Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Blacklist. Saison 1. Episode 2. The Freelancer.

1 Octobre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : The Blacklist

vlcsnap-2013-10-01-14h03m29s147.png

 

The Blacklist // Saison 1. Episode 2. The Freelancer.


Afin d'être sûr que les téléspectateurs acquis lors du premier épisode restent après le second il fallait que cet épisode soit écrit par son créateur, Jon Bokenkamp. Je ne sais pas combien il a écrit d'épisodes avant de laisser son bébé à son équipe de scénaristes mais en tout cas on sent qu'il y a un même sens du rythme avec un développement astucieux de la relation entre Elizabeth Keen et Reddington. J'aime bien la manière dont les deux tentent de se comprendre. Si l'on se doute que Red connait Keen depuis un bout de temps, Keen tente de comprendre quant à elle pourquoi il l'a choisi elle. C'est tout ce qui fait aussi les mystères de The Blacklist. La série nous dit beaucoup de choses mais laisse échapper quelques détails afin que l'on puisse se poser des questions à longueur d'épisodes. Le mieux c'est quand la série parvient à m'avoir et à me surprendre. Notamment quand à Montréal on découvre que Red avait déjà vu son contact et qu'il n'a donc fait que profiter de son petit moment d'intimité en face à face avec Keen. Megan Boone que j'avais bien aimé dans Blue Bloods se révèle réellement dans The Blacklist. C'est une bonne actrice qui incarne son rôle avec panache.

On sent que l'actrice aime son personnage. Elle prend soin de l'incarner avec toute la dextérité que le rôle lui incombe. En tout cas, je suis ravis de voir que The Blacklist est à la hauteur de mes attentes pour le moment. Au-delà de ça, cette semaine nous suivons les aventures de Red dans une toute autre affaire. En effet, Red prédit une catastrophe menée à bien par un assassin appelé The Freelancer. Si en surface cette intrigue a tout de l'intrigue bateau que l'on peut suivre chaque semaine dans une série policière, The Blacklist est beaucoup plus astucieuse que ça et pense bien évidemment à ses personnages et au développement de l'intrigue générale de la saison. Comme le fait que Red est en attente d'avoir son accord avec le gouvernement. Le twist final était assez réussi et pourtant j'aurais du le voir venir. En effet, quand la prochaine victime de The Freelancer se trouve être une femme défenseur des droits des femmes, on se rend bien compte qu'il y a un petit truc qui cloche. Surtout que c'est trop simple. Et oui, Florina Campo est le personnage que l'on recherchait depuis le début.
vlcsnap-2013-10-01-14h27m08s4.pngL'ouverture de cet épisode était assez amusante et dans le pur esprit de James Spader sur l'excellent "Sympathy for the Devil" des Rolling Stones. Que demander de plus ? En tout cas, The Blacklist réussie tout un tas de choses. Même si Jace Alexander (Underemployed) n'est pas un aussi bon réalisateur que Joe Carnahan, je dois avouer que la scène de course poursuite de milieu de l'épisode était particulièrement efficace. Cette caméra embarquée qui part dans tous les sens a laissé des séquelles. J'ai été emporté par le moment. C'est aussi ce qu'il faut sinon on pourrait clairement s'ennuyer. James Spader continue quant à lui d'être lui-même sans pour autant être incontrôlable. C'est d'ailleurs l'une des choses que je trouve les plus appréciable dans The Blacklist, c'est le fait que le personnage ne se trouve pas être complètement englué dans sa caricature. D'accord il est un peu vicieux et amusant sur les bords mais tout est bien dosé. Pendant ce temps, cet épisode nous introduit à deux nouveaux personnages, à la demande de Reddington. Son garde du corps et sa comptable. Par ailleurs, nous avons l'introduction d'une agent de la CIA, plus mignonne, Meera Malik (incarnée par la très bonne Parminder Nagra - Alcatraz, Urgences -) avec qui il ne faudra pas faire trop de vent.

Cela fait plaisir de voir que le casting s'agrandi mais cela ne veut pas pour autant dire que The Blacklist tente de nous emmener là où l'on ne veut pas aller. La série utilise ces deux personnages pour faire un peu de sale boulot ici et là. J'ai trouvé que la scène de torture dans le sous-sol était efficace même si au fond cela fait presque office de torture gratuite à l'écran. Cela permet aussi de démontrer que l'on n'est pas dans une série qui cherche à rien. Et puis il y a le puzzle Tom. Liz ne sait pas qui est réellement son mari et je suppose que l'on va en apprendre un peu plus à chaque épisode jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'elle sait déjà qui il est et veuille l'éliminer ? Enfin, j'espère qu'ils vont exploiter le filon un peu plus longtemps que deux ou trois épisodes. J'aimerais bien que cela tienne jusqu'à la pause de Noël en tout cas.

Note : 8/10. En bref, The Blacklist m'offre toujours ce que j'ai envie de voir dans cette série et même un peu plus.

Commenter cet article