :D