Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Borgias. Saison 1. Episode 3.

11 Avril 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-04-11-21h05m13s69.png

 

The Borgias // Saison 1. Episode 3. The Moor.


Les fictions historiques sont ce qui s'appelle pour moi des puits à culture. En effet, ça me donne des envies folles de me plonger dans des livres sur la culture des personnages et justement, d'aller parfaire mes connaissances. Et puis après avoir vu l'histoire, je finis pas laisser tomber, estimant en avoir assez appris sur cette partie là. The Borgias c'est un peu la même chose, il se passe pas mal de choses, encore une fois on ne laisse pas les meurtres hors de notre champ de vision et ils rythme les histoires de la série.

Je garde quand même en tête que cette série est abominablement prévisible à certains moments et c'est dommage. Ils sont mauvais joueur d'échec les scénaristes. Alors certes c'est logique de s'en tenir à ce point là afin d'être plus historique que palpitant dans l'intrigue mais quand même. Le fait que le prince Djem sympathique avec Lucrezia permettait de connaître la fin de l'épisode dès le début et c'est justement dommage. De plus quand on en rajoute sur le fait qu'il serait plus rire un fois l'autre tué, c'était simple. Dommage.
vlcsnap-2011-04-11-21h01m22s62.pngDans la partie la plus intéressante de l'épisode, Michelotto tue presque le cardinal della Rovere. J'ai vraiment cru jusqu'au bout qu'il allait y arriver mais finalement non. J'aime bien cette partie de l'épisode qui garde la tension bien en elle jusqu'au bout. On s'attends pas tellement à ce dénouement mais en tout cas c'est plus que réussi. Une scène également très jolie à l'écran, bien réalisée. Je ne connais pas tellement l'histoire des Borgias mais en tout cas elle est pour le moment plutôt intéressante. Je ne me plains pas. Ca reste quand même cloisonné à certains moments ce qui empêche certaines histoires de filtré.

Cependant la mention reste toujours à ce soin impeccable des décors. On se croirait sérieusement à cette époque. C'est grandiloquent et parfaitement restauré. Pour ce qui est de la musique d'ambiance, même combat qu'avec le premier épisode, c'est encore une fois une réussite. J'ai hâte de pouvoir trouver la BO de la série car franchement, elle est magique.

Note : 7/10. En bref, peut être moins prenant que les deux premiers épisodes, certaines parties trop prévisibles gâchent le plaisir de la suite.

Commenter cet article

simon-edina 17/04/2011 21:24



prévisible... mouais. un peu avec l'histoire de ce prince ou je ne sais quoi, mais le reste pas tellement, je ne pensais pas que l'assassinat du cardinal allait échouer. Puis j'étais content de
voir un peu d'humour aussi avec la présentation des pseudo prétendants au mariage de la fille du Pape.  Pour les décors je suis d'accord, il y a vraiment un soin particulier apporté, tout
comme à la réalisation que je trouve assez soignée et la musique... JE VEUX LA BO MOI AUSSI J'EN PEUX PLUS ! En tout cas cet épisode m'a vraiment donné hâte de découvrir la suite.



delromainzika 12/04/2011 08:23



J'ai pris beaucoup de plaisir moi aussi je te rassures :)


Mais c'est vrai que cette structure manque de quelque chose qui fait que. Après, l'histoire est joliment contée au travers des décors et de tout ce qui enrobe la série et forcément, on tente
d'oublier. Pour les petites précisions merci, cela me permet d'éclaircir certains points notamment sur la compréhension de l'enjeu du sort de Djem.


En tout cas cette fiction est bien meilleure que The Kennedys dans le genre historique, c'est certain :)



Livia 12/04/2011 07:39



J'avoue avoir encore une fois pris beaucoup de plaisir devant cet épisode !


Comme tu le soulignes très justement, la série continue d'être rythmée par les assassinats (ou tentatives) et cela permet d'injecter une certaine tension dans la narration. Pour ce qui est de la
prévisibilité notamment concernant le sort de Djem, je ne serais pas entièrement d'accord : l'enjeu n'est pas de savoir qu'il va mourir (le format semi "procedural" implique ce type d'intrigue à
brève échéance), mais à mon sens plutôt comment et par qui ? Le fait que cette fois, c'est l'autre fils qui entre dans la danse macabre, qu'il s'agit un peu d'une initiation en ce qui le
concerne, est finalement central. Et puis, c'est aussi intéressant de constater que ce n'est pas Cesare qui assassine, ce dernier semblant prendre à coeur le bonheur sincère de sa soeur : ce qui,
face à l'Histoire, et à certains évènements futurs, n'est vraiment pas innocent et peut justement sembler l'option la moins prévisible (et plutôt donc un semi-surprise). Il y a pas mal
d'ambivalence dans ces personnages ; plus que dans les légendes noires que leurs ennemis ont forgées et que la mémoire collective a conservées.


 


Bref, j'ai trouvé dans cet épisode finalement pas mal de subtilité, même si la construction narrative seulement semi-feuilletonnante est un obstacle pour aller plus loin !