Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The L.A Complex. Saison 2. Episode 2. The Contract

25 Juillet 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-07-25-14h17m52s164.png

 

The L.A Complex // Saison 2. Episode 2. The Contract.

 

Je crois que ce que je préfère encore plus dans The L.A Complex c’est le regard assez critique et réaliste qu’elle nous offre de l’industrie hollywoodienne. C’est une immersion réellement bien constituée. C’est un monde assez atypique et surtout qu’il ne fait pas forcément bon fouler. Alors que le premier épisode de la saison se concentrait sur un retour en douceur au LUX, cette semaine on retrouve le charme des coulisses des studios et de comment tout cela fonctionne. Bien loin du côté superficiel que l’on a déjà pu voir dans 90210 il y a quelques années maintenant, The L.A Complex est beaucoup plus dure. Notamment avec Nick. Ce dernier a été mis en duo avec Jessica comme prévu dans l’épisode précédent. Sauf que Nick n’apporte rien dans la Writer’s Room. Il faut faire ses preuves tout de suite pour être sûr de perdurer dans ce métier et c’est ce que Sabrina va tenter de lui apprendre. Son côté timide permet au personnage de le rendre encore plus adorable et à sa relation avec Sabrina de fonctionner. Les deux forment un bon et beau duo. J’ai hâte d’en connaitre la suite. Surtout que Nick est mon personnage préféré.

 

Je vous l’avais sûrement déjà dis mais je retrouve un peu de moi dans ce personnage. Pendant ce temps, Kal se retrouve à l’hôpital après sa tentative de suicide de l’épisode précédent. Il a des tendances suicidaires et a du mal à contrôler sa rage. Il ne s’aime pas et n’arrive pas à s’avouer à lui-même qu’il est gay. J’ai d’ailleurs trouvé très touchant le moment où il avoue à quelqu’un qu’il ne connait pas et au grand jour qu’il est gay justement. C’est l’une des premières étapes du coming out et je pense que sans celui-ci, Kal ne sera jamais lui-même et bien dans sa peau. Son producteur ne l’aide pas en voulant le faire sortir de l’hôpital alors qu’il apprenait à se soigner petit à petit. On ne perd donc pas notre temps avec ce personnage et la gestion de son chagrin couplé à sa rage est une excellente chose.  Dans un registre différent, Raquel tente d’obtenir un rôle pour lequel elle n’était pas faite d’après les directeurs de casting. Depuis le début de la série, on tente de raconter quelque chose autour de l’âge de Raquel, mais finalement, ce n’est pas uniquement ça son problème, c’est aussi son côté froid et pas très accueillant. J’adore comment Jewel Staite incarne son personnage. Il y a une certaine ambition derrière.

vlcsnap-2012-07-25-14h17m50s143.png

Je dois aussi avouer que sa relation avec Connor est mignonne et pleine d’espoir. Mais ce n’est pas facile à faire évoluer. Raquel est enceinte, mais Connor va devoir l’abandonner durant six mois. En effet, il va faire la rencontre d’une jeune femme qui pourrait bien venir à son aide. Connor veut faire du cinéma, et il se retrouve qu’elle a une opportunité en or pour lui. Elle lui propose d’être pendant six mois son petit ami. En échange il a une exposition médiatique pendant six mois avec une star has been du cinéma, mais également un film à la clé derrière. Je ne sais pas vous mais je sens que cela va finir en queue de poisson ou en eau de boudin toute cette histoire. Je vois mal Connor rester pendant six mois le petit ami modèle. C’est un peu comme Abby. Elle est engagée dans le rôle de la « slut » dans Saving Grace mais dans son contrat il est stipulé qu’elle doit faire attention à respecter son personnage dans la série et ses valeurs également à l’extérieur. Ce qui au fond est d’une logique implacable. Sinon, comment voulez vous que les conservateurs américains regardent la série. Elle va rapidement découvrir que les coulisses de la série ne sont pas si jolies qu’elles ne semblent être.

 

Ainsi, ce nouvel épisode de The L.A Complex se conclut sur notre jeune adolescente de 18 ans et son frère qui est fait pour faire de la publicité. Rapidement, elle va découvrir que le rêve que le réalisateur lui avait promis dans l’épisode précédent n’existe pas mais elle veut que son fils réussisse. Même si je ne suis pas tant intéressé que ça par ces personnages je dois bien avouer tout leur intérêt pour éviter que la série ne fasse du remplissage. Je suis donc ravi du résultat, du moins, pour le moment. Ils sont mystérieux mais il ne va pas falloir trainer trop longtemps non plus autour du pot. Au final, The L.A Complex nous offre quelque chose dans la continuité du premier épisode. C’est frais, léger et toujours bien maitrisé. The CW n’a finalement fait aucun mal à la série si ce n’est qu’ils ont virés Alicia et Tariq. Quoiqu’il en soit, ce n’était finalement pas une si mauvaise idée que ça. Preuve en est avec les deux premiers épisodes de la saison.

 

Note : 6.5/10. En bref, encore une petite réussite.

Commenter cet article