Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Strain. Saison 1. Episode 4. It's Not For Everyone.

4 Août 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-08-04-18h21m45s9.jpg

 

The Strain // Saison 1. Episode 4. It’s Not For Everyone.


The Strain continue d’être la curieuse série qu’elle a toujours été. Je trouve ça assez merveilleux tout de même, surtout que le résultat est au rendez-vous. Le cliffangher de l’épisode précédent laissait sous entendre que la série allait faire bouger les choses un peu plus rapidement et cela va permettre à Nora, Goodweather et Jim Kent de découvrir ce qui s’est réellement passé sur ce vol et surtout quelle est cette infection terrible en est en train de gangrener la population. La séquence d’autopsie de l’épisode était tout simplement merveilleuse. C’était une scène particulièrement graphique et surtout surprenante. On va donc apprendre comment fonctionne le corps d’un homme infecté et surtout ce que tout cela implique réellement. Cela a beau être dégoutant, c’est tout de même terriblement efficace. Cette scène d’autopsie, aussi efficace soit-elle va nous permettre de faire évoluer l’histoire de la saison. En effet, Jim Kent va avouer à Nora et Goodweather ce qu’il a fait (laisser passer le véhicule avec le cercueil à l’aéroport pour sauver sa femme atteinte d’un cancer) mais ils vont aussi enfin retrouver la petite fille infectée (et la tuer par la même occasion). Enfin, c’est notre très cher Abraham Setrakian qui va s’en charger pour nous, très efficace avec son sabre.

La scène finale de l’épisode était magnifique. J’ai adoré cette scène car elle permet aussi de voir à quel point The Strain est une série graphique qui cherche à nous effrayer, tout en ajoutant une bonne dose de fun. Et c’était bien sûr nécessaire. Pendant ce temps, nous avons toujours Ansel et la famille Barbour. On avait pu suivre la transformation de ce dernier au fil de l’épisode précédent. Cela pouvait ressembler à un cas de la semaine mais il n’en est rien car le but de The Strain est d’aller beaucoup plus loin. Du coup, on se retrouve avec quelque chose d’assez efficace en son genre, surtout avec la femme d’Ansel qui va découvrir qui est réellement devenu son mari. Ce dernier s’est enchaîné dans la cabane de jardin de la maison afin d’être sûr de ne pas faire de mal à sa famille. C’est la première fois qu’on a un cas où l’homme tente de protéger sa famille alors que le cas précédent (celui de la jeune fille) c’était complètement différent). Mais l’épisode va bien évidemment beaucoup plus loin, notamment en creusant un peu plus la relation que la femme peut avoir avec son mari. Après tout, elle l’aime, même si ce dernier est en train de devenir un véritable monstre. Le parallèle religieux est tout de même assez intéressant.
vlcsnap-2014-08-04-20h21m01s143.jpgLa femme est très croyante, baisant son chapelet à chaque moment. Mais ce qui rend le tout encore plus excitant c’est de voir la femme devenir le garde manger de son mari. Elle va alors lui offrir des plats à droite et à gauche, comme si de rien n’était. Il y a un terrain à explorer de ce point de vue là et j’ai hâte de voir ce que la série compte en faire. Je ne m’attendais pas forcément à ce que la série évolue dans cette direction mais je consente que The Strain est bien plus passionnante qu’elle ne le laissait transparaître au début. On a donc une série réussie encore une fois. Par ailleurs, ce qui ressent aussi de cet épisode c’est tout ce qui entoure Thomas Eichorst et cette organisation secrète avec ce vieille homme qui cherche à engager une grande hackeuse mais qui va également se heurter à sa propre santé. Il y a des tas de choses qui fonctionnent dans The Strain et j’ai hâte de découvrir comment ils vont bien pouvoir faire pour rendre le tout encore plus fascinant. Après tout c’est important qu’ils gardent cette ligne de conduite. Avec des révélations (ici la transformation du corps humain après l’invasion du parasite) et des moments d’horreur comme il se doit, The Strain fait tout ce que l’on attend de sa part te même plus encore.

Note : 8/10. En bref, du solide The Strain encore une fois.

Commenter cet article