Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : X-Files. Saison 1. Episodes 14 et 15.

27 Octobre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : X-Files

vlcsnap-2013-10-26-23h59m36s175.png

 

X-Files // Saison 1. Episodes 14 et 15. Masculin-Féminin / Lazare.


Passer d’une histoire de personne qui peut se changer en homme et en femme à une communauté Amish en passant par un crop-circle, il y avait dans « Masculin-Féminin » tous les ingrédients du parfait épisode de X-Files. Cet épisode prouve encore une fois que toute la complexité de la série, voire même sa folie. Elle peut tout faire et elle s’amuser aussi avec le genre qu’elle exploite. Cet épisode mélange tout un tas de choses jusqu’à nous demander ce que l’on fait devant cet épisode. Car au fond, cette histoire de changement de genre n’est pas l’aboutissement même de l’épisode. Cette communauté Amish-ienne était l’aboutissement, de même que le crop-circle qui n’est là que pour alimenter encore une fois la folie de Mulder et son envie de réponses. L’introduction de l’épisode est déjà symbolique et c’est là tout le boulot de Rob Bowman (Elektra, X-fIles le film, ou encore le pilote du spin off, The Lone Gunmen). Il va savoir comment nous plonger dans cette terrible histoire tout en ne nous dévoilant pas tout. De même que le jeu de lumières est parfaitement maitrisé.

Ce que j’aime bien encore une fois c’est la manière dont Mulder fait évoluer sa théorie et comment il tente de convaincre une Scully qui, la pauvre, va déjà être empoisonnée par les phéromones de notre tueur changeur de genre. Je dois avouer que je ne me souvenais pas vraiment de cet épisode et c’est dommage car il s’agit bien évidemment d’un très bon épisode mais aussi instructif une fois de plus sur les bizarreries de la série. Au début on nous présente cet épisode comme ce qu’il y a de plus classique et rapidement alors que l’on commence à entrer dans la communauté Amish, l’épisode explose et devient quelque chose d’assez inattendu. J’ai beaucoup aimé car l’on cherche aussi à nous montrer les traditions de ce peuple et la manière dont ils font avec leurs morts. C’est terrible d’ailleurs de voir mourir quelqu’un alors que l’on pourrait très bien le sauver dans un hôpital (c’est là que s’insurge Scully où son côté scientifique et médecin qui reprend le dessus). « Masculin-Féminin » est un mix parfait entre théories scientifiques, rumeurs et une mise en scène assez fascinante.
vlcsnap-2013-10-27-00h02m58s150.pngJe me demande si finalement Rob Bowman ne cherche pas à nous vendre les vertus de cette secte étant donné qu’il fait tout pour que l’on soit hypnotisé. La surprise finale de l’épisode (dont je ne me souvenais plus non plus) permet là aussi de se rendre compte que tout cela est encore plus incompréhensible. X-Files a toujours su comment faire pour laisser des questions sans réponses. Celle ci en fait partie. Ce que je trouve cependant dommage c’est que X-Files ne cherche pas à aller suffisamment loin dans son délire. Il y avait tellement de bonnes choses à faire avec cette histoire de communauté dont on ne sait pas grand chose, voire rien du tout. C’est le genre d’intrigues qui me fascine, surtout quand l’on est plongé dans une ambiance presque claustrophobique grâce à cette histoire de communauté dont l’on ne peut pas sortir. « Join us » qu’ils disaient au début « and you’ll see ». S’ils n’ont pas vu grand chose d’anormal par rapport à une communauté du genre au premier abord, on sait pertinemment qu’ils cachaient beaucoup plus que ça.

Et puis il y a « Lazare ». Cet épisode était bien moins bon que « Masculin-Féminin » mais il ne reste pas moins intéressant malgré tout. Notamment car il nous permet de découvrir le mentor de Scully et ancien amant : l’agent Jack Willis. On avait pu voir plus tôt dans la saison Mulder retrouver une ancienne camarade de jeu de jambes en l’air et c’est maintenant au tour de Scully. Sauf qu’elle ne va pas retrouver son Jack comme elle l’avait laissé. En effet, ce dernier va fusionner avec le fugitif Warren Dupre. L’idée de base de cet épisode est un grand classique des séries fantastiques. Je trouve que c’est aussi une bonne idée afin de permettre à Scully de nous plonger un peu plus dans son histoire et de ses problèmes (sa solitude, ses souvenirs de couple, etc.). Malgré tout, l’épisode donne parfois l’impression de durer un peu trop longtemps à mon goût. Notamment la dernière partie de l’épisode qui étire une histoire de kidnapping alors que le plus intéressant était toute la mise en place, les découvertes et les preuves que Mulder tente de coller sous le nez de Scully (mais que cette dernière, aveuglée par son amour pour Jack, ignore totalement).
vlcsnap-2013-10-27-00h31m20s15.pngAu fond cette intrigue était assez prévisible mais ce n’est pas ce qui donne à l’épisode sa véritable force. Gillian Anderson est vraiment glaçante par moment, notamment car elle parvient à rendre le téléspectateur emphatique. Cela n’arrive pas chez Mulder et David Duchovny. En tout cas je ne me souviens pas d’avoir été aussi emphatique avec lui durant tout X-Files. Le travail qui est fait autour du Scully dans cet épisode est plutôt soigné et permet alors à Alex Gansa et Howard Gordon de nous démontrer comme ils ont pu le faire cette année avec Homeland qu’ils peuvent aussi nous plonger au coeur des personnages et de ce qu’ils ressentent. Mais cela ne reste pas un épisode remarquable non plus, notamment car l’on ne cherche pas non plus à aller très loin dans l’histoire entre Jack et Scully alors que c’était une très bonne idée pour permettre à Mulder de démontrer qu’il est jaloux en parallèle. Je vois cela peut-être trop simplement mais j’ai aussi envie de croire que X-Files aurait pu la jouer encore plus fine.

Note : 9.5/10 et 6.5/10. En bref, du très bon et du un peu moins bon pour cette salve.

Commenter cet article