Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Inbetweeners. Saison 1. Bilan.

20 Décembre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

inbetweeners_cast.jpg

 

The Inbetweeners // Saison 1. 6 épisodes
BILAN


Les comédies anglaises. Après avoir découvert en septembre dernier The It Crowd (Mon bilan de la saison 1), je me suis lancé dans The Inbetweeners presque en sachant que j'allais adorer. On m'en parlait de partout et puis je me suis dit, aller, promis, je l'ajoute à mes découvertes sériephilique de Noël chez nos anglais préférés. Je résultat après 6 épisodes est que je n'attends qu'une chose : débuter cette "f***ing" saison 2.
Le snob Will arrive dans une nouvelle école où il se fait de nouveaux amis. Pas évident pour ces ados de grandir dans une banlieue de classe moyenne !


Tout d'abord les personnages. Ils sont tout simplement géniaux. Rien que le héros, Will McKenzie (joué par Simon Bird) est excellent. Il fait aussi la voix off et ses apparitions moralisatrices de jeune garçon coincé me font pouffer de rire. Quand il tente de se faire passer pour un adulte c'est toujours priceless. Je crois que rarement un personnage de série du genre a été aussi bien soigné en terme de dialogues savoureux. Il n'est pas en reste. Simon Cooper (joué par Joe Thomas) est un peu le personnage dont on ne sait pas pourquoi il est là, dans ce groupe d'attardés du zizi sexuel (pour reprendre l'expression de Titeuf). Il n'est pas laid mais il a un problème : il est amoureux d'une fille qui lui est inaccessible. Ce personnage m'a bien fait rire avec le passage de son permis (la scène avec celle qui lui fait passer c'est tout simplement du petit lait, sans parler de la suite avec sa Fiat Hawaii 500).
Pour ce qui est de deux autres personnages, il y a Jay Cartwright (joué par James Buckley), un peu l'exclu de la société qui veut faire croire à tout le monde qu'il est le meilleur alors qu'il n'est qu'un pauvre looser ou bien le looser Neil Sutherland (joué par Blake Harrison) qui m'aura bien fait rire avec cette histoire d'abeille. Le casting est donc bon. Et pour ce qui est de l'intrigue des épisodes, tous les thèmes passent à la casserole.

 

Tout d'abord l'alcool et ses conséquences. Cet épisode loufoque et barré avec une scène de vomissage sur un pauvre petit, c'était tout de même très impertinent. Une série qui ose, c'est rare. Mais je crois que l'épisode qui parle de permis de conduire et d'une certaine Fiat Hawaii 500 est le meilleur de la saison bien que tous soient géniaux. Tout ce qui s'est passé avec Will et Charlotte était bien trouvé. La scène de "sexe", si l'on peut appeler ça comme ça était à mourir de rire "Don't move your all body". Le tout se termine sur un épisode au bal de la promo, une fête qui tourne presque au cauchemar pour nos personnages.

Mais au final, ces 6 épisodes étaient donc excellents. L'écriture est si fine, si travaillée, sans parler des personnages qui sont atypiques et pas du tout le stéréotype d'un genre en lui même. Les anglais aiment bien faire des choses authentique et The Inbetweeners doit bien être la vie racontée de certaines personnes d'Edinburg. A voir. J'attends la suite (dont je vous ferais un bilan prochainement) avec impatience.

Note : 8.5/10. En bref, une excellente comédie, savoureuse et dérangeante aux adolescents complètement barré que rien n'arrête. Parfait pour rire.

Commenter cet article