Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Good Wife. Saison 1. BILAN.

22 Juillet 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #The Good Wife

the-good-wife.jpg

 

The Good Wife // Saison 1. 23 épisodes.

BILAN

 

J'ai fini la saison 1 il y a déjà un bon moment mais je me suis décidé à ne pas parler que de très mauvaises séries cet été. En effet, The Good Wife fait partie des petites perles de cette année côté série. Le grand retour de Julianna Margulies dans le rôle d'une avocate après l'excellente Canterbury's Law trop vite annulée par la FOX il y a quelques années déjà. On n'accroche pas dès le premier épisode mais c'est sûr la durée que l'on apprend à aimer cette série. Attention aux spoilers sur le final, je vous déconseille de lire le dernier paragraphe si vous ne l'avez pas encore vu.

 

L'épouse d'un homme politique voit sa vie bouleversée par l'incarcération de son mari à la suite d'un scandale sexuel et une affaire de corruption largement relayés par les médias. Dépassant la trahison et l'humiliation publique, Alicia Florrick décide reprendre sa carrière d'avocate après une pause de 13 ans loin des tribunaux. Elle rejoint un ami de longue date au sein d'un prestigieux cabinet de Chicago. Très vite, Alicia réalise que la compétition va être rude avec de jeunes recrues ambitieuses et déterminées. Mais au moins pour une fois, elle est prête à prendre en main sa propre destinée et détruire son image d'épouse modèle...

 

Quand j'ai vu le pilote de cette série judiciaire je me suis dit : ça y est, on a une nouvelle série judiciaire qui n'a pas forcément renouvelé le genre mais qui semble intéressante. J'ai donc poursuivi l'aventure avec entrain et après 3-4 épisodes on accroche et on s'en passe plus. Dans le pilote, Alicia Florick se retrouve à nouveau plongée dans le monde du travail après avoir arrêté pendant des années pour s'occuper des deux charmants enfants qu'elle a eu avec son mari, accusé d'un scandal sexuel. Le scénario pose les intrgiues tout doucement au début, d'Alicia allant voir son mari en prison à ses diverses affaires judiciaires qu'elle tente de résoudre semaine après semaine pour le compte de son cabinet. Cependant, ce que j'ai adoré c'est que le pilote installe petit à petit l'histoire des personnages sans pour autant transformer cela en quelque chose de dantesques. On n'est pas achevé à grand coup de hâche dans le premier épisode et c'est appréciable. C'est même souvent une bonne chose de ne pas trop en mettre plein la vue dès le premier épisode dans le sens où souvent on parvient à être déçus.

 

Par la suite, entre enquêtes et procès, manipulations de jury, influences de juges, ... on a le droit à de belles petites plaidoiries d'Alicia. Si au début on à l'impression d'assister à ses débuts d'avocate elle parvient au fil des épisodes à imposer son ton et à nous surprendre. Encore une fois les dialogues sont savoureux. Alicia est un très bon personnage et Julianna n'y est pas indifférente. Je pense que c'est même elle qui porte son personnage sur les épaules et pas l'inverse. Elle est parfaite, elle sait faire passer les émotions, faire la femme au foyer épleurer de voir un mari qui l'a trompé avec une simple prostituée, une affaire de corruption. Mais elle n'est pas la seule loin de là. Le cabinet Lockhart / Gardner reflut de bons personnages, de bonnes histoires et de très bonnes trames. La première c'est Christine Baranski alias Diane Lockhart. Elle a ce regard de salope qui n'en a rien à faire de ses employés, une femme impitoyable prête à marché sur les autres. Une vraie Glenn Close blonde.

 

L'actrice maîtrise son personnage jusqu'au bout quand elle demande à Alicia ses petites connections afin de sauver son boulot ou au début quand elle disait ouvertement qu'elle ne l'aimait pas du tout. Elle est donc un pilier de la série. Ensuite, ce sera certainement Archie Panjabi alias Kalinda. Je l'adore. Elle est géniale. Elle maintient le mystère sur sa propre vie, ses enquêtes en sous marin avec ses connections avec les flics du coin, ... j'adore. Une vraie petite enquêtrice pour Alicia avec qui elle forme une vraie équipe de choc. Je pense qu'elle mérite vraiment sa nomination aux Emmy et mériterait de le gagner. Petite mention spéciale aux moments avec son inspecteur de friend with benefits qui la met au pied du mur et le moment où elle se saoule avec Alicia dans un bar dans l'épisode 22 (juste avant d'être convoqué pour un plaidoyer au tribunal, c'est du jolie) et qui pose la question fatale à Kalinda : "Are you gay ?".

 

La première partie de la saison 1 de The Good Wife est un questionnement sur la vérité, grâce notamment l'enquête du fils sur ce que cache son père car il ne croit pas du tout le fait qu'il ait pu trompé sa mère. Il va découvrir le pot aux roses jusqu'au moment où la grand mère va détruire les preuves. D'ailleurs, j'adore la mère de Peter, elle est plutôt drôle dans son genre. Elle est tellement chaste qu'elle ne veut pas que son petit fils se retrouve seul avec une fille dans sa chambre. De toute façon la fille avec qui il sort n'est pas faite pour lui, elle ne fait que balancer des informations à la presse sur Peter. Quand Alicia s'excite contre son fils et lui prend son ordinateur de sa chambre pour le mettre dans le salon, j'adore la tête du gamin, le pauvre, il ne pourra plus se satisfaire... La seconde partie de la saison 1 marque le retournement de situation. Peter est innocenté et est donc de retour à la maison mais sous résidence surveillé. Il n'a donc pas le droit de sortir de chez lui. Derrière tout ça, Alicia se montre plus avenante vers Will son patron et une relation naît entre les deux mais une relation qui s'égraine avec le retour de Peter à la maison. J'aime bien le jeu des chaises musicales. Encore une fois ce sont les dialogues et le casting qui font le plus gros.

 

Au final, les derniers épisodes nous plongent dans des histoires plutôt captivantes et ce malgré la mécanique parfois assez classique de la série. Entre le fils qui tente de sauver son père en jouant au skateboard avec l'alarme de la résidence surveillée, bien trouvé. Le fils est toujours aussi perspicace. Le frère et la soeur même combat que la famille finalement. On a également la trame du cabinet qui subit la crise économique et qui doit virer des "junior associate". Cary et Alicia sont en compétition. Elle peut garder son job (dont elle a besoin) si elle fait marcher ses connections ou plutôt celles de son mari. Cary se fait donc virer à la place de Alicia, un twist efficace qui lance alors la saison 2 avec une certaine efficacité. C'était d'ailleurs à la fois jouissif et horrible le moment où il regarde Alicia quand elle sort du bureau et qu'il croit qu'il a gagné mais non, finalement elle n'a pas gagné, il est viré et là, la nouvelle tête quand il ressort du bureau, dépité le pauvre. Je l'adore. A la fin de la saison, on découvre donc que Cory va s'occuper de l'affaire Florick ce qui n'est pas sans proser des problèmes à Alicia et Peter, Peter va semble t-il prendre en main la carrière d'Alicia ce qui n'est pas du goût de l'intéressé et puis un cliffangher que je ne révèlerait pas.

 

Note : 9/10. En bref, la série judiciaire de ces dernières années qui sublime le genre avec l'époustouflante Julianna Margulies, un très bon casting et des intrigues passionnantes.

Commenter cet article

Callie 22/06/2011 13:20



J'ai eu du mal au début, je me demandais après les deux premiers épisodes si j'allais poursuivre... c'était leeeent !


heureusement, je me suis accrochée !!


le casting est exceptionnel (que ce soit pour les personnages de 1er plan que de 2nd plan !) on s'attache vite à tout le monde et on est embarqué dans la vie de cette femme si belle, si
intelligente et forte.


J'espère des tas de saisons ! ça me fera mal quand la série s'arrêtera...