Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Switched at Birth. Saison 3. Episode 14. Oh, Future.

3 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-07-03-12h59m37s178.jpg

 

Switched at Birth // Saison 3. Episode 14. Oh, Future.


Décider de son futur quand on est au lycée, ce n’est pas facile. Je me souviens encore de ce moment où je devais choisir entre telle ou telle école et puis que finalement je me suis retrouvé dans telle école. Ma vie n’ayant pas d’importance, « Oh, Future » tente justement de parler du futur des personnages de la série. Car à son meilleur, Switched at Birth parvient à mettre en avant les émotions de ses personnages. J’ai donc beaucoup aimé la relation entre Emmett et Bay. On sent que la série est en train de petit à petit préparer un retour de ce petit couple. Dans l’épisode précédent, Emmett apprenait que son harceleur était en fait amoureux de lui. On peut le comprendre dans un sens mais ce que j’aime beaucoup c’est le fait que justement, on tente de nous offrir de jolis petits moments. Ce n’est pas tout puisque le père d’Emmett se marie dans cet épisode et sa femme est enceinte. Si au premier abord ce n’est pas très intéressant, cela a malgré tout son intérêt, que cela soit par rapport au fait que Emmett va avoir un demi-frère ou une demi-soeur mais aussi car cela chamboule encore une fois la vie d’Emmett alors que ce dernier n’en avait pas vraiment besoin. Car si le père d’Emmett fait des erreurs, ce n’est pas le seul personnage a en faire.

En effet, Regina, John et Kathryn doivent faire avec le fait qu’ils ont des enfants biologiques des deux côtés. C’est là que le futur de Daphne va entrer dans la discussion. En effet, Regina aimerait bien que sa fille puisse se sentir elle même, une Vasquez avant de lui annoncer que les Kennish vont lui payer sa scolarité. Il y a chez Regina l’envie de ne pas perdre sa fille et c’est compréhensible mais dans un sens on sait pertinemment que tout le monde va rester soudé. Je ne vois pas comment ce serait possible autrement. Malgré tout, Regina a peur de perdre sa fille, qu’elle soit plus encline à apprécier les Kennish simplement car ils ont les moyens de lui payer Pre-Med. Il y a toujours une différente de classe dans cette série entre les deux familles qui fonctionne toujours bien car le but est de faire le tout dans les bons sentiments. On a donc John et Kathryn qui ont l’argent et qui sont heureux d’aider mais de l’autre Regina qui a peur que sa fille se sente obligé de les remercier encore et encore tout en délaissant un peu sa mère. Switched at Birth mixe alors le tout avec l’identité de Daphne en tant que latina. Cela aurait pu être raté, notamment car le sujet était plus ou moins bancal et aurait pu être réglé de façon assez médiocre.
vlcsnap-2014-07-03-12h51m58s192.jpgMais il n’en est rien, avec des bons sentiments, le tout fonctionne bien. Surtout que la question de l’identité des deux filles s’est toujours posée. Pas vraiment comme un problème ni pour l’une ni pour l’autre mais comme une question légitime et logique. Je pense que la série pourrait gagner des points à creuser la question de l’identité des deux filles, si elle se sentent plus latinas que américaines ou vice-versa. Surtout que tout cela a forcément une influence directe. Finalement, ce nouvel épisode de Switched at Birth fonctionne plutôt bien grâce à de belles émotions assez bien gérées et grâce à un scénario qui fonctionne plutôt bien lui aussi. On ne pouvait pas demander mieux de la part de la série étant donné que celle-ci n’a jamais vraiment cherché à nous surprendre non plus. Le but est de nous raconter des tranches de vie. Par ailleurs, j’ai été un peu déçu par Travis et Mary Beth. Disons que ce sont deux personnages pour qui je n’ai pas de grande importance. Reste alors l’apparition de Derrick Coleman. Je ne connais rien du tout à ce sport et je ne connais pas ce sportif mais apparemment c’est la grande star de Travis. Il va même trouver un moyen de me faire rire avec « Did I just tell Derrick Coleman to go hot and go home ? ». Du coup, rien de bien alarmant cette semaine dans la série qui suit plus son cours qu’autre chose.

Note : 5.5/10. En bref, toujours aussi agréables ces tranches de vie.

Commenter cet article