Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Desperate Housewives Chronicle : Episode 14. The Glamorus Life.

2 Février 2010 , Rédigé par Ca Deborde De Potins ! Publié dans #Desperate Housewives Chronicle

juliebenzdesperate3.jpg
Voici la critique de Desperate Housewives, le très attendu nouvel épisode diffusé dimanche... Voici notre avis...

Desperate Housewives // Saison 6. Episode 14. The Glamorus Life.

Débutons cette critique par la phrase du jour : "Dans cette pièce sans fin qu'on appelle la vie". C'est signée Mary Alice bien sûr. Pour faire un bilan qui fonctionne de ce nouvel épisode, nous allons voir les intrigues par personnages principaux de la série. Débutons le tout par notre chère Susan Mayer de laquel je vais certainement encore dire plus de mal. J'ai eu du mal avec son histoire : Je veux à tout prix aider une strip teaseuse à s'en sortir comme si elle n'irais pas au paradis et qu'il fallait qu'elle fasse une bonne action. Attention, tout ça sort de la bouche d'un fan de la première heure de la série. C'est dire. Je trouvais le personnage drôle et amusant avant, mais là, il m'exaspère au plus au point. La seule réjouissance de son intrigue, il faut bien le dire, c'est la belle Julie Benz. Le problème c'est que son rôle sans fond, très théâtralisé, manque de piment. Même si MJ arrive à nous faire rire, limite rouge quand on voit ce qu'il sort de sa bouche mais la vérité sort de la bouche des enfants, donc, on laisse coulé. Il faudra un jour que Susan réécoute sa fille parler avec le neveu d'Eddie dans la cuisine et le tout en se ramassant bien correctement dans les escaliers, ça, c'était un moment pur signé Susan. Je sais que je n'ai certainement pas pris le meilleur moment du personnage, mais c'est le seul qui me revient à l'esprit.
Ensuite, continuons avec Lynette. Alors là, c'est du touche le fond et la pièce sans fin se fait vraiment ressentir dans tous les sens du terme. Aussi bien avec la thérapeute qui franchement, n'a pas un clou dans le pantalon et franchement, l'idée de nous mettre une pièce de théâtre "Antony & Cléopâtra", le truc plus que boring, je crois même que le mot n'existe pas. C'est nul, on ne rit même pas, Lynette et Tom sont devenu ce genre de vieux couple à la Mary Poppins version femme âgée qu'on n'a plus envie de revoir. Non mais franchement, cette histoire à la mot moi le noeud façon maison de retraite et déhanbulateur, y'en a marre. Qui ne se souvient pas de Lynette battayant avec ses enfants dans les premières saisons ou même lorsqu'elle travaillait encore dans l'agence de pub où elle se piquait le nez avec Nina (jouée par l'excellente Joely Fisher qu'on regrette bien). Voilà un moment qui nous faisait rire.
Puis, c'est au tour de Bree. On assiste à un discours sortie des placards respirant la naftaline à plein nez fait par un ami âgé qui fait la moral au couple Bree /Orson, franchement, on baille mais il y a pire, quand Orson dit qu'il veut se suicidé, enfin, on l'entends grâce à Mary Alice qui sait tout par avance mais franchement, n'est pas du tout sur la même longueur d'onde que la série désormais en offrant des répliques à deux francs six sous. Pour en revenir à Bree et Orson, ce couple grognon doit certainement devenir le couple préféré des maisons de retraite car là, on touche le fond. Rien n'est drôle, tout est sans intérêt. Il faut absolument sortir de cette intrigue, allez, on les remets ensemble, Orson tue Angie et pouf, une nouvelle intrigue. Nan, je plaisante. Moi je veux retrouver la Bree qui change la cravate de Rex à son enterrement, la Bree qui surprend Orson et Alma dans le même lit.
Et puis c'est le drama signé Gaby / Angie / Carlos qui sauve un peu l'épisode. Carlos qui se montre hyper remonter en plaquant contre le mur Danny Bolen, un mec qui n'a vraiment rien dans le pantalon, franchement c'est énorme. Et puis Angie qui le menace de mort, qui se jette sur les poubelles de sa voisine, ... enfin, tout ce qui est balancé durant l'épisode dans cette intrigue est savoureux, plein de sang et de piment italien. Mais alors la palme revient à Gaby qui fait un chèque qu'elle ne signe pas à Anna ou bien Gaby / Carlos qui écoutent à la porte des Bolen. Par contre, Gaby en robe de chambre à la fin de l'épisode, jettant un soit disant regard frois à Angie, c'est pathétique.
Enfin, ce qu'il manque c'est Kathryn. Alors que dans le dernier épisode elle était de retour et on finissait par des retrouvailles des meilleures amies de Fairview, et bien là, rien. C'est décevant.
Pour conclure, un épisode qui a du charme mais qui manque de fond. A vraiment prend au premier degré sinon on est largué. Moi, fan de DH voit en cet épisode un cataclysme.

Note : 7/10. En bref, des dialogues parfois croustillants, des fighting à la Carlos et Gaby Solis ça fait plaisir, et de revoir la belle Julie Benz depuis Dexter, ça fait du bien (même si son défilé sur la table de la classe de Susan c'est nul). On attends de voir le prochain épisode pour voir si DH est récupérable ou pas.

Commenter cet article