Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Last Ship. Saison 1. Episode 4. We'll Get There.

20 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-07-18-01h32m49s255.jpg

 

The Last Ship // Saison 1. Episode 4. We'll Get There.


On sent tout de suite que The Last Ship a énormément emprunté au cinéma de Michael Bay. Ce dernier qui vient tout juste de livrer son dernier volet des aventures des Transformers, a certainement dû chapeauté une bonne partie de la série. On retrouve son goût pour certains aspects de la mise en scène. Je pense notamment à ce flashback qui nous ramène au moment où Chandler était encore auprès de sa famille, annonçant qu’il va alors partir en mission pendant plusieurs mois. Cette scène m’a tout de suite frappé. L’éclairage, le côté ultra patriotique, la caméra cachée derrière l’arrosage automatique, etc. Vous allez certainement me prendre pour un dingue, mais cela m’a tout simplement marqué. Par ailleurs, l’une des meilleures scènes de cet épisode c’est certainement celle où XO s’allume un barreau de chaise. Il faut dire que Adam Baldwin est parfait dans ce genre de rôle. Il me rappelle parfois ce qu’il pouvait faire dans Chuck. Mais ce n’est pas un reproche, loin de là. En effet, on se rend compte que The Last Ship traité finalement de pas mal de choses malgré le côté assez procédural. Car même cet épisode n’y échappe pas. Alors que notre bateau continue sa route, nous sommes maintenant dans les tropiques et le moins que l’on puisse dire c’est que si Rachel ne peut pas avoir de l’électricité à nouveau (puisque le bateau est bloqué) alors ils vont tous y passer.

S’en suit donc des scènes de patriotisme pur et dur. J’ai trouvé assez cocasse cette façon de sauver le bateau et de tenter de le faire redémarrer. Mine de rien, c’est le genre de trucs qui fait son petit effet dans une série comme celle-ci. Ils se rendent donc tous au Costa Rica maintenant afin d’aller trouver ce dont Rachel à besoin afin de poursuivre ses recherches. Le tout fonctionne d’ailleurs assez bien du point de vue de Rachel. Cette dernière va enfin faire face à Quincy comme il se doit alors que ce dernier avait trahi tout le monde pour les russes dans l’épisode précédent. The Last Ship ne veut pas faire non plus de grande scène émotionnelle entre ces deux personnages. Tout a donc l’air d’être réglé en deux coups de cuillère à pot. C’est peut-être légèrement dommage mais cela ne veut pas pour autant dire que c’est mauvais non plus. En tout cas, le résultat est bel et bien présent et je crois que l’on ne pouvait pas en attendre moins de la part de la série. C’est là que XO intervient avec son gros cigare. Le face à face avec Quincy était beaucoup plus drôle que pertinent. Au fond, The Last Ship est une série assez inoffensive qui cherche juste à nous divertir.
vlcsnap-2014-07-18-01h30m47s59.jpgEt ça fonctionne ! Heureusement, sinon ce serait moins flatteur pour Michael Bay de produire cette série. En débarquant dans le monde des séries, le grand réalisateur américain a certainement dû donner des directives afin que The Last Ship ne ressemble pas à un désastre et pour le moment, ce n’est pas le cas. Tous les flashbacks sur Chandler et sa famille sont mignons. Après tout il faut aussi que l’on apprenne à connaître la vie des personnages avant qu’ils ne soient montés sur le bateau. Le fait qu’il ait une famille (supposée morte) laisse forcément de la place à un peu d’émotion mais le plus grand moment d’émotion de l’épisode c’est certainement celui où Jeter prend le temps de raconter à Chandler qu’il a tué sa famille dans un accident de voiture. Il pense maintenant qu’il est là pour une raison et que c’est pour faire le bien. Le rapport avec la foi est peut-être un peu lourd mais dans un sens, dans un moment aussi post-apocalyptique, je pense qu’il n’y a pas grand chose à quoi se raccrocher et la foi est peut-être une solution. Reste à savoir ce que tout cela va nous apporter par la suite. Surtout qu’il y a tout un tas d’intrigues en cours.

Note : 6/10. En bref, classique mais efficace.

Commenter cet article