Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Zero Hour. Saison 1. Episode 3. Pendulum.

1 Mars 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critiques Séries

vlcsnap-2013-03-01-06h58m27s32.png

 

Zero Hour // Saison 1. Episode 3. Pendulum.


Je crois que Paul Sheuring est un fanatique assez impressionnant. Il fallait quand même trouver l'idée de transformer Einstein et ses formules pour intégrer le tout dans la série. Je trouve ça quand même très peu réaliste et tiré par les cheveux. Cette série est plus que perfectible, bourrée de séquences mornes et sans vie. Je trouve dommage que Zero Hour n'aille pas vers quelque chose de complexe mais aussi de réellement passionnant. J'ai plus l'impression qu'il s'agit d'un pot pourri de tout ce qu'il a pu se faire ou se dire sur la fin du monde. Entre le début des 10 Plaies d'Egypte à la fin de l'épisode précédent, ou encore l'intégration d'une formule d'Einstein sois disante impossible à retrouver et que notre équipe va décoder en deux temps trois mouvements (vous croyez vraiment que la craie reste sur un tableau blanc combien de temps ? Car plus de cinquante ans, je n'y crois pas le moins du monde). Zero Hour continue donc de tenter de nous surprendre avec les diverses ramifications de son histoire. Tout est loin d'être réellement passionnant.

Je pense bien évidemment à la quête pour ces horloges. J'ai bien l'impression que nous allons voir cela dans les treize épisodes que compose cette première saison, et qu'ils n'auront même pas fini de mettre la main sur ces horloges avant la fin de la saison (et accessoirement de la série vu les scores d'audience particulièrement mauvais). J'ai de plus en plus de mal avec certains personnages comme Beck par exemple. Carmen Ejogo est une assez mauvaise actrice mais cela va de pair avec les castings des séries de Paul Sheuring. Dans Prison Break, je ne compte plus le nombre de mauvais acteurs (le tout était rattrapé par des bonnes intrigues, surtout durant sa première saison). Zero Hour tente également de nous parler dans des flashbacks ronflants de Hank et de Laila. Les deux forment un couple particulièrement ennuyeux. Leurs divers jeux qui permettent ensuite de créer des raccourcis scénaristiques bien trop simplistes me font hurler de rire.
vlcsnap-2013-03-01-06h47m31s127.pngLe fait que Zero Hour nous parle d'apocalypse n'est pas une mauvaise chose. Le seul problème c'est que tout est mal fichu. La série n'a aucune forme, malheureusement. Et ce n'est pas le Father Mickle qui va changer les choses. Le pauvre Charles S. Dutton se retrouve engoncé dans un rôle qui n'a rien de passionnant. En plus de ça, le Father Reggie (incarné par Ken Leung - Lost -) nous offre une explication tout aussi barrée. Mais je suppose que le ridicule du titre de l'épisode, "Pendulum" (il fallait y penser tout de même) aurait déjà du m'indiquer le fait que cette série peine à décoller. Si le premier épisode était plutôt correct et rythmé, la suite plonge dans le grand n'importe quoi et ennui forcément les téléspectateurs. Reste aussi à savoir comment les choses vont prendre forme durant les futurs épisodes de Zero Hour. Une série qui avait du potentiel et qui finie par se transformer en vraie tare.

Note : 3/10. En bref, flashbacks ennuyeux et ridicule (qui n'ont rien à envier à ceux de Missing), intrigues rocambolesques et débiles, Anthony Edwards en pleine noyade dans un rôle qu'il peine à maintenir hors de l'eau.

Commenter cet article

delromainzika 02/03/2013 14:01


Ah oui exactement mdr

Lo Stupido 02/03/2013 02:26


Il y avait quand même d'autres moments incroyables de ringardise et d'inattention.


Le coup des lentilles de contact de White Vincent. La grosse révélation de ses pupilles minuscules. Juste après, Beck arrive et le pourchasse. Échange de tir.


Et là, on ne sait trop comment, dans la deuxième partie de la scène, Vincent a réussi à remettre sa lentille en place !