Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Workingirls. Saison 3. Episodes 1, 2 et 3.

21 Février 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2014-02-21-13h00m40s25.jpg

 

Workingirls // Saison 3. Episodes 1, 2 et 3. Le suicide / Cellule psychologique / Le calendrier.


Comme chaque année, le retour de Workingirls est une réussite. C’est déjà la troisième saison de la série et elle n’a toujours pas pris une ride. Il faut dire que cette comédie est hilarante à souhait d’épisodes en épisodes. Elle a beau avoir quelques épisodes plus maladroits les uns que les autres mais globalement tout se tient suffisamment pour nous donner l’impression que finalement il n’y a pas de temps morts. Car avec des épisodes de seulement un bon quart d’heures, il faut être concis et efficace. C’est ce que les scénaristes de Workingirls ont bien compris. Ils se mettent à l’oeuvre afin de nous délivrer des histoires aux petits oignons et des scènes absolument magiques. Car l’humour de cette comédie est une vraie pépite. Pas besoin d’aller chercher très loin. Si j’ai récemment pu voir Laurence Arné dans une comédie française à la mord moi le noeud, elle n’a pas perdu de son piquant dans Workingirls. Et c’est rassurant. En effet, la comédienne nous délivrer quelque chose de particulièrement efficace et jamais pompeux. Pourtant le risque était là. Deborah est toujours aussi nymphomaniaque bien qu’elle va perdre à un moment donné de la salve d’épisode le plaisir.

Je me demande presque si ce n’est pas une sorte de référence à Nymphomaniac de Lars von Trier. Mais je vais chercher beaucoup trop loin de toute façon. En tout cas ils ont eu la même idée au même moment. Mais Laurence Arné continue d’être particulièrement drôle, rien que la scène du taille crayon est magique et est l’une des scènes que j’ai le plus retenu de ces trois épisodes. Tout cela se concluant plus ou moins sur « Ma chatte est morte ». Mais ce qui fait le piquant de Workingirls ce n’est pas tellement le fait que l’humour soit toujours présent c’est aussi que certains personnages évoluent. Je pense par exemple à Hélène. Cette dernière était une vraie loser dans les deux premières saisons de Workingirls. Elle prend ici du poil de la bête alors qu’elle a été choisie par une émission de relooking extrême afin de lui donner une toute nouvelle image. Elle est maintenant une sorte de bimbo mais toujours avec le même côté maladroit et la même manière de s’exprimer. Sa relation avec le responsable du courrier de l’entreprise était hilarante et j’espère en revoir un peu plus de cette Hélène qui se prend de haut alors qu’elle est toujours en bas.
vlcsnap-2014-02-21-12h49m22s149.jpgL’évolution est tout de même radicale pour le personnage et je ne m’y attendais pas du tout. Surtout que Hélène était plus ou moins le personnage ringard que l’on aimait trouver ringard. Maintenant, bien que toujours un peu ringard dans sa manière de parler, elle a changé. J’ai du coup hâte de voir comment tout cela va évoluer car c’est seulement sur la longueur que l’on va pouvoir juger. De leurs côtés, Sophie et Sophie continuent de faire des leurs. Que cela soit arnaquer la psychologue engagée par la société afin d’aider les salariés à surmonter leurs peurs ou encore faire de la pole dance pour arnaquer un membre du personnel (« ce n’est pas du pole dance votre truc mais plutôt du faux dance »). Sophie et Sophie ne perdent pas de leur charme car elles restent anecdotiques. Bien moins exploitées que durant la seconde saison de la série (qui suivait leur petite pastille plus ou moins ratée centrée sur leurs personnages). Je me demande vraiment si un jour les deux pourraient se séparer pendant quelques épisodes afin que l’on voit ce que cela peut donner. Car il y a de quoi faire je pense.

Karine reste la patronne complètement folle mais aussi tyran à souhait. Ce que j’aime chez ce personnage c’est à quel point elle veut donner des leçons alors que finalement elle est bien pire. Je pense notamment à la première minute du premier épisode. C’était rien que là une sorte de modèle de ce que Workingirls peut faire d’amusant avec elle. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi l’histoire du calendrier. Aussi ridicule cette idée était, c’était une idée intelligente pour une très bonne chute. Le fait que Karine utilise ce calendrier comme trombinoscope franchement. Enfin il y a Nathalie. Sa crise de nerf était le moment le plus mémorable qu’elle nous ait offert dans ces trois épisodes. Je pense que c’est dommage de ne pas donner plus de matière à ce personnage étant donné qu’elle le mérite largement. Finalement, Workingirls nous offre ici trois épisodes réussis pour son retour et j’ai hâte de voir les 9 épisodes restants (car oui, tout cela part comme des petits pains).

Note : 7.5/10. En bref, solide salve pour bon retour.

Commenter cet article

julien 22/02/2014 09:22


Apres une seconde saison assez décevante, j'ai adoré ces nouveaux épisodes! Voir les crises de Karine, le relooking d'helene et le pool dance dans l'ascenceur, m'a fait hurler de rire! Que du
bon!!!