Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Chicago P.D. Saison 2. Episode 17.

2 Avril 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Chicago P.D

Critiques Séries : Chicago P.D. Saison 2. Episode 17.

Chicago P.D. // Saison 2. Episode 17. Say Her Real Name.


Ce que j’apprécie souvent dans Chicago P.D. c’est quand elle nous plonge dans le feu de l’action. Sauf que ce n’est pas ce qu’il y a de plus important pour la série. En effet, le plus important est apparemment ailleurs. Dans cet épisode une jeune femme est assassinée ce qui va nous envoyer sur une histoire de whodunit ce qui prend tout le monde aux tripes jusqu’au bout de l’épisode. Enfin, c’est ce qu’ils veulent nous faire croire. Car globalement, si l’épisode parvient à rester assez efficace dans son ensemble, il manque peut-être un petit quelque chose. On ne peut oublier le fait que notre petite équipe est prête à tout pour venir à bout d’une affaire, ce qui rend les personnages encore plus pugnaces et intéressants. Ils sont capable d’enfreindre la loi rien que pour résoudre une affaire. A quoi bon respecter la loi quand on peut venir à bout d’une histoire de meurtre vous allez me dire. Et je suis bien d’accord, peut-être que si tout le monde était comme notre équipe à la police criminelle, alors plus d’affaires seraient résolues. Je ne demande cependant pas de la corruption, ce qui est un autre problème. Je comprends que la police reçoive des plaintes de gens qui se plaignent d’avoir été maltraité, mais cela se passe réellement avec Voight et son équipe.

Le plus important dans cet épisode c’est qu’il permet de nous sortir des derniers épisodes un peu ennuyeux que Chicago P.D. avait pu nous délivrer. On a donc de l’action, une solide enquête qui évolue de façon intéressante et puis un peu d’émotions. Les émotions viennent de Ruzek. C’était compréhensible qu’il se retrouve dans cet état. Il était sous couverture et avait rencontré Felicia (celle qui a été retrouvée morte dans l’épisode). Il la connaissait bien et avait une relation complice avec elle. La série maîtrise bien l’aspect émotionnel de ses personnages. C’est important pour nous attacher à une série comme Chicago P.D. et pour le coup, je ne m’attendais pas nécessairement à ce que cette saison parvienne à nous offrir des choses aussi intéressantes que ce que l’on avait pu voir durant la première saison à ce sujet. Car les émotions (mis à part avec Burgess ces derniers temps), ce n’était pas forcément le plus important dans cette saison. La série a préféré s’attaquer à d’autres choses et notamment à des affaires différentes mettant surtout en scène nos personnages dans des dangers divers et variés. Cette affaire de la semaine était surtout gonflée au suspense. En tout cas, j’ai beaucoup aimé ce que fait la série du point de vue de Burgess.

Depuis quelques épisodes Burgess est devenue l’un des personnages les plus importants de Chicago P.D.. Je pense que c’est une bonne chose que de l’avoir mis en avant même si j’ai toujours aussi peur qu’ils en fassent des tonnes et qu’ils finissent pas nous lasser. Par ailleurs, Chicago Med semble également se préparer petit à petit alors que la série continue de nous introduire le spin off. Le frère de Halstead va faire partie du casting de la série mais j’ai vraiment hâte de voir ce que la suite va bien pouvoir donner car ce spin off a les moyens d’être une bonne série médicale. Will est donc un personnage qui permet aussi à Chicago P.D. de développer un peu plus son univers, sans compter qu’il apporte une légèreté dont l’épisode avait réellement besoin, surtout avec tout ce qui se passe du point de vue de Ruzek. La scène avec Platt était d’ailleurs l’un des meilleurs moments de l’épisode même si Platt ne semble pas l’avoir très bien pris. Ce n’est pas grave, de toute façon on ne peut pas être aimé de tout le monde. Finalement, cet épisode de Chicago P.D. choisit de nous délivrer des émotions, une pointe d’humour et un cas de la semaine diablement efficace sur le suspense et l’action. Que demander de plus.

Note : 7/10. En bref, je retrouve ici le Chicago P.D. que j’aime.

Commenter cet article