Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Triptank. Saison 1. BILAN.

3 Juin 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

maxresdefault-8.jpg

 

Triptank // Saison 1. 8 épisodes.
BILAN

 

Il y a quelques temps, je vous avais parler du premier épisode de Triptank. Une comédie animée à sketchs plutôt amusante sur les bords mais qui n’a finalement pas totalement réussi à atteindre son potentiel durant ses huit petits épisodes. J’avais énormément d’espoir en Triptank, notamment car étant donné que je ne suis pas un très grand adepte des séries animées et que celle-ci enchaînaient les gags dans des univers différents, il y a donc de grandes choses pour que j’en apprécie au moins la substantifique moelle. Sauf qu’il n’en est rien. En effet, au fil des épisodes je ressens de plus en plus la vacuité des histoires qui nous sont racontées. Il y a des références assez amusantes, notamment celle que l’on peut voir provenir de Happy Tree Friends (que j’adorais quand j’étais beaucoup plus jeune et que c’était encore à la mode). Mais cela s’arrête presque là. Les scénaristes sont bourrés d’idées mais elles ne sont pas toujours toutes réussies et c’est bien dommage. Triptank est pourtant une comédie imprévisible sur le papier où tout et n’importe qui peut se dérouler. C’est d’ailleurs ce qui arrive alors que la série se permet d’aller sur tous les terrains possibles et imaginables (il faut dire que l’animation permet justement de ne pas se fixer de limites).

Mais contrairement à une Portlandia par exemple qui a su faire des sketchs amusants et bons en version live, Triptank ne parvient pas du tout à être sa version animée. Bien au contraire, je dirais même que c’est l’une des comédies les plus décevantes que j’ai pu voir cette année. On n’a jamais l’impression que le scénario veut nous surprendre et c’est tellement dommage car tout ce que j’avais envie dans une telle série c’est clairement de passer du bon temps et accessoirement rire de bon coeur. Parfois à vouloir un peu trop chercher les références, Triptank se perd. Car la série veut tellement faire de références que du coup elle ne parvient pas à en faire de suffisamment bonnes. C’est bien beau de se concentrer sur des personnages ici et là, mais il faudrait aussi que cela soit réussi dans son ensemble vous ne pensez pas ? De plus, Triptank, par rapport à ce qu’elle semble vouloir être (une sorte de toile de fond de personnages complètement bourrés et drogués qui n’auraient pas dormi depuis longtemps) est constamment frustrante. On a envie d’en voir plus mais de bonnes choses mais la série se concentre sur le superflu. Il y a donc des interludes de quelques secondes complètement ratées et bâclées qui enrobent des choses un peu plus sympathiques.
trip_tank_101_640x360.jpgLa variation visuelle était là aussi une très bonne idée qui aurait pu permettre à Triptank de nous envoyer dans une direction différente. Notamment quand il s’agit de s’amuser avec certains univers qu’elle traite mais il n’en est rien. On se rend donc encore une fois compte de la vacuité de la chose. C’est dramatique car j’avais clairement envie de voir une vraie bonne comédie animée et je me suis retrouvé avec quelque chose bourré de défauts. Les bonnes idées ne restent pas suffisamment longtemps dans les parages pour que l’on ait eu l’impression de passer un suffisamment bon moment. Il y a même eu des épisodes où je me suis vraiment demandé ce que je pouvais bien faire là. Surtout que Triptank veut un peu trop jouer sur tous les plans et du coup, il y a des scènes qui ne semblent jamais servir à quoi que ce soit si ce n’est à alourdir le propos. La création d’Angelo DiNallo (China, IL) et Jason Plapp (Sit Down Shut Up) est donc l’une des plus grosses déceptions de cette mi-saison. Surtout quand on voit que j’étais heureux rien qu’à l’idée de découvrir une nouvelle bonne comédie animée après l’excellente (voire la brillante) Rick & Morty. Mais Comedy Central, cela fait bien longtemps qu’elle n’est plus dans le truc.

Note : 3/10. En bref, bourré de sketchs légèrement vides.

Commenter cet article