Critiques Séries : The Newsroom. Saison 1. Episode 3. 112th Congress.

9 Juillet 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2012-07-09-20h29m53s235.png

 

The Newsroom // Saison 1. Episode 3. 112th Congress.


Après deux épisodes plutôt bons dans leur ensemble, il était temps que le script soit encore plus surprenant afin de réconcilier tout le monde avec The Newsroom. Si l'on en croit les critiques, cet épisode n'a pas su les convaincre. Ainsi soit-il. J'ai adoré. Il y avait quelque chose que j'ai encore plus adoré c'est le monologue de Will McAvoy qui ouvre l'épisode. Nous ouvrons avec un extrait où Richard Clarke, l'ancien chef du contre terrorisme sous le temps de George W. Bush, s'excuse auprès des américains de ne pas avoir pu prévoir les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Will utilise cette citation pour balancer son grand monologue, captivant. Pour tout vous dire, je l'ai vu et revu 5 à 6 fois. C'est captivant et c'est ce que j'attends de la part d'Aaron Sorkin. Ce dernier prouve encore une fois qu'il a la main. Il va aller critiquer les chaînes d'informations qui préfèrent faire des profits, même sur une heure où il devrait y avoir un service public et gratuit (sans publicité). Il va également critiquer la course pour l'audience, la course pour les encarts publicitaires, celle pour l'information que les gens veulent entendre.

Après deux épisodes où l'on nous a présenter News Night et comment le tout fonctionne, il était temps pour Will McAvoy de changer son style. Et cela donne quelque chose de particulièrement bon. La série permet donc à Jeff Bridges de se révéler un peu plus dans la peau de son personnage de présentateur de journal télévisé. Sauf qu'évidemment, les audiences vont chuter, les républicains ne vont pas être content dans Will va s'en prendre à eux et les juger en direct à la télévision (des Tea Party trop controversée aux droits des homosexuels en passant par le SIDA et d'autres informations plutôt intéressantes). The Newsroom relit l'information que l'on connait déjà avec un oeil critique, celui de Sorkin. Mais toujours avec justesse et sans en faire des tonnes. C'est ce qui permet au réalisateur de réussir la plupart de ses dialogues évidemment. Même si tout n'est pas parfait dans l'épisode et que j'aurais largement préféré que l'on laisse de côté le temps d'un épisode tout le côté soap de la série pour plonger au coeur de la crise au sein d'ACN, alors cela reste malgré tout très bon.
vlcsnap-2012-07-09-21h01m39s100.pngMais uniquement parce que Sorkin sait conter des histoires, bien évidemment. Globalement, je n'ai rien à redire sur le personnage de MacKenzie qui était l'une des bêtes noires de la série jusqu'ici pour moi. C'est sûrement dû au fait qu'elle ne soit pas réellement présente dans tout ce qui se passe dans l'épisode. En effet, on donne beaucoup plus la parole au Charlie Skinner. Ce dernier est plutôt content du résultat de ce qu'a fait Will McAvoy. Sauf que d'autres personnes dans la chaine (comme les investisseurs majoritaires) ne sont pas du même avis. Malheureusement. Après tout, ce n'est qu'une heure d'antenne mais cela fait beaucoup de bruit et pas mal de gens ne répondent pas vraiment à cette nouvelle version de News Night (-7% en termes d'audience tout de même). J'ai adoré les quelques réunions de crise où l'on met le travail de Will en suspens dans la balance. C'est efficace et c'est sûrement parmi les plus jolis scènes en termes de réalisation de la série. Car globalement, de ce point de vue là, la série reste encore très pauvre.

Pour en revenir aux informations, Will va s'attacher aux fameuses Tea Party. Cela avait fait la une des informations américaines en 2010, et pour cause, on parle d'un scandale plutôt intéressant. Cela donne encore une fois des échanges boule de neige. Les dialogues sont intelligibles, concis et sans contrefaçon. La série se permet un peu tout, même si les faits sont passés depuis maintenant près de deux années. Peut être un des problèmes de la série, de devoir être aussi raccord avec le passé. C'est donc forcément plus facile aussi pour Sorkin qui n'a pas besoin de créer des informations fausses mais plausibles dans ce bas monde. Dans le reste de l'épisode, nous nous intéressons à Maggie qui commence à faire des attaques de panique. Maggie est un très bon personnage dans The Newsroom, mon préféré pour le moment et j'ai trouvé ses moments assez touchants. C'est même percutant à certains moments. MacKenzie a un petit ami, c'est aussi ce que l'épisode tente de nous raconter (même si on s'en fiche royalement).

Note : 9/10. En bref, ainsi, ce nouvel épisode convainc par des dialogues intelligibles et passionnants. Sorkin sort les armes, il le fait avec intérêt et brutalité. Parfait.

 

Je n'ai pas résister à vous offrir le super monologue de Will McAvoy, retranscrit avec sueur : Il vous suffit de cliquer ici.

Partager cet article

Commenter cet article

menlovemen 09/07/2012


elle se passe quans cette série ? J'ai vu des "2010" dans les bandeaux en bas de l'écran. C'était pas des flashbacks au milieu du présent ?

delromainzika 10/07/2012


Justement, elle se déroule en 2010 :). C'est des indications pour savoir à quelle date on est.

brady 05/01/2013


Alors la chapeau pour la retranscription du monologue :O

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog