Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Carrie Diaries. Saison 1. Pilot.

15 Janvier 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

the-carrie-diaries-carrie-bradshaw.png

 

The Carrie Diaries // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Avec The Carrie Diaries je croyais que j'allais rire et détester. Surtout que je suis un grand fan de Sex & the City et que la déception pouvait très bien être de mise quand l'on voit que la nouvelle série est diffusée sur The CW. Alors que la plupart des nouveautés de cette saison m'ont globalement déçu, je cherchais désespérément une série en laquelle j'allais pouvoir enfin trouver de quoi m'investir. Et je pense que j'ai trouvé la perle rare : The Carrie Diaries. Elle vient d'une chaine qui est habituée aux séries pour ado un peu bling bling sur les bords. Sauf que The Carries Diaries est bien loin du bling bling habituel de la série, c'est avant tout une jeune fille qui tombe amoureuse d'une presqu'île : Manhattan. Rapidement les choses se mettent en place et malgré quelques grosses ficelles dégueulasses (la mort de la mère, le père niais au possible, la soeur rebelle et grotesque, ...), les poncifs s'écartent rapidement pour ne me rappeller qu'une seule chose : les teen movie des années 80 que j'adore. Car oui, quand j'étais adolescents, j'étais un grand fan de films comme Sixteen Candles et cie....

La jeunesse de Carrie Bradshaw bien avant qu'elle ne philosophe sur l'amour et le sexe dans Sex & the City, alors qu'elle est en dernière année de lycée dans une petite ville de Nouvelle-Angleterre dans les années 80 et qu'elle rêve déjà de New York. Sa mère est morte au début de l'été et elle sait que cette année sera différente pour elle, mais elle est loin d'imaginer que ce sera à ce point...
the-carrie-diaries-sunglasses-carrie.pngThe Carrie Diaries c'est donc une petite aventure. En tout cas, durant ce premier épisode. Teintée des musiques des années 80 à plein tube, on a une compil de titres indémodables qui donnent tout de suite une impression que le bon temps c'était quand même mieux. Vous ne trouvez pas ? Je crois que le déclic s'est fait sur les premières notes de "Material Girl" de Madonna. La série exploite d'ailleurs à fond l'image de l'icone qui était au sommet de sa gloire à cette époque là. Adulée et surtout starisée par l'album Like a Virgin. The Carrie Diaries se permet de reprendre un autre de ses classiques : "Girls Just Wanna Have Fun" en guise de fin d'épisode. Encore une fois de quoi me séduire. Rien à redire, nous sommes dans une série plaisante qui tente de nous séduire avec autre chose que ce que les séries pour ado font depuis quelques années maintenant. Avec The Carrie Diaries j'ai retrouvé cette nostalgie du passé. Mais cela passe aussi par les décors, et notamment Manhattan. Voir tout cela se dessiner sous nos yeux. Rien à redire, le boulot est bien fait.

Côté scénario, il y a une bonne dynamique également. On voit de nouveaux personnages entourer Carrie Bradshaw, celle que l'on a connu à l'âge adulte alors qu'elle tentait de réussir dans le milieu qu'elle chérie tant. L'émerveillement de Carrie durant ce premier épisode nous le vivons au jour le jour et assez facilement. Un peu comme si cette bande d'amis, pour si tel ou tel personnage était près de nous depuis tant d'années. Au lycée, The Carrie Diaries n'a pas encore bien eu le temps de nous présenter son univers. Pas de quoi faire la fine bouche non plus, l'ensemble fonctionne assez bien finalement. L'interêt amoureux, bien qu'un peu cliché, colle parfaitement à ces teen movies américaines des années 80, jusqu'aux Ray Ban sur le nez. Une classe que l'on ne refait pas. Et puis tout change. Même les minions qui m'ont fait doucement rire avec quelques petites répliques classiques mais bien senties. The Carrie Diaries m'a donc séduit, par un ensemble de chose et côté casting, la petite AnnaSophia Robb (qui a failli dire non au rôle) est plutôt convaincante dans le rôle de Carrie.

Note : 7/10. En bref, un premier épisode réjouissant et apportant une sorte de vent de fraicheur dans les comédies pour adolescents. The Carries Diaries est la bienvenue.

Commenter cet article

Morning Madness 16/01/2013 12:43


Une bonne surprise que ce Pilot. Je n'avais pas prévu de le regarder (le trailer fourni par la CW ne m'ayant absolument pas emballée), mais ayant entendu des échos positifs hier j'ai décidé de me
faire une opinion par moi-même, et je ne regrette pas du tout ! 


Je m'attendais à du sous-Gossip Girl revisité, et en fait la série est bien plus..."humaine" que ça (pas que Gossip Girl soit inhumaine comme série mais bon, il est difficile de s'attacher à des
personnages qui sont à mille lieux de nos préoccupations, en tout cas pour moi ça le fut). Y a vraiment un esprit "séries de la fin des années 90" je trouve dans cette nouvelle production CW.
L'esprit, le ton, l'ambiance années 80...


Après ça n'est pas de la série qui va viser les sommets en terme d'intelligence de propos je pense, mais ça a l'humilité de ne pas le prétendre. Je trouve qu'Anna Sophia Robb est un choix
extrêmement judicieux. L'actrice est extrêmement talentueuse et dégage un capital sympathie de folie. En plus elle réussit à reprendre certaines mimiques de Sarah Jessica Parker avec un naturel
confondant, on ne sent absolument pas "l'immitation" ! 


Bref, si la série reste dans la veine du bonbon acidulé que fut ce premier épisode, je pense que je vais continuer à la suivre dans la durée ! Seule inquiétude, les audiences n'ont pas été
fameuses :/ J'espère que le bouche à oreille (je n'ai lu que des plutôt bonnes critiques jusqu'ici) va lui permettre de remonter en seconde semaine ! 

Mélissa 15/01/2013 21:42


si je puis me permettre Girls, just wanna have fin c'est de Cindy Lauper !!!
Sinon pour le reste de la critique je suis bien d'accord, il s'y dégage un parfum de nostalgie des teen movie des années 80...


Bien que je sois née dans les années 80, j'ai vu Sixteen candles ou breakfast club pour citer les plus emblématiques... la musique impécable, le décor, l'innocence de l'héroine face au sexe
(notamment par la virginité...), l'homosexualité (bien géré pour le moment même si je l'ai vu arrivé gros comme une maison). Les références pop de l'époque, Madonna, Rob Lowe etc... Effectivement
je me suis dit l'espace d'un instant : c'était mieux avant !!!