Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Switched at Birth. Saison 3. Episode 12. Love Among the Ruins.

22 Juin 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-06-19-00h24m52s85.jpg

 

Switched at Birth // Saison 3. Episode 12. Love Among the Ruins.


Contrairement à The Fosters dont la santé s’est étiolée dans le premier épisode de la saison 2, je dois avouer que le premier épisode de la saison 3 de Switched at Birth a de quoi donner de bons espoirs pour la suite de la saison. Notamment du point de vue d’Emmett. La scène où sa mère tente de l’aider était assez bouleversante, surtout quand la mère d’Emmett commence à piquer une vraie crise de rage face au jeune garçon. Je me demande comment tout cela va évoluer car cette histoire de bullying me plait énormément. Lancée l’an dernier sans grande envergure, elle commence à prendre une forme beaucoup plus plaisante à mon goût. Même si ce n’est qu’un premier épisode, il nous donne un avant tout des plus intéressant autour de ces personnages. En effet, on creuse donc la personnalité d’Emmett un peu plus, son côté fragile mais aussi sa volonté de se venger tout seul. Car au fond, c’est ce qui va se passer. Cela permet également de questionner un peu plus Bay et Emmett et la relation que les deux personnages peuvent entretenir. Une relation que je trouve toujours aussi fraiche et pimpante. Surtout que c’est toujours ce que j’ai le plus apprécié dans Switched at Birth.

Mais cet épisode ne cherche pas à en faire trop non plus. Le but est d’entretenir les téléspectateurs certes mais aussi de conserver un peu de suspense pour la suite. Le problème du début de la saison 3 c’était que la série s’était concentrée sur tellement d’intrigues à la fois que l’on avait alors l’impression qu’ils ne savaient pas vraiment où ils voulaient aller. Du coup, je suis content de voir que les scénaristes ont réussi à recentrer le tout sur un lot d’histoires et surtout sur quelque chose de beaucoup plus cohérent à mon goût. C’est en tout cas comme ça que je le ressens. Je suis cependant beaucoup moins séduit par ce que Regina tente de nous raconter avec les résidents de East Riverside. Disons qu’il manque un petit quelque chose qui aurait très bien pu rendre le tout beaucoup plus sympathique dans leur ensemble. Mais le problème c’est que je n’arrive pas du tout à voir où est-ce que Switched at Birth veut réellement en venir. Il y a forcément un but précis mais Regina n’étant pas mon personnage préféré, je suis encore en train de me demander si finalement la série ne faute pas avec ce personnage. Je préfère un peu plus sa fille Daphne. Cette dernière n’a pas grand chose à nous raconter non plus mais disons que c’était un peu plus sympathique de voir son point de vue.
vlcsnap-2014-06-19-00h34m43s112.jpgDaphne est un personnage que j’apprécie car elle est un peu plus fraiche et pimpante que sa mère. On continue aussi la confrontation entre Daphne et d’autres personnages de la série comme Bay par exemple. La confrontation n’est pas toujours logique, notamment car la série a passé tellement de temps à faire en sorte que l’on voit cette histoire comme une vraie histoire d’amitié (voire une relation de soeurs). Je retiens donc surtout les scènes entre Sean Berdy et Marlee Matlin, il y a une vraie relation qui a été développée entre ces deux personnages qui me plait de plus en plus. La série a déjà tenté tellement de choses au fil des épisodes et des saisons que du coup, on pourrait bien se demander si finalement Switched at Birth n’a pas réussi à trouver un moyen de créer des sentiments grâce à ses personnages. Le fait que Toby soit en Iceland permet d’oublier un peu de ce personnage pour développer d’autres choses et corriger les défauts de la saison précédente (notamment avec la plupart des personnages introduits l’an dernier et que je n’avais pas trouvé intéressants). Switched at Birth délivrait donc un retour plutôt sympathique et inattendu, preuve que le tout peut encore nous surprendre.

Note : 6/10. En bref, un joli petit retour pour Switched at Birth.

Commenter cet article