Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Vampire Diaries. Saison 5. Episode 7.

15 Novembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : The Vampire Diaries

vlcsnap-2013-11-15-16h32m06s121.png

 

The Vampire Diaries // Saison 5. Episode 7. Death and the Maiden.


Dans l’épisode précédent, The Vampire Diaries nous introduisait à Amara, un nouveau personnage incarné également par Nina Dobrev. Se retrouver avec trois personnages à jouer dans un seul et même épisode, je dois avouer que cela doit être excitant lorsque l’on est une actrice et je pense que Nina Dobrev en sortira grandie une fois que The Vampire Diaries s’achèvera. En tout cas je ne serais pas surpris qu’elle ait des propositions intéressantes. La série fait des choses que j’aime bien et les faits de la manière dont je les apprécie. Surtout que le rythme est toujours aussi bien fichu. Ce que j’ai cependant du mal à comprendre c’est la place d’Amara dans tout ça. Présentée comme le « true love » de Silas, le personnage n’apporte pas nécessairement ce que l’on attend de sa part. C’est en tout cas comme ça que je l’ai ressenti. Les adieux d’Amara étaient particulièrement touchants et je ne m’y attendais pas du tout, surtout que le personnage a beau être sympathique au premier abord on n’avait pas forcément pris le temps de bien la connaître. L’épisode doit donc prendre le temps d’aller au bout de son histoire et le fait en association à la fois dérision, émotion et action.

La première scène de l’épisode avec Silas et son petit monologue parlant du ridicule de sa propre vie. Tout cela était quand même grandiose dans le sens où c’est à la fois drôle et cela permet aussi d’arriver au bout du personnage qu’est Silas. Tout cela à un arrêt de bus. En tout cas, même si Silas est un personnage maintenant décédé, je ne pense pas que l’on pourra l’oublier. Notamment car Paul Wesley a réussi à donner à ce personnage un petit plus. Stefan de son côté n’est pas le personnage le plus intéressant de l’épisode mais il permet de faire la transition vers la suite de la saison. Je me demande comment tout cela va évoluer, surtout avec ce qu’il se passe autour de lui à la fin de l’épisode. « Death and the Maiden » parvient également à revenir sur Bonnie. Mais pourquoi ? Je trouve ce personnage particulièrement raté et son intérêt dans l’histoire désormais est du niveau zéro. Chacune de ses apparitions et notamment celle face à Jeremy était ridicule. J’ai largement préféré tout le reste, plutôt bien ficelé et surtout assez amusant.
vlcsnap-2013-11-15-16h32m04s105.pngPour ce qui est de Qetsiyah, le personnage a apporté également pas mal de choses à ce début de saison. Même si cette dernière, en plus d’Amara et de Silas finissent donc par tous mourir. Je me demande de quoi sera faite la suite de la saison étant donné que la première partie est maintenant terminée. Mais cela me fait aussi assez peur, notamment car j’attendais peut être un peu plus de la part de la série (quand je vois à quel point Qetsiyah et Silas étaient des personnages riches en termes d’histoire et de narration, de les voir déjà partir pour faire évoluer l’histoire du Dr Maxfield. Finalement, j’ai beaucoup aimé cette première conclusion de la saison. C’était efficace et surtout cela m’a rappelé à quel point cette saison 5 de The Vampire Diaries est pour le moment bien organisée. Les personnages introduits sont tous intéressants contrairement à l’an dernier où les personnages étaient tous devenus particulièrement ennuyeux (notamment le chasseur qui n’a pas fait long feu).

Note : 7/10. En bref, que demander de mieux qu’une bonne conclusion.

Commenter cet article

Fandango 17/11/2013 00:30


Cette 1re partie de saison était fort sympathique, enfin petit bémol Silas le plus grand sorcier de tous les temps qui meurt je vais être vulgaire comme une mer2 c'est pas crédible mais bon
c'était un perso fun et puis chapeau à Nina Dobrev car faire 3 perso surtout qu'on les distingue bien ça montre que c'est une bonne actrice et qu'elle a vraiment évolué. Et Bonnie qui revient
beurk