Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Fosters. Saison 2. Episode 7. The Longest Day.

7 Août 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-07-29-20h50m09s254.jpg

 

The Fosters // Saison 2. Episode 7. The Longest Day.


Je crois que le problème de cet épisode c’est de vouloir trop en faire dans tous les sens et du coup, il met un peu trop de côté sa plus belle intrigue : celle de Brandon qui confesse à ses parents ce qui s’est passé avec Dani. C’était quelque chose de bien emmené et la série parvient à transformer le tout en une scène assez touchante. En tout cas, j’ai tout de même été touché par cet épisode alors que Brandon est bien loin d’être mon personnage préféré de la série. Je dirais même que c’est pile poil le genre de personnage que je n’aime pas spécialement mais qui nous le rend bien malgré tout. Le résultat est bel et bien là et puis revenir sur l’histoire de Brandon et Dani, l’une des meilleures intrigues de la saison précédente, c’était forcément une très bonne idée. L’an dernier ils ont couché ensemble. On le sait, les parents de Brandon le savent maintenant eux aussi. C’était peut-être une idée étrange de la part des scénaristes mais The Fosters a toujours su rebondir et nous offrir quelque chose d’assez touchant autour de ça, comme si cette erreur avait appris aux personnages à grandir et à voir les choses autrement. Et puis il y a eu la spirale infernale dans laquelle est tombé Brandon. Une spirale de laquelle il fût difficile de sortir le personnage.

Mais l’on a enfin l’épisode que Brandon méritait et dont il avait besoin afin de retrouver les bonnes grâces du téléspectateur. En effet, voir le personnage dans quelques épisodes précédents, On aurait dû faire confiance aux scénaristes car cet épisode est un vrai aboutissement de ce que The Fosters peut faire de plus merveilleux avec ses personnages et ce même si l’intrigue n’était pas parfait au premier abord. Je vais donc tenter de me méfier de toute les histoires que la série tente de mettre en scène. C’était donc un joli moment pour permettre à Brandon de se confier et l’épisode cherche à tout faire pour à la fois nous toucher nous mais aussi transformer ce moment comme l’un de ces moments mémorables dont seule The Fosters a le secret. Au fil du temps, j’ai l’impression d’être préparé et pourtant elle me surprend toujours. Il y a quelque chose dans cette série qui parvient à toujours être vrai. On n’a pas envie de douter des personnages et c’est certainement ce qu’il y a de plus merveilleux finalement. En tout cas, je ne regrette rien du tout et j’ai hâte de voir la suite de la saison, notamment car je suppose que des intrigues comme celle de la danse peuvent devenir intéressantes par la suite, comme celle de Brandon actuellement.
vlcsnap-2014-07-29-20h43m54s90.jpgThe Fosters se concentre également sur d’autres personnages et c’est bien la seule chose que je peux lui reprocher. Car l’épisode avait l’histoire de Brandon qui était parfaite mais elle donne peut-être un peu trop d’importance au reste des intrigues, éparpillant donc ce qui aurait pu être un épisode un peu plus brillant. J’ai donc trouvé que l’histoire de Mike n’était pas très utilise, surtout que sa relation avec Dani n’était pas le grand moment de l’épisode sans compter que Mariana de son côté reste quelqu’un d’assez ennuyeuse pour le moment. Toute cette histoire de danse manque cruellement d’intérêt à mes yeux et ce mêmes s’il y a du potentiel pour tiare largement plus. Dois-je parler de l’utilité de Kerr Smith ? J’ai beau trouvé l’acteur sympathique, je trouve que ce rôle ne lui va pas tellement. J’ai l’habitude de le voir dans des rôles de personnages beaucoup plus jeune et de le voir les cheveux grisonnants de la sorte, c’est un vrai choc pour moi. Et puis le triangle amoureux composé de Jesus, Hailey et Emma commence aussi à montrer ses limites. Finalement, cet épisode démontre à quel point Brandon et son histoire avaient énormément de potentiel.

Note : 7/10. En bref, encore une fois réussi pour The Fosters.

Commenter cet article