Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[HORS-CLASSEMENT] - The Following (Saison 1)

29 Juin 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Classement 2012-2013

the-following-season-1-2013-FOX-poster.jpg


The Following était l'une des nouveautés que j'attendais l'an dernier avec la plus grande impatience et après un départ sur les chapeaux de roue, elle s'est rapidement enlisée. Pourquoi ? C'est une très bonne question étant donné qu'elle avait toutes les cartes en main pour devenir une vraie série phénomène, exploitant à son tour quelque chose qui fait fureur aux Etats-Unis ces derniers temps : les séries de serial-killer. En plus de ça, nous avions derrière The Following un maitre du slasher movie : Kevin Williamson (Dawson, Scream, The Vampire Diaries). Même si la carrière du Monsieur a connu des hauts et des bas, et que je n'ai jamais été un grand fan de Dawson, je suis un grand fan de Scream. Je m'attendais à retrouver un certain héritage de sa série dans celle ci. Sauf que ce n'est pas du tout le cas. On a donc de très bons épisodes au début de la saison qui enchainent les surprises et nous emmènent pas forcément là où l'on aurait pensé qu'elle allait nous emmener. Sauf que rapidement, The Following montre ses limites. Le problème reste bien entendu l'écriture qui était assez ridicule par moment.

Bien que The Following inspire par moment des rires nerveux efficaces (grâce notamment au personnage de Joe Carroll incarné par l'excellent James Purefoy), le tout manque de personnalité et l'on sent que la série s'enlise dans les facilités. Alors pourquoi ? C'est une question je suis me pose encore aujourd'hui. J'ai du mal à voir pourquoi The Following n'a pas été encore plus loin quand elle en avait l'occasion et surtout pourquoi elle s'est achevée comme un Flamby tombant dans une assiette. Le premier atout de The Following était Kevin Bacon. Un acteur multifacette qui connait ce genre de rôles sombres mais terriblement efficaces. Et puis rapidement son personnage va devenir un surhomme alors qu'il est décrit dès le pilote comme quelqu'un de brisé, alcoolique (vous remarquerez que rapidement la série occulte son alcoolisme) ou encore qu'il ne peut pas faire 100m sans être complètement épuisé (et qui va tout de même parvenir à courir dans les bois à un moment sans ressentir de douleur à la poitrine).
Following-Pre-Car-2-600x330.jpgAu delà de la facilité qui entoure ce personnage c'est le culte qu'il y autour de Joe qui est fascinant et qui était même l'un des éléments clés de cette série. Sauf que voilà, on a du mal à croire qu'ils n'aient pas été repérés plus vite et alors que The Following a des atouts dans sa manche pour faire en sorte que tout évolue dans une direction différente, on se rend bien vite compte que le tout manque sincèrement de finesse. Ce que j'aurais aimé c'est que tout une petite ville des Etats-Unis abrite les tueurs. Avec quelques très bonnes scènes d'action (il faut reconnaitre ce qui est) et quelques magnifiques cliffanghers, The Following s'en sort par moment. L'autre bonne idée de The Following était de ne pas édulcoré le tout. C'est pourquoi la violence est assez présente (notamment quand un agent se retrouve à se battre seul contre une horde de cinglé, le premier meurtre incarné par Maggie Grace). Ensuite il y avait l'humanisation des serial killer : le fait qu'ils peuvent être n'importe qui et n'importe où.

Si au départ c'est traité de façon assez malin, rapidement on voit venir qui est qui. C'est dommage car du coup, il n'y a plus aucun effet de surprise. Alors qu'au début, dans le premier épisode, il y a tout de même ce couple gay que l'on n'aurait jamais pu soupçonner. La série joue donc de façon intelligente parfois en humanisation ses tueurs, comme Jacob. Alors qu'il n'a jamais tué personne mais qu'il est là par amour, l'histoire de triolisme qui découle de ce personnage m'a beaucoup plu. J'étais cependant déçu de l'issue de la saison vis à vis de ces trois personnages. En espérant que la saison prochaine sache rattraper le coup. Nous avons également Claire Matthews, l'ex femme de Joe Carroll qui se retrouve au milieu d'un triangle amoureux (la spécialité de Kevin Williamson) avec Ryan. C'était assez pâteux et peu fascinant. Pourtant le casting est bon encore une fois. Dommage, The Following est un vrai soufflé au souffle coupé.

Meilleur épisode : 1.01 "Pilot"

Pire épisode : 1.15 "The Final Chapter"

 

Et n'oubliez pas de voter pour vos séries préférées de la saison 2012/2013

Commenter cet article

jean pierre 29/06/2013 23:13


100% dacc avec ton analyse. Jusqu'a lepisode 3 , jai eu la sensation davoir affaire à une serie culte ( le trio amoureux par exemple est une tres bonne idee ) et le casting est tres
bon...Malheureusement , malgres une tres bonne idee au départ , la pauvreté de lecriture et le manque de coherence criante ( On ne croit pas une seconde au devouement des fideles  , lex de
Bacon qui apparait et qui ferait parti du complot mais WTF !!??? ).La serie en devient grave prévisible. Bref il ya bcp trop de qualités ailleurs pour que the Following tienne la comparaison. G
regardé entierement la saison 1 , je doute de regarder la seconde.... 

robin 29/06/2013 20:34


je viens de commencer la série et il est vrai qu'elle démarre sur les chapeaux de roues !