Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The White Queen. Saison 1. Pilot (UK).

20 Juin 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : UK

vlcsnap-2013-06-20-20h29m14s196.png

 

The White Queen // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Starz est connue pour ses séries sulfureuses et très sexuelles. Mais elle est également connue pour faire des séries intéressantes comme Boss, Magic City et dernièrement Da Vinci's Demons (n'en déplaise à ceux qui n'ont pas aimé). Créée par Emma Frost (Shameless) et Philippa Gregory (Deux soeurs pour un roi), The White Queen parvient à séduire sur certains aspects malgré le fait que le premier épisode soit globalement assez pompeux. Le souci vient de la narration des histoires d'amour. C'est bien trop niais pour devenir réellement passionnant. Ce que j'aime dans ce genre d'histoires c'est être captivé par quelque chose et je n'ai pas totalement trouvé mon compte. Malgré le fait qu'il y ait un nombre assez important de personnages et que l'ensemble soit assez agréable par moment, ce premier épisode ne donne pas vraiment envie de revenir afin de voir comment le tout pourrait bien évoluer. De plus, on sent qu'il y a quelque chose de terriblement mal fichu dans la relation entre Elisabeth et Edward. C'est grossièrement écrit, et en plus de ça on n'en perçoit pas vraiment toute la densité. Alors que The White Queen est sensé nous raconter une flopée d'histoires sur cette histoire d'amour.

En 1464, l'Angleterre est en guerre depuis neuf ans. Deux familles, les York et les Lancaster, s'opposent violemment pour s'emparer du trône. Entre manigances, déceptions et trahisons, trois femmes - Elizabeth Woodville, Margaret Beaufort et Anne Neville - vont avoir un rôle déterminant dans l'Histoire. Chacune va défendre à sa façon sa cause et celle des êtres aimés.
vlcsnap-2013-06-20-17h34m54s50.pngvlcsnap-2013-06-20-17h53m50s144.pngLe fait est que The White Queen peine à renouveler un genre déjà bien éculé. Il y a une utilisation assez peu subtile de ce qui a déjà pu faire le succès de ce registre là ailleurs. C'est dommage car je suis certain qu'avec un peu plus d'ambition et des dialogues mieux écrits on aurait pu avoir une belle petite série historique. C'est pourquoi je trouve dommage qu'ils n'aient pas fait appel à ces personnalités qui font si bien les séries historiques (je pense bien entendu à Michael Hirst (The Tudors, Vikings) et Neil Jordan (The Borgias). Dans le rôle titre de Queen Elizabeth on retrouve une Rebecca Ferguson qui minaude un peu. Elle n'est pas totalement dénuée d'intérêt mais je m'attendais à quelque chose de différent. On a l'impression que Queen Elizabeth est assez bébête sur les bords. Alors que quand l'on regarde Elizabeth l'âge d'or avec Cate Blanchett, nous avons tout de suite une toute autre vision des choses. Et je n'ai pas pu m'empêcher de tenir la comparaison avec ce film, à mon grand damne alors qu'au fond les deux choses sont différentes.

En plus de ça nous pouvons retrouver tout de même Max Irons (Les Âmes Vagabondes, The Runaway) dans le rôle de Edward IV. Bien qu'il ne soit pas totalement réussi, l'acteur apporte un peu de nuance à son personnage. Ce qui permet d'éviter de trop mettre sen avant la niaiserie de personnages comme par exemple Elizabeth. Du point de vue des décors et des costumes, The White Queen ne s'en sort pas trop mal. Disons que c'est assez honorable. Bien que l'on ait normalement eu droit aux moyens combinés de Starz et de BBC One, au fond je m'en satisfait. C'est bien l'une des rares choses qui n'a pas vraiment déçu le téléspectateur que je suis alors je suis content. De plus, quelques pans de l'histoire racontée au sein de ce premier épisode manque parfois de logique. Est-ce que j'aurais envie de voir la suite ? Bien entendu. Mais je pense que j'aurais dû attendre la diffusion sur Starz pour avoir les bonus plus érotiques que BBC One a censuré.

Note : 3/10. En bref, malgré quelques bonnes idées, le tout fond rapidement dans le niais et les minauderies. Dommage car l'histoire de base m'intéressait réellement.

Commenter cet article