Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Tomorrow People. Saison 1. Episodes 19 et 20.

27 Avril 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Tomorrow People

vlcsnap-2014-04-25-22h05m42s221.jpg

 

The Tomorrow People // Saison 1. Episodes 19 et 20. Modus Vivendi / A Sort of Homecoming.


Mine de rien, The Tomorrow People s’est améliorée depuis ses débuts en octobre dernier. C’est même devenue au fil des épisodes un petit plaisir coupable. Certes, la série ne réussie pas tout le temps à me séduire mais globalement elle semble savoir comment s’y prendre pour me séduire et je ne pouvais pas demander mieux. Il faut dire que la série s’est donnée les moyens de tout changer. Je ne pense pas qu’au début la série avait prévu d’aller dans cette direction mais en voyant que les téléspectateurs étaient déçu par la mécanique huilée de la série, je pense que les scénaristes se sont un peu plus lâchés. En tout cas c’est une très bonne chose et je ne regrette pas du tout le voyage que j’ai pu faire avec ces deux épisodes. Car le voyage est très réussi dans son ensemble. La plus grande surprise de ces deux épisodes c’est bien évidemment le grand retour de Roger. Je n’aurais jamais cru que ce dernier allait revenir dans The Tomorrow People aussi tôt. C’était un personnage que la série se devait d’exploiter mais le faire revenir aussi tôt était aussi très risqué. Notamment de ne plus avoir de cliffanghers pour la suite de l’aventure (mais il ne faut pas s’inquiéter de ce point de vue là puisque la série a énormément de ressources et sait comment nous faire vibrer, notamment grâce à la scène finale de « A Sort of Homecoming », inattendue mais terriblement excitante.

Pour en revenir à « Modus Vivendi », ce dernier était un épisode assez efficace, notamment car il ne laisse pas de place à la réflexion. Tout s’enchaîne avec une certaine fluidité. Le but est de mettre les personnages en condition et de nous offrir un spectacle sans interruption. La surprise c’est que cela fonctionne terriblement bien. Roger dans tout ça s’intègre sans problème, surtout quand tout le monde met la main à la patte afin de l’accueillir comme il se doit chez les tomorrow people. C’est intéressant d’étudier la place de Roger dans la vie de son fils et accessoirement de sa famille. C’est même assez drôle de voir qu’au fond la série a réussi à sortir d’un truc particulièrement mauvais pour nous délivrer quelque chose d’aussi efficace. La série évolue dans une toute nouvelle direction. Notamment avec Jedikiah. Ce dernier a une relation particulièrement proche avec Roger. On sent leur amitié et ce même si ce n’était pas si perception au début de The Tomorrow People. Je me demande si c’était prévu de transformer Jedikiah en quelqu’un de gentil au cour de la saison. Mais je suis ravi de voir l’évolution puisque le tout fonctionne comme sur des roulettes. La série cherche à se redéfinir et surtout à se donner une toute nouvelle direction sans pour autant modifier la structure.
vlcsnap-2014-04-25-22h17m59s170.jpgCar nous avons toujours The Founder (qui est finalement apparu comme le méchant au bon moment puisqu’il a plus ou moins sauvé à la série). Même John dans tout ça (avec sa nouvelle coupe de cheveux) parvient à m’offrir tout ce que je pouvais demander à cette série quand elle a débuté. Cet épisode était donc une sorte de course contre la montre afin de retrouver Roger et surtout de créer des retrouvailles comme il se doit avec Stephen. Ce dernier n’attendait que ça de toute façon. La petite scène de dîner familial était assez mignonne dans son ensemble et permet de débuter l’épisode suivant de façon assez intelligente. On a l’impression que la joie est de retour à la table familiale. Mais ce n’est pas tout, car même si finalement on découvre que Jedikiah a toujours été du bon côté, j’ai l’impression que cette pirouette scénaristique est difficile à avaler. C’est un peu comme si The Tomorrow People reniait tout ce qu’elle avait pu faire au début de la saison. Puis avec « A sort of Homecoming », la série créé un épisode particulièrement rythmé, comme rarement il y en avait eu dans la série.

C’est à mon humble avis l’épisode le plus réussi de The Tomorrow People jusque là (et ce même si encore une fois la série renie plus ou moins son passé). Peu importe si la lecture narrative n’est plus très juste, le but est de s’amuser. On a l’impression que les scénaristes veulent mettre le paquet tout d’un coup afin de garder leurs téléspectateurs (il faut dire que les audiences ne sont pas très bonnes depuis le changement de case de la série et que celle-ci est menacée d’annulation). On aborde donc les choses sous un angle assez mignon jusqu’à ce que tout bascule d’un coup d’un seul. The Tomorrow People n’est pas une série pour adolescents comme les autres. Elle a beau avoir pas mal de poncifs d’une série de The CW, je dois avouer que cette année la chaîne a osé des projets qui sont en marge de ce qu’elle a l’habitude de faire (Reign et Star Crossed se rapprochent beaucoup plus de ce que l’on peut attendre de la part de la chaîne habituellement). Mais pour en revenir à cet épisode, j’ai été très touché par sa fin. C’était un moment assez inattendu. Surtout que Hillary va se sacrifier pour la cause. La pauvre, elle méritait d’être encore un peu plus présente dans las érie à mon humble avis.
vlcsnap-2014-04-25-22h31m35s139.jpgMais apparemment, ce n’était pas le but de The Tomorrow People. La série se sépare donc de personnages sans crier gare. The Founder est-il mort ? C’est une question qui n’a pas encore de réponse mais l’on aura celle-ci au début du prochain épisode. Si The Founder est mort, je me demande ce que nous réservent les deux derniers épisodes de la saison tant on nage de plus en plus dans l’inconnu. Mine de rien, The Tomorrow People s’est bien rattrapé avec ces deux épisodes. On n’a plus l’impression de voir cette série avec les cas de la semaine mais une toute autre chose.

Note : 7/10 et 7.5/10. En bref, deux très solides épisodes. Une belle surprise alors que je n’attendais plus rien de la part de The Tomorrow People.

Commenter cet article