Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The Big Bang Theory : Théorie de la relative romance (Partie 1)

29 Décembre 2013 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Big Bang Theory

big_bang_theory_love_spell_potential.jpg

 

The Big Bang Theory // Saison 7. Episodes 1 à 11 (Partie 1).
BILAN


J’aime bien The Big Bang Theory mais ça je suppose que vous le savez déjà. Si l’an dernier le début de la saison était légèrement en dessous de mes attentes, cette année j’ai été beaucoup plus comblé. Ne serait-ce que pour plusieurs éléments comme Sheldon ou encore sa relation avec Amy qui va plus ou moins évoluer. Bien que rien ne soit encore enclenché à proprement parler, il y a des épisodes qui ne trompent pas. Comme l’épisode de Thanksgiving par exemple alors que Sheldon se transforme complètement chez les parents de Bernadette. C’était une brillante idée que de nous emmener chez les Rostenkowski. J’ai adoré le voyage et puis le père de Bernadette était tout simplement drôle et parfait compagnon pour Sheldon durant cet épisode. Mais cela permet également d’ajouter une certaine dimension émotionnelle dans le sens où Sheldon n’a jamais eu de père présent pour lui offrir une bière à Thanksgiving. C’était l’occasion pour lui de donner des liens avec quelqu’un qui aurait pu être le père qu’il n’a jamais eu et comme l’alcool monte vite à la tête de Sheldon, ce dernier va se transformer en vrai gouja et nous faire éclater de rires.

Certains disent souvent que The Big Bang Theory se repose un peu trop sur Jim Parsons et son talent humoristique. Je dois avouer que c’est assez vrai que Sheldon est le centre névralgique d’une comédie qui ne pourrait à mon sens pas être aussi bonne sans lui. Et encore pire, sans le personnage de Sheldon. Jim Parsons donne tellement de sa personne avec ce personnage que l’on a souvent l’impression de voir lui au travers de Sheldon et non plus un acteur. Il est cependant assez difficile de vous parler de The Big Bang Theory sans vous parler de Sheldon. A la fin de la saison précédente, Raj apprenait enfin à avoir confiance en lui. Du coup, je m’attendais à ce que la série use de ce retournement de situation pour permettre à Raj d’enfin devenir le tombeur qu’il aurait pu être s’il n’avait pas été autant bloqué face aux femmes. Cela ne change pas vraiment grand chose dans la dynamique de la série et ce même si Raj gagne en importance. Tout est plus ou moins relatif de toute façon dans cette série. Car si Raj surmonte sa rupture et la fin de son handicap dans les deux premiers épisodes de la saison…
5.jpg… par la suite Raj n’a plus vraiment l’importance qu’il pouvait avoir. Au fil des épisodes la série reprend plus ou moins sa mécanique, bien huilé sans conteste. Ce qu’il y avait de marrant dans les premiers épisodes de la saison c’est la tentative de créer des liens entre Sheldon et Penny. Je dois avouer que cette association a toujours le don de me faire rire. D’un côté car ce sont deux personnalités très fortes de la série et d’un autre côté car justement ils ne sont pas fait pour s’entendre. Ils sont tellement différents. Si cette relation de faces à faces a tendance par moment à être surnotée dans la série, elle était plutôt bien dosée au début de la saison. Autant dire que j’ai beaucoup apprécié ce que The Big Bang Theory a tenté de faire. Cela permet également de laisser Leonard plus ou moins de côté avant de le faire revenir en force. Malgré tout, on ne peut qu’être déçu par la non prise de risques chez les scénaristes de la série. Il manque toujours un léger je-ne-sais-quoi pour que le tout retrouve la fraicheur de la saison 5 (qui est pour moi l’un des grands virages de la série).

Je ne suis pas là à faire plus de reproches à la première partie de la saison 7 qu’à la première partie de la saison 6 étant donné que je pense avoir préféré celle-ci mais disons que The Big Bang Theory aurait pu faire les choses autrement. Peut-être en créant de nouvelles choses avec de nouvelles associations de personnages inattendues. C’est là que l’on nous a balancer « The Scavenger Vortex », l’un des meilleurs épisodes de The Big Bang Theory que l’on ait eu cette année. La chasse aux trésors que nous propose Raj va nous emmener encore une fois dans des coins assez classiques de la série (l’association Sheldon / Penny notamment) mais le tout est fait de façon efficace. Et surtout c’était hilarant. Cet épisode était soigné car au-delà des bonnes répliques à l’humour piquant il y avait également une vraie histoire et une sorte de recherche. Que cela soit chez Amy et Howard chantant les tubes de Neil Diamond (puisque durant la chasse ils vont découvrir qu’ils ont ça en commun). Au fond cet épisode de groupe est l’occasion rêvée de créer des liens entre les personnages. Des liens que l’on ne va pas bouder.
the-big-bang-theory-season-7-episode-1.jpgPour en revenir à Sheldon/Penny, cette association facile fonctionne toujours aussi bien et cet épisode nous l’aura encore une fois prouvé. Après la chasse aux trésors, la grosse référence à Indiana Jones alors que Amy regarde pour la première fois Les Aventures de l’Arche Perdue. Cet épisode (7.04) légèrement médiocre n’était pas à sa place à la suite de « The Scavenger Vortex ». C’était trop tôt. Mais ce qu’il y avait d’intéressant au travers de cet épisode c’était malgré tout la confrontation toujours efficace des idées d’Amy face aux points de vue de Sheldon. Surtout que ce dernier déteste qu’on lui montre qu’il a tord, notamment quand Amy démontre à son Sheldon adoré que son film préféré a de sérieux problème de cohérence. Cela permet également de faire une grosse référence à la pop culture américaine et cela fonctionne toujours dans The Big Bang Theory. Même si le tout était trop simpliste à mon goût. J’aurais tellement aimé que l’on cherche à creuser quelque chose plutôt que de rester en surface. Surtout que cela ne fait pas évoluer la relation entre Sheldon et Amy. A mon grand damne.

Mais tout d’un coup, rebondissement dans The Big Bang Theory : « The Workplace Proximity ». Un autre de ces bons épisodes que la série sait si bien faire. Le côté scène de ménages est un grand classique de la comédie mettant en scène des couples et là aussi cela fonctionne brillamment. Pourtant, je ne m’attendais pas du tout à ce que cela soit aussi drôle. Le point de départ de l’épisode était presque déjà vu mais rapidement les répliques fusent et le tout devient assez jouissif. Puis il y a « The Romance Resonance ». Encore une fois The Big Bang Theory sait comment s’y prendre pour nous faire rire et sans forcément exploiter Sheldon du début à la fin. Puisque cet épisode n’était pas le sien mais celui de Howard qui tente d’organiser une petite surprise pour l’anniversaire de Bernadette. Comme pour Raj au début de la saison, cet épisode permet à Howard d’être beaucoup plus présent. Bien que cela ne soit pas mon personnage préféré de la série, je dois avouer qu’il m’a beaucoup surpris et dans le très bon sens du terme. L’épisode permet également d’ajouter des bons sentiments que The Big Bang Theory n’a pas l’habitude d’exploiter aussi bien.
The-Big-Bang-Theory-Season-7-Episode-5-The-Workplace-Proxim.jpgJe trouve la série assez maladroite avec le registre mais ici tout est bien dosé. Comme quoi. C’est aussi dans cet épisode que Sheldon fait une découverte qui va changer sa vie dans « The Discovery Dissipation ». Encore une fois la série exploite le filon de Sheldon qui a peur des autres et qui n’a pas forcément envie de partager quoi que ce soit. Le personnage fait du Sheldon tout craché et cela reste parfait pour le téléspectateur que je suis. Je ne demande pas mieux. Surtout que même quand The Big Bang Theory joue la carte facile du classique, elle sait qu’elle va réussir à séduire. Cet épisode fait donc la part belle au personnage qui petit à petit éclipse plus ou moins tout le monde (même Howard et Bernadette qui accueillent Raj chez eux, tout en finissant pas regretter leur décision - sinon ce ne serait pas une comédie -). Cette salve d’épisode s’achève sur un épisode de Noël, « The Cooper Extraction ». Cet épisode utilise un gimmick assez usé des séries : le « et si… ». C’est quelque chose que l’on a l’habitude de voir ailleurs mais qui permet également de voir The Big Bang Theory sous un nouvel angle.

L’épisode était à la fois touchant et drôle. C’était d’ailleurs assez étrange car je ne m’y attendais pas le moins du monde. Notamment du point de vue d’Amy et de son gâteau. La première partie de la saison était aussi l’occasion de voir Bill Nye et Bob Newhart (déjà vu dans la saison 6) ou encore Kate Micucci. Des guests sympathiques qui s’ajoutent à une liste de personnages emblématiques.

Note : 6.5/10. En bref, une première partie de saison plus réussie que la salve de l’automne dernier. Cependant, malgré un départ sur les chapeaux de roue, le tout s’est un temps égaré. Dommage.

Commenter cet article

kharna7 15/01/2014 17:05


Thanksgiving se passe chez madame wolovitz et non chez les Rotenkowfki.Le pére de Bernadette est juste un invité :)

Scott 29/12/2013 22:00


* :)

Scott 29/12/2013 21:54


D'accord, et tu trouve la série comment ?

delromainzika 29/12/2013 21:48


@Scott : Si si je continue Mom :)

Scott 29/12/2013 21:42


Salut, très bonne critique, je suis assez d'accord dans le fait que la série a bien démarée mais qu'après elle a diminué. Mais bon j'aime toujours autant cette série ! PS: l'épisode de
thanksgiving était génial je trouve aussi !


D'ailleurs je sais pas si tu regarde la série Mom ? Car je sais que tu as juste fait la critique de l'épisode pilot !