Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cycle John Carpenter : New York 1997, Plissken héros...

1 Juillet 2012 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Critique Ciné

escape_from_new_york_ver2.jpg

 

New York 1997 // De John Carpenter. Avec Kurt Russell, Lee Van Cleef et Ernest Borgnine.


Je vous parlais il y a quelques jours de Los Angeles 2013 qui est tout simplement la suite de New York 1997. C'était peut être présomptueux de ma part de ne pas vous parler de celui ci avant mais disons que je n'avais pas prévu que ce soit le cas et revoir la suite m'a donné envie de revoir celui ci. Car Snake Plissken est tout de même un héros hors du commun, mais excellent dans ces personnages que Carpenter a créé. Il est devenu mythique et ses deux films (surtout New York 1997) le sont devenus également. Voici donc un film de science fiction, une dystopie pour être exact, qui colle parfaitement avec les années 80 (aussi bien en termes de réalisation qu'en termes de décors). Ce que j'apprécie tout particulièrement avec New York 1997 c'est que le réalisateur prend son temps pour poser son univers (la première séquence dans New York est tout de même excellente, car en seulement 10 minutes on a un aperçu de ce qu'est New York à cette époque là).

En 1997, Manhattan est devenu une immense île-prison ou trois millions de détenus sont organisés en bandes rivales. A la suite d'un attentat, l'avion du Président des Etats-Unis se crashe dans le pénitencier. Le chargé de sécurité Bob Hauk décide d'envoyer un prisonnier pour le récupérer. Ce détenu s'appelle Snake Plissken.
Lâché à l'intérieur, il doit se frayer un chemin en évitant les loubards et les cannibales qui peuplent Manhattan. Snake n'a que quelques heures pour récupérer le président, éviter un incident diplomatique catastrophique et surtout... désamorcer les mini-bombes qu'on lui a implantées dans le corps à son insu.

L'histoire de New York 1997 est assez classique et fonde dans le bourrin sauvage. Le scénario est assez intéressant puisqu'il réussi à soulever des questions intéressantes par rapport à la société de l'époque (notamment alors que nous étions encore en pleine Guerre Froide). Il pose également des questions d'instincts humains et ce que l'on pourrait faire si l'on était dans une situation similaire à la leur (aussi bien du point de vue des new-yorkais restés dans la ville que du gouvernement qui tente de récupérer le Président américain). Sans compter bien évidemment que le héros est un vrai cliché mais totalement assumé ce qui rend le film encore plus captivant et d'autant plus fun à suivre. Evidemment que le film a vieilli, et par certains aspects assez mal mais vu en Blu-Ray, il n'y aura aucun problème à passer un très bon moment à mon avis.

New York 1997 est donc devenu un film culte de SF. Si vous ne l'avez pas vu et que vous êtes fans de SF, il faut tout de suite y remédier. C'est très important de connaitre ces classiques. Et puis le personnage de Snake Plissken, incarné par un Kurt Russell qui ne se prend pas au sérieux. Ce premier volet est culte mais d'un autre côté, le second volet de la saga est également très bon (je me demande toujours pourquoi l'un est préféré à l'autre d'ailleurs). Le ton de Carpenter reste le même, et toujours aussi efficace en lui même. Même si ce n'est pas mon film préféré du réalisateur américain, il fait tout de même parti des meilleurs. On ne peut pas dire le contraire. Quiconque n'aime pas New York 1997 doit avoir un sérieux problème avec la SF. Ce n'est pas possible autrement. Ce qui serait maintenant intéressant c'est que Carpenter en refasse un, old-school, dans les années 2000.

Note : 8/10. En bref, excellent classique de SF, culte et au héros fun et assumé.

Commenter cet article