Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Chicago P.D. Saison 2. Episode 12.

1 Février 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Chicago P.D

Critiques Séries : Chicago P.D. Saison 2. Episode 12.

Chicago P.D. // Saison 2. Episode 12. Disco Bob.


Avant le nouveau cross-over que nous prépare Chicago P.D., Chicago Fire et SVU, voici donc un épisode tout ce qu’il y a de plus classique pour cette série. On enquête cette semaine sur le double homicide d’une mère et de sa fille. Forcément, dans un premier temps le père est questionné et est le premier suspect mais notre équipe va mettre du temps avant de parvenir à mettre la main sur lui. Il en va de même avec Jordan, son fils. Burgess et Roman se retrouvent tous les deux sur l’affaire. J’aime bien la façon dont ces deux travaillent même si au fond c’est aller un peu trop rapidement pour Burgess. J’ai l’impression que Chicago P.D. n’a pas réussi à prendre son temps et l’on se retrouve donc avec quelque chose que l’on a déjà plus ou moins vu auparavant. Ce n’est pas forcément une faiblesse mais disons que dans une série policière comme celle-ci, qui doit faire des efforts pour nous surprendre, je n’ai malheureusement pas réussi à être surpris. Voight est-il de son côté un bon ou un mauvais flic ? C’est une question que l’on est tous en droit de se poser mine de rien. La frontière est mince et il semble franchir la ligne jaune à son gré. Et pourtant, dans cet épisode il n’en fait pas des tonnes, bien au contraire, je dirais même qu’il reste très en retrait par rapport aux autres.

A côté nous avons le père de Ruzek, incarné par Jack Coleman (Heroes, The Vampire Diaries). C’est une assez bonne surprise pour le coup alors que je ne m’attendais pas du tout à ce que cette partie de l’histoire aille dans ce sens là. La façon dont il a été présenté dans la bande annonce de l’épisode nous laissait attendre une sorte de méchant et finalement il n’était pas du tout méchant même si ce n’est pas le plus gentil des hommes qu’il puisse exister non plus. Il a un passé commun avec Voight (ce qui arrange forcément le scénario, permettant de créer petit à petit des liens de partout avec notre bon vieux Voight). Tout semble souvent tourner autour de lui. Je ne pense pas que la série cherche à trop en faire pour le moment au sujet de cette partie de la série mais bon, c’est probablement à surveiller. En grande partie car pour le moment ce personnage ne nous a pas démontré tout ce qu’il pouvait réellement nous apporter. « Disco Bob » est donc un épisode plutôt correct mais peu surprenant et surtout pas brillant. Il n’a de cesse de faire des sortes d’aller-retour, ne permettant pas vraiment de nous surprendre comme il se doit. Il y a des twists dans l’affaire de la semaine mais il y a aussi un léger creux.

C’est probablement ça le problème de Chicago P.D. avec cet épisode, de faire du remplissage le temps que le cross-over passe son apparition. Car cette série ne semble plus vivre que pour les cross-over désormais bien que l’épisode précédent avec Lindsay était une proposition complètement différente et donc intelligente. C’est ce genre de choses que j’ai envie de voir et pas des épisodes comme celui-ci qui ne surprennent personne, surtout quand on a déjà vu des tas d’épisodes de séries policières auparavant. Je connais les séries policières, je les connais très bien et je sais très bien ce qu’elles veulent nous raconter et comment elles veulent le faire. La mécanique de Chicago P.D. est pourtant beaucoup plus originale que la plupart des séries policières. Elle a des bases classiques mais elle utilise plusieurs éléments classiques afin de délivrer quelque chose de complètement différent et c’est ça qui mérite finalement toute mon attention et mon respect. Reste alors à voir ce que la suite de la saison va bien pouvoir faire étant donné que l’on n’est arrivé qu’à la moitié de la saison pour le moment et qu’il nous reste donc 12 épisodes.

Note : 4/10. En bref, déception de mise.

Commenter cet article