Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Office. Saison 7. Partie 5. BILAN

11 Septembre 2011 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2011-09-11-15h45m41s48.png

 

The Office // Saison 7. Episodes 17 à 20. Partie 5.
BILAN


J'ai donc vu les derniers épisodes de Michael Scott à Dunder Mifflin Scranton avant qu'il ne parte avec Holly dans le Colorado. Je peux vous dire que cela fait un choc, et quel choc ! D'ailleurs, j'imagine même pas que le prochain épisode sera celui de son départ, "Goodbye Michael' qu'il s'appelle et qu'il me rempli déjà d'émotions. Mais je ne suis pas là pour parler de cet épisode, plutôt de ces quatre précédents. Et le premier c'est "Threat Level Midnight" où l'on voit enfin le fameux film que Michael prépare depuis plusieurs années (et dont Jim et Pam avaient tenter de voler le script afin de le lire). Après quelques années de tournage et de retournage, et autres, voilà qu'il est enfin sur pied. J'ai adoré ce film, c'était fun, et apportait vraiment le petit plus au personnage, ce qui manquait (ou pas forcément). Disons que c'est l'aboutissement que l'on attends, qu'il aille au bout de ses différents projets. Je suis satisfait de la réussite de celui ci. C'est notamment l'occasion de revoir le personnage de Jane que j'avais bien aimé ou encore Rachida Jones quelques secondes certes mais quand même.

Alors, l'idée est bien valeureuse, et surtout Steve Carell se donne à fond dans son personnage et rend le film à la fois humoristique et kitsch, se faisait la part belle aux Austin Powers et autres Casino Royale (la version parodique des James Bond j'entends bien). Bref, ce pied de nez est bien écrit, soigné et on sent que les auteurs de The Office s'y sont donner à coeur joie. Ce fût la même chose avec l'épisode 19 alias "Garage Sale". Même si au fond on a pas grand chose, puisque bon, l'intrigue de Dwight et Jim avec cette histoire d'échanges d'objets pour avoir des haricots magiques c'était drôle sur le coup mais quand on y repense un peu beaucoup ridicule, j'ai malheureusement fondu comme un bébé devant la demande en mariage et les dernières minutes de cet épisode. C'était tellement beau, émouvant et réaliste. J'avais moi aussi envie d'y être. C'est pleins de trucs mignons, de souvenirs de Holly et Michael dans les bureaux de Dunder Mifflin (ce côté souvenir m'a vraiment rendu les yeux pétillants).
vlcsnap-2011-09-11-17h46m57s104.pngPetite indication sur cet épisode, Steve Carell était le mettre d'oeuvre, le réalisateur. Choix judicieux. Il a pu capturer toute la densité du moment qui donne même un fou rire nerveux quand le détecteur de fumée déclenche l'arrosage. Dans le reste de ces épisodes on a les deux plus faibles et notamment l'assez moyen, très très moyen "Todd Parker", 7.18. J'attendais pas grand chose de cet épisode, Todd est un ancien ami de Michael qui intègre Dunder Mifflin sauf que Jim et Dwight veulent faire en sorte qu'il parte car ils ne l'aiment pas (et à raison il faut dire, surtout quand ce dernier se moque d'Holly). Le seul truc marrant et sympa de cet épisode c'est Pam qui va se retrouvée corrompue à cause d'Andy et d'une histoire d'ordinateur. C'est resté cool quelques minutes, c'est tout. Mais quand j'y repense franchement j'ai passé un moment très moyen avec l'épisode.

Enfin, "Training Day" termine cette sage salve d'épisodes. C'est la grande arrivée de Will Ferrell. J'adore cet acteur et j'étais excité à l'idée de le voir dans The Office et je déchante un peu. En effet, il est moyennement drôle, comme si les scénaristes n'arrivaient pas à vouloir remplacer Michael Scott. Peut être est-ce la faute aux scénaristes de ne pas vouloir que Will pique la vedette à Steve mais en tout cas c'était pas super. Mis à part l'intro de l'épisode que j'ai trouvé plutôt correcte, mais je n'ai pas connecté avec le personnage de Di Angelo. Il aurait pu être bien plus fun, plus drôle, comme Will déconne dans ses films quoi. Là c'était trop conventionnel et rangé à la fois. Mis à part quand Di Angelo se moque d'Andy (là c'était très drôle) où qu'ils se font un câlin en fin d'épisode, le reste du temps j'ai trouvé qu'il n'y ait aucune innovation. Dommage.

Note : 9/10, 4/10, 9/10 et 6/10. En bref, une salve d'épisodes avec de mauvaises idées bien pensées, d'autres moins bonnes.

Commenter cet article