Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Suburgatory. Saison 3. Episode 5. Blame it on the Rainstick.

5 Mars 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Suburgatory

vlcsnap-2014-02-28-02h27m33s56.jpg

 

Suburgatory // Saison 3. Episode 5. Blame it on the Rainstick.


Cette année, Suburgatory semble petit à petit faire évoluer Tessa. Mais vers quoi ? On ne sait pas encore totalement. Disons qu’elle doit encore trouver où elle va aller l’année prochaine. Le futur est un sujet très récurent cette année dans Suburgatory mais ce n’est pas une mauvaise idée. Bien au contraire, je trouve même que cela apporte un peu de substance à la série. Une substance nécessaire. Tessa va donc se retrouver dans une secte cette semaine avec dans le rôle de Caris, la leader de ce groupe de nomades bizarres, Mae Whitman (Parenthood). L’actrice est drôle et merveilleuse dans ce rôle de femme à la fois gentille mais aussi terrible. Les deux visages de la secte sont très bien introduit et l’on aurait presque envie d’en voir encore plus. Mae Whitman est merveilleuse, notamment quand il s’agit de présenter les membres de la secte ou encore de dire à Tessa comment on quitte cette secte (et l’on ne peut pas dire que cela soit si facile que ça). Mais l’épisode va beaucoup plus loin de cette histoire de secte puisque l’amitié entre Tessa et Lisa est elle aussi plus ou moins remise en cause.

Ce n’est pas la première fois que les deux jeunes filles se retrouvent face à face mais l’idée est toujours intéressante à creuser. Cela permet encore une fois de confronter les deux filles au fait qu’elles sont au lycée et qu’elles ont encore un futur à avoir. Les amitiés peuvent ne pas durer au delà du lycée, tout comme les relations amoureuses. On a pu voir celui avec Ryan et Tessa l’an dernier. Du coup, c’est aussi avec ce genre d’épisodes que l’on voit où la série veut emmener cette amitié. Et de ce que l’on peut voir, je pense que Tessa et Lisa sont faites pour être des vraies amies qui vont braver l’adversité et toujours se retrouver même après le lycée. Suburgatory compare également Chatswin et son calme, sa volupté, à New York et son côté ville stressée, pressée. Si l’on ne voit personne à New York, l’idée est avant tout de confronter Tessa au fait qu’elle doit penser à son futur : veut-elle aller à New York ou bien rester à Chatswin ? La question s’impose de toute façon. L’épisode permet également à George et Dallas de confronter leur manière d’être parent.
vlcsnap-2014-02-28-02h25m37s171.jpgDallas a toujours été quelqu’un de protectrice alors que George a un rôle un peu plus laxiste. Sa relation avec sa fille a beau être assez proche, au fond Tessa s’est plus ou moins élevée toute seule à cause de l’absence de sa mère. Mais Dallas est aussi la seule capable de voir quand Tessa est en pleine détresse prouvant à George à la fin que finalement il n’est pas un père si proche que ça de sa fille. Du coup, pendant ce temps Noah est de retour. Sauf que ce dernier a beaucoup changé. Je ne m’attendais pas à ce qu’il revienne aussi tôt dans la saison, surtout que Suburgatory n’avait pas (encore) besoin de lui. Mais Alan Tudyk apporte un truc différent à son personnage en le modifiant radicalement. Le nouveau Noah n’est pas une mauvaise chose. Au contraire, je pense qu’il est beaucoup plus intéressant comme personnage et les scénaristes ont su le faire revenir dans un environnement assez drôle. Le face à face à table avec George était merveilleux. Finalement, cet épisode de Suburgatory était très réussi. J’en veux un peu plus des comme ça.

Note : 8/10. En bref, Suburgatory questionne encore ses personnages merveilleusement bien.

Commenter cet article