Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Kennedys. Mini-series. Part 3.

11 Avril 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-04-11-15h32m37s197.png

 

The Kennedys // Mini-series. Part 3.


Malgré ses grosses erreurs et notamment une réalisation des plus cliché, digne des plus faibles téléfilms des années 80, je trouve que c'est plutôt acceptable comme série au final. Elle retrace peut être un passé pas si juste que ça mais je prend plaisir à y suivre comme toute fiction historique que je pourrais suivre. Bien sûr dans le genre (et sur les présidents américains) je déclare forfait quand je vois John Adams qui est pour moi la meilleure fiction politique américaine jamais faite en terme d'histoire vraie.

Cette troisième partie de la fiction se concentre un peu plus sur Kennedy, c'est là où il passe du simple Jack à JFK. Le grand homme politique. Dans les 90 premiers jours de son investiture il va devoir faire face à de nombreuses contraintes. Greg Kinnear est très bon dans son rôle. Il donne une certaine carrure au personnage. Bien que certain l'ont bien mieux interprété au cinéma, je trouve le jeu de l'acteur plutôt bon.

L'histoire s'intéresse donc à l'accord de Kennedy pour envahir Cuba et renverser Fidel Castro. Une idée vouée à l'échec qui va quand même ébranlé l'Amérique et surtout les débuts de la présidence du personnage qu'est Kennedy. Les aveux du fiasco en direct à la télévision sont connus de tous. Même si l'histoire passe pour moi dans la partie apprentissage ici, je retrouve des parties de mon cours d'histoire au lycée. C'est intéressant et permet de revoir un peu le passé d'un pays qui est quand même la première puissance au monde.

Au final, avec ce troisième épisode on gagne un peu plus en discussions politiques, notamment dans le bureau ovale qui parait malheureusement un peu cheap par rapport à ceux que l'on peut voir dans 24 ou The Event par exemple. D'un côté c'est vraiment dommage car cela aurait mérité mieux. Peut être que c'est l'ambiance de l'époque mais il me semble pas que ce bureau ai été agrandi depuis donc sa petitesse ici m'embête. Enfin, dommage que Jackie se fasse un peu plus discrette.

Note : 6/10. En bref, avec quelques discussions politiques et des passages de l'histoire la série s'en sort correctement.

Commenter cet article

delromainzika 12/04/2011 08:19



Je suis plutôt d'accord avec toi ^^ Mais en fait les discours et longs dialogues c'est peut être ce qui donne pour moi de la consistance et de l'intérêt à cette série vu qu'on ne peut pas voir
(par manque de moyens je suppose) tous ces éléments historiques comme le débarquement. Après, pour le moment je suis pris dans l'histoire, peut être que le prochain ne me passionnera pas plus que
ça. :)



Livia 12/04/2011 07:49



Bon sang, que c'est mauvais. Je crois que pour le moment, je noterai la série moitié moins que toi, pour avoir réussi à gâcher un tel concept et avoir osé nous sortir quelque chose d'aussi plat,
mal dirigé, mal raconté, mal filmé... C'est trop pour moi. Sans le thème, je crois que j'aurais déclaré forfait il y a longtemps. Sans penser à John Adams (avec laquelle le gouffre qualitatif me
donnerait plutôt le vertige), l'attrait "historique" des Kennedys se rapproche un peu du néant, tant c'est un récit qui a déjà été tant de fois raconté, sous tous les formats... Au fond, devant
cette mini-série, on a un peu l'impression d'assister à un cours d'Histoire mal digéré : une prévisibilité crispante, des personnages unidimensionnels et sans souffle... Aucune valeur ajoutée par
rapport à tout ce qui a pu être fait avant : tout le monde connaît l'Histoire, pourquoi faut-il être si didactique et si académiquement plat ? Dans cet épisode 3, c'est bien révélateur : toute la
tension autour du débarquement de la Baie des Cochons est proche du néant. C'est juste une succession de dialogues sans cohésion, ni liant, avec un arrière-goût de semi-amateurisme (ou de
téléfilms des années 80 au choix ^^') exaspérant.


Je lui mets 3/10 à cet épisode (parce que c'est quand même les sixties )