Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The L.A Complex. Saison 1. Episode 4.

1 Février 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-02-01-21h10m10s215.png

 

The L.A Complex // Saison 1. Episode 4. Other Side of the Door.


De semaine en semaine je suis de plus en plus surpris par la qualité de cette série. Cela débutait comme une série toute simple, qui ne demandait de mal à personne et petit à petit elle a su faire parler d'elle en beaucoup de bien. Malgré des audiences en queue de poisson, et une diffusion sur The CW qui arrivera dans les prochains mois, on ne sait toujours pas de quoi retournera la série après ses 6 petits épisodes. Prions que la série cartonne sur The CW et que cette dernière comprenne aussi que les séries de midinettes qui nous expliquent que les enfants naissent dans les choux et pas de façon sexuelle par échange de fluides, franchement… C'est nous prendre pour des débiles mentaux. Ce que j'aime dans The LA Complex est justement, qu'elle n'a pas de complexe. Elle s'autorise tout. Et c'est fait avec pas mal d'intelligence. Et le cast est également très bon. La semaine dernière on laissait Alicia entrain de faire une sextape, et c'était déjà assez osé. Elle va découvrir dans cet épisode que non seulement à cause de ça elle ne pourra plus faire de vidéos clips de danse de Willow Smith (plus de Whip my Hair back and forth…).

Et la pauvre va aussi découvrir que la vidéo ne sera pas vendue et que donc… elle ne va pas gagner d'argent avec. Elle ne peut donc que capitaliser sur ses atouts et la petite notoriété qu'elle s'est faite avec la vidéo. Elle va décider de se lancer dans une carrière de porno. L'idée est bonne et surtout, c'est assez choc. Je me demande encore comment The CW va gérer tous les éléments assez choc que la série nous offre chaque semaine. Elle va le faire malgré les mises en garde de Nick. Pour elle "It's just sex". Et justement, c'est cette phrase qui m'a fait tiqué sur le fait que The CW va avoir du mal à diffuser cette série. C'est complètement borderline, et cela naturalise le sexe de façon assez fulgurant. Mais je ne suis pas contre. Bien au contraire. Ce n'est pas tout, l'épisode capitalise également sur la relation entre Abby et Nick. La petite leçon de pèche était pas utile mais a permis de rapprocher les deux personnages ce qui n'est au fond, pas négligeable pour un sou. Du côté de Raquel, elle tente toujours d'avoir son court métrage tourné et supporté par un producteur. Elle va faire la rencontre d'un d'entre eux… Forcément tout va se passer différemment du comme on peut le penser.
vlcsnap-2012-02-01-20h40m00s39.pngJ'aime bien Jewel Staite, elle me rappelle combien j'adorai Firefly et combien Firefly me manque également. Du coup… Ensuite la relation entre Kaldrick King et Tariq est sûrement l'une de celles qui nous offre parmi les scènes les plus gays de l'histoire de la série. Franchement, je suis surpris. Ils vont séjourner durant un week end dans un bed & breakfast romantique et vont y apprendre à s'aimer tous les deux en faisant la rencontre d'un vieux couple. Enfin, Connor renoue des liens avec un ancien professeur de UCLA à qui il demande de lui redonner confiance en lui. Connor est également un personnage intéressant même si je déteste sa relation avec Raquel, en tout cas il y a quelque chose de terrible derrière ce personnage. Au final, voilà une fois de plus un épisode qui ose des choses et pas qu'un peu. On revient également sur le passé de Connor quand il était enfant, intéressant mais pas forcément indispensable. J'espère que cela va nous apporter quelque chose par la suite de très passionnant. Je n'ai qu'une envie : voir la suite.

Note : 8/10. En bref, plus la saison avance plus la série est fascinante.

Commenter cet article