Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : X-Files. Saison 2. Episodes 9 et 10.

5 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : X-Files

vlcsnap-2014-07-05-01h34m52s153.jpg

 

X-Files // Saison 2. Episodes 9 et 10. Firewalker / Red Museum.


Voici deux épisodes intéressants de X-Files. A commencer par « Firewalker » qui est bien loin d’être un épisode que l’on a envie de marquer d’une pierre blanche. Cet épisode, écrit par Howard Gordon, manque de pas mal de choses et ce même si l’on retrouve dans le rôle de Daniel Trepkos le toujours très bien Bradley Whitford (Trophy Wife récemment). Ce dernier est sans conteste le héros de l’épisode mais ce n’est pas suffisant pour en faire un bon épisode à mon humble avis. Mais pourtant, cet épisode m’a énormément rappelé « Ice » de la première saison alors que l’on est encore une fois confiné dans un espace clos. Ce qui me surprend surtout avec cet épisode c’est le fait qu’après « One Breath » on revient rapidement sans convalescence à la case cas de la semaine. La série ne prend donc pas vraiment de temps de souffler et la mécanique habituelle de la série (celle de la première saison) revient donc de nouveau à la charge. Mais « Firewalker » manque de l’intensité de « Ice » et c’est pour cela que cet épisode n’est finalement pas mémorable. J’avais complètement oublié son existence c’est vous dire. Forcément qu’il y a des gens qui cachent des choses et forcément que le confinement va rapidement échauder les esprits et nous en révéler un peu plus sur chacun des personnages.

Howard Gordon a donc ici un peu de mal à gérer le confinement. Ce n’est pas pour autant mauvais mais disons que l’on a parfois un peu l’impression que X-Files ne veut pas sortir de cette mécanique et encore moins du sillage de « Ice ». Du coup, il n’y a aucune vraie surprise dans cet épisode malgré la prestation sans faille de Whitford. Ce qu’il y a de plus intéressant finalement c’est le fait que Scully est de nouveau sur le terrain et pas comme au début de la saison dans un laboratoire à faire des expériences sur des corps que pourrait lui envoyer Mulder. Non, elle est différente et je trouve que le jeu de l’actrice a lui aussi évolué. On a l’impression qu’elle est tout d’un coup plus rassuré avec son rôle et qu’elle est donc bien plus à l’aise. C’est quelque chose que j’aime beaucoup. Mais cet épisode manque presque encore une fois de Deap Throat. Sa mort à la fin de la première saison était terrible (et la référence à sa mort sera utilisée dans « Red Museum ») car c’était un personnage emblématique de la série et X-Files n’a peut-être pas su faire en sorte de nous laisser déguster un peu plus le côté mystérieux et secret de cet homme tapis dans l’ombre. Après tout, c’était aussi ça la force de ce personnage, de ne pas nous en dire bien plus sauf quelques révélations ici et là.
vlcsnap-2014-07-05-01h27m26s43.jpgEt notamment ce petit « Trust no one » lors de ses derniers mots. Bref, pour en revenir à « Firewalker », voici donc un épisode qui aurait pu être bien mieux mais je crois que ce qui rend cet épisode finalement bien moins périssable qu’il n’y parait c’est le fait que l’on a énormément de plaisir à retrouver Mulder et Scully ensemble. En effet, sans ces deux là sur le terrain, X-Files n’est pas la même (et ce même si l’équilibre avait été trouvé au début de la saison et que c’était merveilleux). Et puis après l’intensité de « One Breath », c’est bien aussi de revenir aux trucs les plus basiques de la série. Car je n’ai rien contre l’aspect procédural de X-Files. Bien au contraire, la preuve en est avec « Red Museum » même si cet épisode est finalement bien plus intriguant et intelligent qu’il n’y parait. Surtout qu’à son issue, l’affaire reste non classée. Chris Carter tente ici donc de nouvelles choses et notamment de mettre en scène une secte de gens végétariens qui gardent dans l’un de leurs terrains des vaches sans les tuer. Mais dans cette petite ville du Midwest, des adolescents sont surtout kidnappés, disparaissent la nuit et sont retrouvés le lendemain dans les bois complètement perdus et déboussolés, à moitié nus avec « HE/SHE IS ONE » écrit dans le dos.

Dès le début de l’épisode on sent que l’on est dans un épisode très X-Files-esque où la mythologie de la série va forcément reprendre le dessus. Alors que pas vraiment. Chris Carter est en effet bien plus malin que ça et parvient donc à nous raconter un truc certes rocambolesque mais fascinant de part en part. Cet épisode est l’un des meilleurs stand-alone que Chris Carter ait écrit et pour cause, c’est aussi un épisode qui n’a pas vraiment de fin. Avec Mulder et Scully ensemble à nouveau sur le terrain (ce que l’on a pu tester dans l’épisode précédent), c’est donc très intelligent de les plonger au coeur d’un coin paumé des Etats-Unis où il se passe des trucs bien étranges. Car c’est justement ce qui fait aussi le sel de X-Files, les phénomènes qui sortent de l’ordinaire. Rapidement on se pose donc des questions sur cette Church of the Red Museum. Cet épisode revient également sur les tests avec cette histoire d’ADN alien/humain dont la série parlait dans « One Breath ». Et non pas vraiment d’hormones de croissance. Ce qui forcément nous permet de revoir l’agent du gouvernement qui avait tué Deap Throat dans « The Erlenmeyer Flask », le final de la première saison.
vlcsnap-2014-07-05-01h17m13s59.jpgD’ailleurs, c’est à ce moment là que Scully va se souvenir de cet homme et va lancer un petit « I know this face ». C’était excellent, tout simplement. L’épisode se divise donc en deux parties. D’un côté le cas de la semaine et de l’autre la mythologie de la série. Si les deux peuvent être un peu liés, ce n’est pas nécessairement le cas. Je suppose que Chris Carter avait voulu faire quelque chose d’autre au départ et puis s’est résigné à faire cet épisode. Ce n’est pas une mauvaise idée, surtout que l’épisode est plus que réussi mais dans un sens cela aurait peut-être parfois mérité un peu plus de clarté. Finalement, ces deux épisodes sont très différents. Le premier, reprenant plus ou moins « Ice » était décevant et puis le second, s’intéressant à nouveau à la mythologie de la série (et notamment à l’ADN alien/humain ou encore à la mort de Deap Throat) ce qui fonctionne donc terriblement bien. Que demander de plus ? Que la suite soit bien évidemment du même acabit mais je connais déjà les deux épisodes suivants et je sais que ce ne sont pas des épisodes exceptionnels. Enfin, peut être que je m’en souviens mal. On en reparle rapidement.

Note : 5/10 et 9.5/10. En bref, j’ai toujours adoré les épisodes sur des sectes dans les séries fantastiques comme celle-ci. Contrairement à cet épisode précédent, trop formaté et pas assez original.

Commenter cet article