Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Glee : phénomène musical ou série à la noix ?

22 Octobre 2010 , Rédigé par Ca Déborde de Potins, by delromainzika Publié dans #Série Express

glee-cast-bleechers.jpg


Glee, ce mot, qui veut simplement dire "chorale" en français raisonne dans les cours d'écoles américaines comme le vibreur des téléphones et est devenue en seulement un an, un vrai phénomène jonché par le buzz et rincé par les épisodes spéciaux. Alors, Glee, c'est quoi ? Une vraie série ou un objet purement marketing ? Ryan Murphy a t-il toujours eu cette ambition de faire une série aux ventes d'albums records dépassant même les Beatles dans le Billboard Chart ? Pourquoi Glee fonctionne et comment ? Toute cette machine tellement bien huilée réunie désormais plus de 11 millions de téléspectateurs américains depuis le début de la saison. Une vraie prouesse qui n'était pourtant pas gagnée d'avance.
Tout débute en 2008, FOX prépare une nouvelle série avec Ryan Murphy. Le créateur de Nip/Tuck a la volonté d'adapté le monde de comédie musicale et d'en faire une série en apparence toute guillerette et gentille mais qui au final, sera une vraie critique du système éducatif américain, mais également livrer un vrai message de tolérance en créant la chorale la plus "melting pot" de tous les temps. Alors voilà, tout part d'une idée toute simple, faire chanter des ados, un peu High School Musical sur les bords, mais dégoulinant de bonnes idées. FOX décide même de diffuser le pilote de la série derrière la finale de American Idol en mai 2009. Ce n'est pas un carton d'audience mais un score honorable pour la série qui n'aura presque pas fait parler d'elle avant cette fameuse diffusion du pilote.
Après ce pilote c'est tout un buzz estival qui va se mettre en place. L'annonce de la grille de la rentrée de la FOX, les multiples rediffusions de ce pilote durant l'été, le carton de Don't Stop Believing sur iTunes, vrai message à la tolérance. Je vais confesser mes péchés, le pilote n'est pas pour moi le meilleur épisode de la série, loin de là. C'est peut être un peu trop lisse pour être beau mais les personnages sont bien présentés et l'humour charnel et la tendresse sont là. De quoi filé la pèche. Et je l'ai eu, tout l'été à écouter les reprises de Don't Stop Believing ou de Mercy dans mon iPod.
Glee se lance donc à la rentrée 2009, en catimini, avec une critique unanime et des téléspectateurs déjà fan de la série. Les chansons cartonnent sur iTunes et c'était pas gagner de vendre une des musiques d'une série sur une plateforme comme celle ci. FOX flaire le produit et va donc vendre la série comme un vrai phénomène, la chaîne va vouloir que Glee soit sur toutes les lèvres. C'est de là que va naître les flashmob dédiés à la série dans plusieurs villes du monde, ou encore un buzz très bien orchestré via internet.
Car bien sûr, derrière tout ce marketing et le création depuis le début de l'année de multiples produits dérivés est loin d'être une bonne idée. Le virage à 180 degré se fera lors du retour de la série en mars dernier après une pause où FOX a voulu entretenir la passion et l'envie de fans de connaître une suite, prévisible mais attendue. Oui, Glee, de décembre 2009 à mars dernier est devenue un phénomène de société. Le bouche à oreille à fait son effet. Mais pourquoi Glee fonctionne. C'est à coup d'annonces chocs, tout d'abord un épisode consacré à la pop star Madonna, un autre aux chansons de Lady Gaga et surtout au message qu'elle traite : la tolérance.
En se voulant tolérante, la série va être aimé, adoré des gens qui se sentent mal dans leur peau au lycée, au collège. C'est aussi ça Glee, c'est tout beau, tout tendre et tout mou. Mais alors... Glee c'est aussi une série ? Depuis la moitié de la saison 1, plus tellement, c'est une coquille presque vide remplie par des numéros musicaux sur lesquels je n'aurais rien à dire car en principe c'est réussi malgré les quelques copies conformes et plagiats multiples d'images de comédies musicales. Donc Glee, derrière cette vulgarisation de la bonne musique, cassant les codes du puritanisme américain en laissant une ado de 16 ans tombé enceinte, faisant d'une coach un vrai personnage vivant et drôle, d'un Glee Club une vraie petite pépite. Cependant voilà, le marketing a tout cassé, morcelé la série entre épisodes événements nécessaires au développement économique de la série et plus ou moins bons épisodes logiques de poursuite des intrigues. On a l'impression de voir la même chose, une grosse impression de déjà vu d'épisodes en épisodes. Glee est-elle donc une série à la noix ?
Je ne pense pas car l'idée de départ était bonne, elle s'est juste perdue entre mille eaux, noyée entre les chansons ruinées par un playback toujours de plus en plus horripilant, le tout en passant par une inspiration sur le déclin bien plus vite que pensée. Glee est perdue, elle a perdue une identité qui lui était propre, car même si derrière chaque épisode il y a un message, il y a toujours une belle petite morale qui fait que le ton des débuts. Je m'y suis fait, j'aime toujours la série mais voilà, elle a perdue ce qu'elle voulait faire aux débuts, elle devient ce qu'elle ne devait pas être et ça c'est pas bon. Derrière une série qui se devait critique, se cache maintenant un vrai produit marketing vendu à toutes les sauces tant que cette sauce est faite de billets verts en grande quantité.
Engloutissant à vitesse grand V son potentiel, Glee n'est devenue qu'une exposition de chansons et d'artistes, de guests star (trop de guest) et d'un buzz savamment orchestré derrière des événements, des pauses où les fans accros vont devenir hystérique, les ventes ascendantes des albums et autres goodies de la série. Si Glee n'existait pas il aurait certainement fallu l'inventer, une série anti-crise économique à la télévision où se cache des salaires d'acteurs faibles mais des revenus énormes. Avec l'annonce d'une saison 3 on est en droit de se demander où est ce que la série peut bien aller maintenant. C'est toute la question tout en sachant que ce sera leur dernière année au lycée. Si l'on fait le bilan, Glee n'offre pas grand chose et se cache donc derrière son ampleur médiatique. Une série à la noix peut être même si certains épisodes valent vraiment le coup d'oeil et que certains personnages et certaines idées restent succulentes. Glee arrive à un point où le phénomène a pris le pas sur l'intrigue, à mon grand regret.

Commenter cet article

JEAN 23/10/2010 15:05



Hum que dire de plus ?


Les 13 premiers épisodes étaient bons et le marketing est monté à la tête des scénaristes.


On ne peut pas en vouloir à la FOX , les séries musicales y en (presque) jamais eu et ça n'avait pas forcément marché et là ça marche donc autant en profiter mais bon si c'est pour nous faire des
scénarios à 2 balles autant arrêter maintenant.


Pour répondre au titre " phénomène musical ou série à la noix ? " je te dirais phénomène à la noix lol


 



delromainzika 22/10/2010 23:48



Oui c'est prévu. Ryan Murphy a dit qu'il avait des plans pour 5 ans avec le casting actuel de la série, donc forcément ça va se renouvelé petit à petit, car ça ne peut que se faire au lycée.



Kevin_r3 22/10/2010 23:35



Je pense que la série est toujours une pillule de bonheur, elle me donne toujours le sourire, même si je suis d'accord que les intrigues ne sont pas assez présentes/dévéloppées! Pour la suite, je
pense qu'ils devraient essayer d'introduire de nouveaux personnes doucement, de se débarasser d'autres dans la saison 3, petit à petit pour permettre un renouveau du cast après... Je sais pas. Je
vois un truc à la Urgence où le cast à changer petit à petit... Je sais pas. En tout cas, la série a su buzzer, tant mieux pour elle! Pas sur que ça dur très longtps, c'est comme tout : une mode,
elle passera!



Simon-edina 22/10/2010 20:30



Le phénomène a pris le pas, peut-être, mais c'était surtout vrai pour la 2ème partie de la saison 1. Je trouve la saison 2 un cran au dessus de la première même s'il est vrai que les intrigues
concernant les personnages ne sont pas toujours à la hauteur. Je ne suis pas indigné par les playbacks, honnetement je le vois pas tant que ça et ça ne me dérange pas. Le reproche que je fais a
la saison 2 est qu'il n'a pas vraiment de fil rouge comme la saison 1 avec la grossesse de Quinn et le couple Will / Emma en devenir. Dans la saison 2, le seul "fil rouge" c'est "okay c'est
bientôt les nationals il faut se préparer". Pour le reste, ce sont des mini intrigues plus ou moins intéressantes. 


Série à la noix c'est quand même dur. Elle délivre un message de tolérance avec humour et beaucoup de sarcasme,je trouve que les dialogues n'ont pas perdu de leur saveur pour l'instant et les
personnages sont tous intéressants même si celui de Quinn n'est plus tellement exploité pour l'instant.


Je fais parti de ceux qui ont bcp aimé la série dès le pilote, quand personne n'en parlait et je n'ai pas trouvé d'épisodes mauvais pour l'instants. Comme toute série il y a des hauts et des bas.
Je crois que le fait de faire des épisodes spéciaux a deux côtés: elle désavantage la série parce que le thème/le guest de l'épisode prend le pas sur les personnages mais elle sert aussi la série
car elle lui permet de se réinventer et c'est là que sera le défi je pense après la mi saison: se réinventer encore et toujours. On va vite s'ennuyer à force de les voir chanter dans leur salle
de chants, il faudra trouver d'autre chose. Et avec 4 ou 5 numéros par épisode, ça risque de lasser le spectateur. Pour l'instant, on est tranquilles, c'est l'effervescence du début de saison
mais d'ici l'année prochaine il faudra trouver des solutions et peut-être privilégier davantage les intrigues sur les personnages.