Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Treme. Saison 1. Bilan.

2 Juillet 2010 , Rédigé par Ca Deborde De Potins ! Publié dans #Critiques Séries

Treme03.jpg

 

Treme // Saison 1. 10 épisodes.

BILAN

 

C'est dingue mais j'ai vraiment voulu, j'ai essayé jusqu'au bout de croire que cette série pouvait être magnifique mais franchement, malgré une belle musique (un genre auquel je n'accroche pas du tout mais c'était quand même sympa), un pitch de départ très bancal et un casting 5 étoiles, j'ai pas du tout accrocher. 10 épisodes et pour moi j'en ai fini avec Treme, prononcez Tremé. Bref, cette série en elle même aurait pu être géniale et aurait pu me passionner mais non, rien du tout, pas une once d'étincelle chez moi, de petit frétillement. La longueur des épisodes fait que c'est difficile de suivre jusqu'à la fin. Je ne vais donc pas faire d'éloge à une série décrite comme un chef d'oeuvre avant même sa diffusion, seulement parce que c'est David Simon, le créateur de The Wire qui est derrière cette petite nouvelle. Perso, j'en ai fait abstraction car oui, The Wire était géniale mais là, c'est pas forcément une catastrophe mais c'est pas géniallissime non plus.

Treme, ca parle de quoi ? Des musiciens, membres du même groupe, tentent de reconstruire leurs vies dans la Nouvelle-Orléans post Ouragan Katrina. Le doué tromboniste de jazz, Antoine Batiste, est coincé dans une vie avec sa partenaire et leur bébé, alors qu'il court secrètement après son ancienne épouse, Ladonna. Celle-ci est cependant occupée à essayer de maintenir son bar à flot. De son côté, Albert Lambreaux, un grand chef de la White Feather Nation, essaie de ramener les membres de la tribu à la maison (Allociné). Ce pitch avait tout pour me plaire car il prend place à la Nouvelle Orléans (la Louisiane est pour moi l'un des plus beau Etat des Etats-Unis) et qu'il parle de musique (même si le genre musical qu'est le jazz n'est pas du tout mon genre). Mais, et malgré l'esthétisme sans faille du pilote, j'ai pas été totalement séduit. Je me suis donc lancer dans la suite de la série avec l'entière saison 1. J'ai cru que j'allais accrocher, je l'ai longtemps penser et ce, jusqu'au dernier épisode, le 10ème mais non. Je crois que David Simon est revenu trop vite sur le devant de la scène avec une histoire bancale. Comme son nom est associé à l'une des meilleures séries de tous les temps, la série est mise en avant avant même sa diffusion comme l'une des révélations de l'année. J'en ai un peu marre des chef d'oeuvre gonflant et voilà, Treme en fait partie.

Albert, Davis, LaDonna, ... ces personnages sont attachants et c'est certainement ce qui m'a fait poursuivre la série aussi longtemps. Je suis un ingurgiteur de séries plus débiles que merdiques les unes de autres mais je ne peux pas décrire Treme comme tel. Le casting y est certainement pour quelques chose dans cette attachement aux personnages. Car en effet, Wendell Pierce alias le détective William dans The Wire mais aussi Clarke Peters alias le détective Lester. On s'attache aux personnages. Et puis bien sûr Steve Zahn qui reste aussi intéressant dans le rôle de Davis. Cette série est également l'occasion de retrouver Khandi Alexander (l'ex médecin légiste de la série CSI Miami) ou encore John Goodman vu récemment dans Dans la Brume Electrique (très bon film avec pour lieu la Louisiane et de Bertrand Tavernier).

Ainsi, Treme reste une série satisfaisante pour ceux qui adorait The Wire comme moi mais je ne suis pas comme les autres et j'ai trouvé ça trop lent malgré une écriture et une esthétique hors pair. Adoré serait un doux euphémisme, j'ai pas du tout aimé et mon chemin s'arrête après cette première saison.

 

Note : 4/10. En bref, une série pied et point liée dans un gloubiboulga d'histoires intéressantes mais pas assez pour aimé. Dommage. David Simon se rattrapera avec sa prochaine série.

Commenter cet article

bart 24/09/2010 16:07



Treme est une  série différente !
D'une rare qualité tant au niveau de la forme que du fond .
Dialogues , prises de vue , bande-sonore ; tout a été travaillé dans le sens du réalisme , de la subtilité , du clin-d'oeil  . On est ici aux antipodes de la caricature et de l'à-peu-près
... Loin de la narration , de l'action , tout n'est que brillante volonté d'évocation de la Nouvelle-Orléans ,  ce trésor culturel , berceau et avenir du jazz   , qui , au lieu
d'être laissé à l'abandon , devrait être sauvée et inscrite au patrimoine de l'humanité   !
Tout y est ; la scandaleuse politique locale et nationale , la forte culture passée et actuelle , les personnages hauts en couleur des quartiers de la ville .La plupart , notamment les musiciens
mais pas seulement , existent vraiment et certains jouent leur propre rôle !
Ainsi Davis : un acteur joue son rôle ( Zahn , très bon ) .Mais le vrai Davis existe dans la vrai vie et on l'aperçoit à la fin de l'épisode 1 , dans la scène avec Elvis Costello : l'acteur pose
la main sur son épaule ! Clin d'oeil !
De même , certaines scènes se passent dans son vrai appartement : personnes d'autres que lui aux States ne peut avoir l'affiche du fameux groupe de funk français Ceux-Qui-Marchent-Debout
(http://www.cqmd.net ) .
J'en passe , et des meilleures !
Au fait ! pourquoi Elvis Costello ? C'est un musicien célèbre certes mais aussi critique musical et grand amateur  de jazz . Il n'est pas de la Nouvelle Orléans , tout le monde le sait ! Il
symbolise , justement , l'interrêt , le respect , la curiosité que devrait avoir  le monde et surtout le reste des Etats-Unis  pour cette ville et  son peuple , sa culture !
Treme , c'est différent ! C'est ça qui est bien !