Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Fosters. Saison 2. Episode 5. Truth Be Told.

19 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-07-16-21h41m33s246.jpg

 

The Fosters // Saison 2. Episode 5. Truth Be Told.


Cet épisode fait partie des épisodes de The Fosters qui n’ont pas énormément de choses à raconter mais qui finalement termine sur quelque chose qui donne envie de revenir. Je n’ai pas trouvé cet épisode exceptionnel mais cela ne veut pas pour autant dire que j’ai passé un moment désagréable. Après tout cette série est un moment de plaisir malgré tout, notamment car tout cela fonctionne donc assez bien dans son ensemble. On ne pouvait pas demander mieux de la part de The Fosters que de se concentrer un peu plus sur Brandon qui va enfin confesser qu’il a couché avec Dani. Je crois que c’est la seule intrigue dont j’ai vraiment envie de me souvenir de cet épisode de The Fosters. C’est bien dommage car il y a vraiment de quoi faire. Brandon était cependant un personnage un peu en marge des autres depuis le début de la saison, que la série ne savait pas vraiment mettre dans le bon sens. C’est dommage car je ne suis pas sûr qu’il y avait réellement quelque chose à gagner là dedans. Bien au contraire, la série ne pouvait pas faire grand chose et c’est bien dommage. Ce que j’aimerais savoir cependant c’est comment la suite va réellement changer la donne autour du personnage. Certes il y a cette révélation mais change t-elle quelque chose ?

« Truth Be Told » est le genre d’épisodes qui finalement ne fait pas avancer grand chose mais qui simplement tente plus ou moins de nous dire qu’il y a donc ici et là des trucs à droite et à gauche qui vont peut-être réussir à raconter quelque chose. Je pense par exemple à Callie. J’adore ce personnage mais je trouve que The Fosters ne sait pas vraiment comment l’exploiter. En le baladant à droite et à gauche, on ne sait plus trop ce que The Fosters veut réellement nous raconter. Elle veut coucher avec Wyatt car c’est quelque chose qu’elle peut contrôler mais finalement elle va se rendre compte qu’elle n’a pas le contrôle et du coup, la série fait quelque chose d’assez médiocre dans son ensemble. Jude de son côté est toujours aussi intéressant car j’aime bien ce que la série veut faire de ce personnage. En cherchant à trouver un moyen de parler de son histoire, de ses relations, tout cela va permettre forcément de créer des liens plus forts entre le téléspectateur et le personnage. Je ne sais pas ce qu’il faut attendre de plus de la part de The Fosters mais je ne pense pas qu’il faille en attendre beaucoup plus. La série a besoin de faire de la place à ses personnages et pour ce faire, il faut simplement qu’elle développe de nouvelles idées.
vlcsnap-2014-07-16-21h49m58s179.jpgIl y a de la suite dans les idées des personnages bien entendu, notamment Callie mais ce n’est pas suffisant. Surtout quand à côté on a Callie qui pense que Mariana se masturbe. Cela a beau être drôle, j’ai l’impression que The Fosters avait besoin d’épiloguer là dedans pendant des années. Alors que ce n’est pas vraiment ce qu’il faut attendre de cette série. Certes The Fosters a toujours été une série sur des moments de vie mais il faut aussi que cela soit peut-être un peu plus pertinent. C’est en tout cas comme ça que je le vois. Par ailleurs, Jesus est en train de devenir un personnage que j’ai du mal à comprendre. C’est le gros problème que j’ai avec la série à ce moment là, elle ne cherche pas vraiment d’occasion de rendre Jesus réellement bon alors que l’an dernier, dans la seconde partie de la saison 1, il y avait un truc qui fonctionnait bien avec le personnage. C’est là que je me demande ce que The Fosters pourrait réellement faire par la suite. Cette saison est presque un peu trop décousues avec des intrigues qui, sans l’avoir aucun sens, n’ont pas suffisamment à nous raconter ou bien qu’ils ne sont pas suffisamment impressionnantes.

Note : 4.5/10. En bref, l’épisode n’est pas nécessairement mauvais mais il n’y a rien de surprenant. Trop de banalités.

Commenter cet article