Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Blue Rose. Saison 1. Pilot (Nouvelle Zélande).

6 Février 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-02-06-19h12m30s17.png

 

The Blue Rose // Saison 1. Episode 1. There is a Light That Never Goes Out (Pilot).


Il est rare de voir des productions néo-zélandaises. Dans un premier temps car elles sont très peu nombreuses, et dans un second temps car elles sont parfois difficile à trouver. Et ce même si la Nouvelle Zélande est le pays de Kim Dotcom, le créateur de Megaupload. On doit The Blue Rose à Rachel Lang, la créateur de la comédie Nothing Trivial (une comédie assez originale qui ne m'a pas plus marqué que ça). Ce premier épisode était assez médiocre dans son ensemble. Le problème c'est que cette série me rappelle une série policière de ABC : The Forgotten (avec Christian Slater) et le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas ce qu'il y a de plus reluisant (bien que la série d'ABC s'est bonifiée au fil des épisodes). The Blue Rose tente donc de nous raconter une histoire différente, et originale, loin des carcans que l'on connait. Sauf que cela ne fonctionne pas vraiment. Le problème vient surtout d'un tout. Pas assez bien fichu à mon goût.

Un drama contemporain intelligent d'investigations dans lequel le personnel de bureau unissent leurs forces pour lutter pour la justice dans le monde corrompu de l'entreprise.
vlcsnap-2013-02-06-19h39m09s133.pngOutre le casting pas très convaincant, je retiens également le fait que le scénario manque de rebondissements. J'ai eu l'impression de voir un épisode de série policière dans le milieu dépeint par The Blue Rose : l'entreprise. Certes, au premier abord et surtout avec le pitch de la série, c'est original, mais finalement… c'est assez étrange. Je trouve que The Blue Rose ne sait pas réellement où elle veut aller et ce qu'elle veut aborder. Les personnages sont donc là à nous parler de leur vie privée, de leur vie professionnelle et de leur petit passe temps assez étrange. Par ailleurs, j'aurais aimé savoir si le nom de The Blue Rose avait un quelconque lien avec le jeu de rôle Blue Rose. Un truc d'héroic fantasy. Je déteste cela mais je connaissais quelqu'un qui aimait bien du coup, je me demande si le titre ne s'est pas inspiré de cela. Plus l'épisode avance, plus le tout devient un peu moins confus mais ce n'est pas pour autant que c'est nécessairement bon.

En effet, on se rend rapidement compte que derrière le sujet se cache quelque chose de pas très recherché. J'aurais bien aimé que l'on creuse l'aspect investigation avec des personnages plus atypiques et plus marqués. Je trouve par exemple que les personnages manque d'humour. Peut être qu'un côté décalé aurait pu être un plus dans une série qui avait un sujet plutôt intéressant à la base. Maintenant, je n'irais certainement pas plus loin que ce premier épisode qui m'a donné un aperçu assez large de ce à quoi je devrais m'attendre pour les épisodes précédents et je suis désolé mais les cas de la semaine, je me vois mal les suivre. Surtout s'ils sont aussi rutilants que celui de "There is a Light That Never Goes Out". Les néo-zélandais ne sont pas les plus mauvais créateurs de séries (j'ai notamment adoré The Cult de chez eux), mais ils ne sont pas non plus les plus surprenants.

Note : 4/10. En bref, un pilote passe partout et gonflé de quelques trous d'ennui malgré un sujet de base intéressant, permettant de polariser avec ce que l'on voit en procéduraux de nos jours.

Commenter cet article