Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Big C. Saison 1. Episode 3.

5 Septembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Eté

vlcsnap-2010-09-05-17h55m37s139.png

 

The Big C // Saison 1. Episode 3. There's No C in the Team.

 

Cette série c'est le bordel intégral et c'est génial. En effet, The Big C livre une nouvelle fois un épisode de son épineux sujet : le cancer. Alors il est vrai que la série arrive a rire d'un sujet qui n'est pas plus drôle qu'un enterrement mais finalement, en jouant la carte de la série légère et assez acide pour ses personnages arrive a être séduisante. Cathy, l'héroïne de la série est globalement toujours attirante.
Dans ce nouvel épisode j'ai beaucoup aimé l'idée d'une Cathy qui tente le groupe d'aide pour cancéreux. C'était drôle, les personnages entre le gay jovial et la mère protectrice qui tentent de redonner un peu de sourire à Cathy et surtout l'aider a accepté pleinement son cancer. Cette tentative sera bien sûr vaine puisqu'elle va à la fin de l'épisode se séparer ce de groupe d'aide. Cathy doit également faire face à de nombreux autres problèmes entre la voisine qui fini par découvrir le pot au roses ou encore face à son mari et son fils.
Cette famille c'est une famille de cinglé, avec tout l'archétype de la famille déglinguée, qui ne sait pas où elle va mais elle y va. Je pense qu'en fait, le cancer de Cathy c'est un peu une sorte de ras le bol, une sorte d'envie de son corps de dire : je me suis occuper de vous (son mari, son fils, son frère) pendant toutes ces années et maintenant ce cancer m'oblige a prendre du temps pour moi. Je pense que c'est justement la réponse que tente de trouver The Big C et elle m'a charmée car c'est a la fois beau et bucolique.
Sans être totalement en désarroi avec ce que la série nous offre depuis le début, elle y arrive au final. Ca prend son temps pour s'installer et c'est bien plus qu'une bonne nouvelle car avec ce genre de série il faut y aller avec des pincettes, donc c'est pas plus mal. Ainsi, The Big C a réussit à me faire fondre sous son charme avec brio et ce n'est pas prêt de s'arrêter, surtout quand j'ai vraiment l'impression d'être devant un film où Linney surpasse son monde.

Note : 8/10. En bref, encore un excellent épisode.

Commenter cet article