Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Borgias. Saison 2. Episode 8. Truth and Lies.

5 Juin 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-06-05-21h43m17s160.png

 

The Borgias // Saison 2. Episode 8. Truth and Lies.


Alors que The Borgias était sur une plutôt bonne lancée, voilà le retour des épisodes qui manquent de rythme et surtout ennuient les téléspectateurs. Malgré quelques bonnes choses et des intrigues justes, l'ensemble est flétri par un rythme lancinant qui n'a semble t-il pas l'envie de nous faire avancer. Alors qu'il est de retour à Rome, Juan tente de nous offrir un récit assez intéressant du comment il a eu ses blessures de guerre. Mais Cesare ne croit pas son frère et est déterminé à apprendre la vérité. La relation entre les deux frères a toujours été faite de coup bas et cela ne m'étonnerait pas que l'on ait droit à la mort prochainement d'un des deux personnages. Il faut bien avouer que Juan est mal en point et que ses blessures semblent empirer son état. Mais Cesare remet encore une fois en cause son frère. Il faut savoir la vérité. S'en suit un jeu avec Rodrigo. Les deux fils prodigue vont tenter d'expliquer pourquoi l'un est plus légitime que l'autre. Mais c'est Juan qui joue avec beaucoup plus de dextérité à ce jeu là. Le récit de The Borgias a une manière bien a lui de nous offrir ce face à face entre les deux frères. Pas mauvais mais peu mieux faire.

Ce que je reproche à l'épisode c'est de ne pas creuser suffisamment loin cette rivalité. On a l'impression qu'il ne vont rien se faire, alors tout se joue dans le regard. J'aurais largement préféré que cela aille bien plus loin avec de vrais coup bas. Mais cela risque de venir à mon avis. Pendant ce temps, Lucrezia prend un amant qui n'est autre que le petit frère de celui à qui elle est promise. Les relations amoureuses et tumultueuses du personnage sont bonnes mais pas assez bien foutues. On a plus l'impression que Lucrezia est une prostituée qu'autre chose. J'aurais largement préféré que l'on sente le côté pervers de la jeune femme qui a maintenant bien compris comment fonctionne la famille Borgia. Elle sait très bien ce qu'elle veut et parvient à l'avoir. On se souvient au début de la saison avec la mort de certains personnages et l'affect que cela a eu sur les intrigues du personnage. On a durci le ton, et elle en est sortie grandie. Mais voilà, The Borgias est bien trop préoccupée à vouloir nous coller des seins à l'air un peu de partout et du coup, on nous gâche ce qui pourrait être bien plus vicieux.
vlcsnap-2012-06-05-21h37m47s188.pngEnfin, Della Rovere recrute un complice pour son complot d'assassinat. Si seulement cette partie de l'épisode était bien plus pertinente. Le souci ce n'est pas le complot qui est une excellente idée et surtout, la logique de la vraie histoire du Pape Alexander, mais plutôt la manière dont l'intrigue est amenée. Cela fait gros brouillon bien sale. C'est dommage car je suis certain qu'avec un peu plus de jugeote, les scénaristes pourraient nous offrir des choses plus palpitantes. Peut être est-ce un manque de moyen (et pourtant on a eu quelques batailles assez convaincantes l'an dernier). L'autre information, qui passe en filigrane c'est la mort du roi Charles. Michel Muller va me manquer. C'était un excellent acteur et il incarnait le roi de France comme un Dagobert (pour parler du film plus que de la chanson). Maintenant il va falloir que les deux prochains épisodes qui seront les derniers de la saison, avancent l'intrigue à grand pas au risque de nous ennuyer terriblement… et d'achever la saison sur une très mauvaise note.

Note : 4/10. En bref, épisode décevant malgré ses bons éléments.

Commenter cet article