Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Signed, Sealed, Delivered. Saison 1. Pilot.

22 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-04-22-00h59m47s222.jpg

 

Signed, Sealed, Delivered // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Je crois bien que depuis que Hallmark Channel s’est lancée dans le monde des séries, je savais qu’il ne fallait pas que j’en attende quelque chose. Après Cedar Cove ou encore cette série qui nous donnait l’impression de revenir à Doctor Quinn femme médecin, Signed, Sealed, Delivered n’est pas vraiment une bonne nouvelle. C’est une série bienveillante, pleine de bons sentiments mais il y en a beaucoup trop et franchement, j’ai eu beaucoup de mal à terminer ce premier épisode. Tout simplement car ce n’est pas du tout le genre de séries qui sont faites pour moi. La base de cette petite série est assez mignonne, lorgnant du côté de la bienveillance de Hallmark mais aussi des séries anglaises un peu originale sur les bords. Car il fallait tout de même créer une série autour de lettres « perdues ». Mais ce n’est pas nécessairement mauvais. Disons que cela fera surement les beaux jours des après-midi des chaînes françaises (notamment car la ménagère aime ce genre de petites séries où l’on nous raconte des histoires à chaque nouvel épisode et qui en plus de ça se terminent bien). Créée par Martha Williamson (Les Anges du Bonheur), je ne pense pas que l’on pouvait attendre quelque chose d’écrit de manière moderne.

Menés par le charismatique, et un peu étrange, Oliver, les membres de l'équipe des "Lettres perdues" se font un devoir de retrouver les destinataires des missives déroutées et oubliées...
vlcsnap-2014-04-22-00h46m20s93.jpgCar oui l’écriture de Signed, Sealed, Delivered semble dater d’un autre temps. C’est légèrement décevant de voir que finalement la série ne cherche pas à nous surprendre en racontant son histoire de façon beaucoup moins pâteuse. Ce n’est pas un reproche que je peux faire à la série mais disons que ce n’est pas écrit avec la plus grande finesse qu’il puisse exister dans ce monde. Du coup, l’histoire de la semaine manque cruellement d’intérêt. Je n’ai pas réussi à me passionner pour cette grand mère et cette jolie petite lettre bienveillante. Notamment car j’ai énormément de mal à voir où est-ce que Signed, Sealed, Delivered peut réellement aller au delà de son cas de la semaine. Le personnage d’Oliver, un peu excentrique, ne suffit pas. Sans parler des personnages féminins qui l’entourent qui sont pour certaines de vraies hystériques. Vous imaginez 13 épisodes entiers où une série vous parle de lettres. Cela me rappelle un film où l’on suivait une histoire au travers de lettres d’amour : Cher John. Ce dernier fonctionnait car l’on n’avait pas l’impression de voir quelque chose qui vient d’un autre temps.

Du coup, le résultat était bel et bien là. Eric Mabius (Ugly Betty) prouve avec Signed, Sealed, Delivered que sa carrière est vraiment au point mort. Après quelques apparitions pas toujours très réussies dans d’autres séries il devient le héros de cette toute nouvelle comédie pleine de mièvrerie et qui sent très bien la naphtaline. Il y a une ambition c’est certain mais ce n’est pas du tout le genre de choses que j’ai envie de voir. J’ai tenté, on ne peut pas dire le contraire mais je n’irais vraiment pas plus loin. Si seulement Signed, Sealed, Delivered était au moins amusante cela aurait peut-être permis au téléspectateur que je suis d’être flatté de voir qu’il y a de bon chez Hallmark. Mais fort est de constaté que ce n’est pas vraiment le cas. De plus, certains personnages manquent cruellement d’intérêt. On n’a pas envie d’en savoir plus sur eux alors que c’est le but d’une série généralement que d’avoir envie de voir l’épisode suivant. Si seulement il y avait une jolie trame pour un fil rouge potentiel, je pourrais conseiller cette série à des gens capables de s’enfiler de la guimauve pendant 13 heures. Mais il n’en est rien.

Note : 3/10. En bref, c’est trop de guimauve pour moi.

Commenter cet article