Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Witches of East End. Saison 2. Episode 2.

19 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-07-14-23h56m35s113.jpg

 

Witches of East End // Saison 2. Episode 2. The Son Also Rises.


Le premier épisode de la saison 2 de Witches of East End était prometteur. Je dois avouer que j’avais lâchement l’envie d’abandonner la série après une première saison des plus décevante et ennuyeuse. Mais je me suis laissé tenter par ce premier épisode de la saison 2 car je suis faible avec les séries, tout simplement. Et comme le premier épisode n’était pas mauvais, « The Son Also Rises » était donc une obligation pour moi. Surtout que j’ai maintenant envie de voir où est-ce que le fils Beauchamp va nous emmener. Après tout Frederick est le genre de personnage qui peut réellement changer la série de direction. Le cliffangher de fin de l’épisode confirme plus ou moins ce que j’avais pu dire avec le premier épisode de la saison et c’est déjà une bonne nouvelle. Frederick ne peut pas et ne doit surtout pas être tout blanc comme neige. C’est quand même assez impressionnant de voir que la série introduit pile poil ce dont elle avait besoin. Un personnage un peu mesquin qui soit en plus lié à la famille Beauchamp. Sans compter qu’il change clairement la direction de la série. Ce ne sont donc plus des petites histoires de vengeance à la mord moi le noeud mais des intrigues bien différentes, plus efficaces et mystérieuses.

Asgard, qui était l’un des points noirs de la saison précédente, a finalement apporté du bon cette année, en plus d’un style plus sombre (ce qui colle aussi avec l’idée que j’ai envie de me faire d’une série de sorcières aujourd’hui). Je n’ai pas envie de voir une série de sorcières qui tente de refaire Charmed car Charmed est unique et à moins que CBS n’aille au bout de son idée de reboot de l’ancienne série de Aaron Spelling, alors on est pour le moment sain et sauf. Cette semaine, la série tente de se concentrer en grande partie sur Joanna et le fait qu’elle se sente concernée par le comportement étrange de sa fils Ingrid. Il faut dire que cette dernière a bien d’autres chats à fouetter cette semaine, et notamment quand elle décide de quitter le domicile familial, ce qui va permettre à Frederick (comme c’est facile) d’avoir un endroit pour dormir confortablement. J’aime bien Ingrid mine de rien. C’est quelqu’un qui a largement de quoi faire pour la suite de la saison. Un peu comme Wendy. Cette dernière a toujours été mon personnage préféré dans Witches of East End et cela n’est apparemment pas prêt de changer. Surtout que toutes ses petites aventures commencent à prendre une forme assez amusante.
vlcsnap-2014-07-14-23h42m04s112.jpgC’est aussi la manière qu’a Witches of East End de nous rappeler qu’elle n’a pas non plus totalement oublié que Wendy était un personnage amusant dans la première saison et puis que la série avait un ton assez léger. C’est une assez bonne nouvelle qui fonctionne plutôt bien d’ailleurs. Par ailleurs, il y a cette petite scène d’incantations qui passe par des chatouilles sur des abdos et des pectoraux. On est bel et bien dans une série de Lifetime. Il n’y a que sur cette chaîne que l’on peut voir ce genre de choses. Mais c’est amusant et cela permet aussi de nous détendre entre deux intrigues un peu sérieuses sur les bords. Car mine de rien, Witches of East End tente aussi d’être sérieuse et d’aller au bout de ce qu’elle introduit. Ce qui n’est pas bête car contrairement à la première saison qui restait assez évasive sur tout ce qu’elle pouvait mettre en place, pour le coup c’est bien différent et cela fait plaisir. J’espère cependant ne pas tomber un peu trop sous le charme de cette série. Ce n’est pas le genre de séries que j’ai envie de pleurer lors de sa fin car vu les audiences assez mauvaises de la série, je ne suis pas sûr que l’on puisse en attendre une quelconque suite.

Note : 6/10. En bref, la série évolue dans une direction qui me plait. Etrange mais bel et bien vrai.

Commenter cet article