Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : You're the Worst. Saison 1. Pilot.

18 Juillet 2014 , Rédigé par delromainzika Publié dans #You're the Worst

vlcsnap-2014-07-18-14h20m39s156.jpg

 

You’re the Worst // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Après ses tentatives ratées d’incursion dans le monde de la comédie multi-cam sur le modèle du 10/90 (10 épisodes pour une première saison et si succès, la chaîne en commande directement 90 nouveaux), FX revient aux comédies single-cam comme elle pouvait en faire auparavant (je pense notamment à Wilfred). Sauf que pour le coup, You’re the Worst n’est pas une comédie déjantée et puis ce premier épisode n’est pas non plus brillant. Le problème avec cette série c’est que je ne sais pas du tout quoi en attendre. C’est agréable à suivre les aventures de Jimmy et Gretchen mais est-ce suffisant ? Je n’en suis pas si sûr. Quelques dialogues sont également savoureusement écrits, et l’on sent que c’est fait avec amour mais est-ce suffisant ? Je n’en suis pas si sûr. Créée par Stephen Falk (Weeds, Orange is the New Black), voilà un scénariste qui aurait pu comprendre que l’on ne parle pas d’amour sans parler de folie. Mais son pilote n’est pas suffisamment bien écrit pour laisser une empreinte réellement intéressante de ce qu’il veut bien nous raconter. C’est dommage, surtout que le sujet même de cette série était déjà un bon point de départ et du coup, Aya Cash (We Are Men) et Chris Geere (Trollied, The Spa) se retrouvent un peu face à un mur par moment.

Deux drogués en pleine déchéance tombent amoureux et tentent de vivre leur histoire le plus normalement possible...
vlcsnap-2014-07-18-14h10m48s132.jpgTout se passe très vite dans l’introduction de ce pilote. On n’a pas le temps de comprendre ce qui se passe que l’on est déjà passé à autre chose. C’est une grossière erreur, surtout quand on veut nous présenter une comédie qui va par la suite lier deux êtres auto-destructeurs. Au fond c’est une bonne idée que d’associer deux personnages qui ont la même conception de la vie et des choses, en se droguant, ayant des relations sexuelles à droite et à gauche (même en crachant sur le vagin de l’autre). Jimmy et Gretchen ne sont pas fait pour être en couple c’est certain, mais petit à petit on sent qu’il y a une alchimie qui se créée, très artificiellement j’en conviens entre les deux personnages. Tout cela à cause des bons sentiments de la série qui viennent à mon humble avis nous gâcher le spectacle. C’est ça le problème que j’ai avec cette comédie, elle ne semble pas vraiment savoir comment s’arrêter et puis toutes ces scènes de sexe à tire-larigot ce n’était pas nécessaire. Un ton plus posé aurait peut-être été intéressant à adopter, surtout que c’est brutal et les dialogues associés ne sont pas aussi bruts. De ce premier épisode je ne retiens donc pas grand chose, et je n’ai pas nécessairement l’envie de revenir afin de comprendre ce qu’il va arriver à ces deux tourtereaux.

C’est bête car je pense que Stephen Falk partait d’un bon sentiment mais le côté ultra caricatural de sa petite série manque cruellement de simplicité et d’originalité. On aurait très bien pu retrouver ces dialogues et cette histoire dans une comédie en Direct to DVD sans grande originalité. Ce qui tente de faire l’originalité de cette série c’est l’aspect plus libéré des personnages, plus chaotique mais bon, là aussi on ne peut pas dire qu’ils forcent vraiment le truc pour nous délivrer quelque chose de brillant. En tout cas je suis donc déçu, FX nous a habitué à beaucoup mieux en termes de comédies et le retour aux racines de la chaîne m’avait énormément plu. On aurait très bien pu avoir une série aussi sociale et folle que Louie sur les problèmes de couple, de relations, etc. Mais il n’y a rien de tout ça là dedans. Je me demande même ce qu’il y a vraiment dans You’re the Worst que j’aurais potentiellement envie de suivre plus d’un épisode. Je vais revenir, une ou deux fois, histoire de voir si le tout a réellement plus de potentiel que ça ou bien si c’est tout simplement raté comme ce n’est pas permis de rater une comédie romantique barrée. 

Note : 4/10. En bref, une introduction lourde, bateau et piégée dans ses propre filets.

Commenter cet article