Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les séries de mon été : Lipstick Jungle

28 Juillet 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Série Express

lipstick_jungle_ver2_xlg.jpg


Chaque été, je reprends de vieilles séries laissées de côté, ou encore des revisionnages. Et puis il y a aussi des découvertes que je n'avais jamais pris le temps de faire. C'est le cas de Lipstick Jungle. Je n'avais pas pris le temps de découvrir cette série lors de ses débuts en 2007 en pleine grève des scénaristes, et puis du coup je l'avais complètement oubliée. Jusqu'au jour où je tombe sur les DVD à un prix imbattable et je me suis donc laissé tenter. Puis les DVD en question ont pris la poussière, attendant d'être tout simplement vus. Jusqu'au jour où un ami bienveillant m'a poussé à regarder cette série. Je dois vous avouer que j'étais plutôt confiant vis-à-vis du fait que j'allais aimer cette série, mais j'avais également peur qu'elle ne tienne pas sur la longueur. Opération risquée et pourtant réussie. Cela fait maintenant quelques semaines que j'ai digéré cette série, et je n'avais pas encore pris le temps de vous en parler (encore une erreur de ma part, j'oublie tout ces derniers temps). Cependant, c'est aussi vite vu que déballé car après 20 épisodes on remballe déjà…

Nico, Wendy et Victory règnent sur New York ! Nico est rédactrice en chef d'un des plus grands magazines de mode et rêve d'en devenir la présidente. Wendy est une des pontes d'un studio de cinéma. Victory est une créatrice de mode à l'esprit très libéré, espérant un jour trouver l'homme idéal. Les trois amies font face ensemble aux grands défis de la vie, professionnels et personnels...
lipstick-jungle_l.jpgLe truc avec Lipstick Jungle c'est que j'ai accroché tout de suite à l'histoire de ces femmes riches qui ont une vie de rêve au premier abord et à qui tout ne réussit pas tant que ça finalement. Ce n'est pas ce qu'il y a de plus original mais petit à petit on s'attache aux personnages et les intrigues deviennent alors addictives. Mon personnage préféré est bien entendu Nico Reilly incarnée par l'excellente Kim Raver que l'on avait pu voir récemment dans Grey's Anatomy (en espérant qu'elle intègre Scandal prochainement). Au-delà du personnage et sa place professionnelle, ce que j'ai avant tout adoré c'est sa relation avec Kirb (ou Kirby Atwood, qui n'est pas affilié à Ryan Atwood de Newport Beach je vous rassure). Incarné par Robert Buckley (vu dernièrement dans 666 Park Avenue), ce personnage aussi charmant que gentil, va vivre une histoire d'amour avec Nico. Dans un premier temps ce sera une histoire de coucheries alors qu'elle va vouloir tenter l'expérience d'un mec plus jeune que son mari.

Durant la première saison (7 épisodes), nous allons donc vivre au rythme de cette relation plutôt bien menée. Bien que son issue soit assez logique et surtout bien trop prévisible quand l'on connait la condition de Charles, la série parvient malgré tout à faire couler la sueur au téléspectateur. J'avais toujours hâte d'enchainer un nouvel épisode. Je ne sais pas si j'aurais autant aimé Lipstick Jungle si j'avais regardé la série quand elle avait été diffusée, à un rythme américain. Disons que vu d'une traite c'est tout de suite beaucoup plus efficace et passionnant à la fois. On retrouve parfois derrière Lipstick Jungle un arrière goût de Sex and the City et la relation sulfureuse de Nico avec Kirb en est presque une sorte de symbolique. D'ailleurs, ce que j'ai bien aimé dans cette histoire c'est la manière dont elle évolue au fil des épisodes. Passant d'un plan cul à une vraie histoire d'amour non dissimulée (la saison 2 va même encore plus loin jusqu'à changer la donne).
Lipstick-Jungle-lipstick-jungle-4668717-400-268.jpgLe rapprochement avec la série de HBO n'est pas anodin étant donné que Lipstick Jungle est adaptée d'un livre de Candace Bushnell à qui l'on doit déjà le livre dont est adapté la fameuse série. Pendant ce temps, nous allons suivre les aventures de Wendy qui, à son poste de productrice, côtoie les plus grandes stars de la planète. Jusqu'au jour où elle va mettre toute sa confiance en un acteur mourant sans en avertir les équipes (ce qui va lui valoir de changer de direction professionnelle). L'histoire de Wendy et de Shane me rappelle un peu l'histoire des Scavo dans Desperate Housewives. Maintenant Wendy va pouvoir s'occuper de ses enfants, Taylor et Maddie, sauf que ces deux là vont sentir le manque de leur père (comme on était en droit de l'attendre bien entendu). Cela me rappelle donc encore plus la série de ABC et Lipstick Jungle utilise donc Brooke Shields dans le rôle de Wendy avec une certaine efficacité. J'aime bien cette actrice que j'avais déjà pu voir dans That 70s Show ou encore Nip/Tuck.

Ensuite nous avons son mari, quelqu'un de très talentueux mais qui reste bien trop modeste pour l'avouer. Il va rapidement se rendre compte qu'il a tout ce qu'il faut pour réussir et se mettre à… réussir. Durant la saison 2, Paul Blackthorne (que l'on voit actuellement dans le rôle du père de Laurel dans Arrow) va donc prendre un peu plus de place comme tous les hommes de la série. Il faut dire qu'ils avaient plus d'épisodes à remplir et donc forcément plus d'intrigues à nous raconter. J'étais cependant un peu plus réservé quant à Lindsay Price (une actrice poissarde mais que j'avais adoré dans Eastwick) dans le rôle de Victory Ford, une créatrice de mode en panne d'inspiration. En tout cas, son histoire manquait parfois d'un petit truc qui rend le téléspectateur accro. Il faut bien avouer que de toute façon la star de Lipstick Jungle était Kim Raver. Mais ce personnage va évoluer et prendre petit à petit de plus en plus de place dans la série. Pour mon plus grand plaisir puisque Victory est un bon personnage, solide et assez bien développé sur la longueur (uniquement).

Ainsi, Lipstick Jungle n'est pas une série parfaite, mais elle manie trois intrigues, trois personnages différents, toutes les trois amies, pour le meilleur comme pour le pire. C'est souvent déjà vu mais au fond il y a quelque chose de bien ficelé qui donne envie de voir la suite et encore la suite. Une fois les vingt épisodes engloutis (ce qui m'est arrivé en un week-end seulement), on se demande pourquoi elle n'a pas eu une nouvelle chance. Je me souviens cependant des audiences désastreuses de la saison 2 de la série, tuée bien entendue par la grève des scénaristes comme tout un tas d'autres choses.

Commenter cet article

delromainzika 28/07/2013 18:51


Elle n'a pas de fin. Cliffangher modéré. ^^

darkness 28/07/2013 18:40


La série à une fin ? Ou elle termine sur un vulgaire cliff ?