Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Borgias. Saison 1. Episode 5.

26 Avril 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-04-26-00h21m16s153

 

The Borgias // Saison 1. Episode 5. The Borgias in Love.


Dans ce nouvel épisode des Borgias, nous avons droit à un vrai développement de la politique et de l'amour des personnages dans la série. Le mariage de Lucrezia s'avère bien malheureux. C'est d'ailleurs plutôt violent toutes ces scènes de sexe gratuites et pas tellement reluisante pour la pauvre jeune mariée. Giovanni fait ce qu'il veut d'elle, comme jetée en pâture. Elle me fait de la peine à voir. Elle tient malgré tout le coup et trouve le répit auprès de Paolo, un garçon d'écurie. Ils commencent d'ailleurs une amitié assez étroite qui à le potentiel d'évoluer en histoire d'amour. C'est certes prévisible comme une vague sur un océan, mais c'est plaisant et très facile à suivre. Paolo est d'ailleurs interprété par Luke Pasqualino que les fans de Skins auront reconnus.

La scène d'ouverture avec Rodrigo qui imagine sa fille mort était peut être un peu too-much. J'ai trouvé le parallèle avec les peintures au plafond du Vatican plutôt mal venue elles aussi. D'ailleurs ce qui est intéressant de voir dans cette série c'est qu'au final, Jeremy Irons, depuis qu'il est devenu Pape il ne sert pas à grand chose. Il est de partout et nul part à la fois.
vlcsnap-2011-04-26-00h29m07s6.pngDans la suite, Juan se voit offrir des propositions de mariage non désirée et décide que seule une princesse est à la hauteur de ses standards. Il s'empresse également de proposer à son père que son frère cadet Jofre serve les intérêt politiques de Rome en épousant la fille illégitime du roi de Naples (même si celle ci n'est encore qu'une enfant). Encore de nouvelles histoires intéressantes en perspectives.

C'est ce qui ressort souvent dans les Borgias, on est plongé dans quelques manipulations politiques qui n'ont rien à voir avec ce qui se passe de nos jours. C'est d'ailleurs ce que je trouve intéressant. Cesare poursuit les intérêts de Rome avec l'ambassadeur de Florence Michiavelli et le vice chancelier Sforza. On ne sait pas trop ce que ces histoires peuvent donner pour le moment, il faudra sûrement attendre le prochain épisode. L'histoire d'amour qui se profile avec Cesare et la baronne Ursula n'a guère d'importance pour moi à cette heure là. J'attendrais de voir la suite.

Ce qui m'embête au final avec The Borgias c'est l'ampleur que prend l'amour dans la série. C'est ce qui rend parfois certaines scènes plus pesantes et moins intéressantes. L'écriture n'est pas si fine que ça non plus, des gros coups de crayons par ci, par là. Mais la réjouissance de retrouver les instigateurs reste intacte. J'ai hâte de voir ce que la suite de cette saison nous réserve puisque nous sommes déjà à la moitié.

Note : 7.5/10. En bref, l'amour et la politique ne font pas toujours bon ménage mais The Borgias est là pour corriger le coche.

Commenter cet article