Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ties That Bind. Saison 1. Pilot.

21 Août 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ties That Bind

Critiques Séries : Ties That Bind. Saison 1. Pilot.

Ties That Bind // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Sheryl J. Anderson, ancienne scénariste de Charmed, débarque sur UP!, une petite chaîne câblée avec une création pour le moins pas très originale. Centrée sur le personnage d’Allison, incarnée par Kelli Williams (Lie to Me, NIH : Alertes Médicales), et son frère Tim, incarné par Luke Perry. En mélangeant à sa propre sauce, drame familial et série policière, Ties That Bind n’est pas ce qui se fait de plus original. On retrouve énormément de ce que Lifetime avait déjà tenté il y a quelques années quand elle voulait elle aussi sa série policière et qu’elle avait échoué lamentablement. Disons que ce qu’il y a de plus dommageable là dedans c’est que la série ne parvient pas vraiment à utiliser son précepte de base pour en faire quelque chose de fort émotionnellement parlant. On a beau avoir envie de comprendre la vie d’Allison, cette dernière est un personnage qui manque cruellement de profondeur. La série souffre d’une envie de faire tellement de choses à la fois qu’elle finit par ne pas faire grand chose. Beaucoup ont essayé avant Sheryl J. Anderson de faire fonctionner une telle série mais la plupart du temps, c’est une sorte de mixture presque indigente qui se moque surtout des téléspectateurs. Ici, ce n’est pas aussi horrible que cela aurait pu l’être mais ce n’est pas brillant pour autant.

Allison McLean est une inspectrice expérimentée de la banlieue de Seattle. Elle a une vie bien remplie, entre son travail dangereux et sa vie de famille. Mais quand la policière doit arrêter son frère, Tim, pour une agression, son monde s’écroule. Elle doit alors accueillir sous son toit les enfants de ce dernier, ce qui n’est pas chose facile.

Kelli Williams, que j’avais beaucoup aimé dans The Practice ou encore dans Lie to Me retrouve donc ici un rôle qui lui va plutôt bien. Si elle met tout son coeur à l’ouvrage (la pauvre, elle doit bien ça à sa carrière tant elle est au point mort), le scénario ne l’aide pas vraiment à sortir des balises qu’il vient lui poser encore et encore. Afin d’ajouter un peu de soupe populaire à tout ça, Ties That Bind ne veut pas être qu’une série policière qui suit des enquêtes (dont on se contre fou d’ailleurs) mais aussi une série familiale. De ce point de vue là nous avons le frère d’Allison qui est condamné. C’est la première chose que l’on voit dans ce pilote et je pensais justement que Ties That Bind allait capitaliser là dessus, créer une série forme avec un vrai fil rouge, loin des carcans et tentant d’offrir à son héroïne l’occasion d’être plus sombre. Sauf que non, ensuite on replonge dans le drame familial assez classique en son genre : des problèmes à gérer sa vie famille (et de la concilier avec son boulot), le fait que la condamnation de son frère la rende plus ou moins impopulaire auprès de ses deux adolescents car elle aurait été à le mettre en prison, des problèmes de couple avec son mari, Matt, incarné par Jonathan Scarfe (Hell on Wheels), sans parler des problèmes liés à d’autres choses de la vie personnelle d’Allison.

Par ailleurs, Ties That Bind n’est pas une série policière comme les autres. Elle a beau suivre un schéma, elle ne cherche pas à faire de son aspect policier un aspect spectacle. C’est appréciable mais cela ne donne pas vraiment d’élan à la série pour autant. Le drame familial est très imposant et tout ce qui est exposé dans ce premier épisode n’a pas forcément de grand intérêt. En tout cas de mon point de vue. C’est aussi peut-être pour cela que la série n’ose pas grand chose en parallèle. La série reste très sage dans la vie de son héroïne (elle ne sort pas des rangs, n’a pas de relation extra conjugale avec un de ses collègues, etc.). C’est peut-être même trop blanc comme neige à mon goût. Finalement, ce premier épisode de Ties That Bind a beau ne pas être totalement raté, il n’est pas pour autant très bon non plus. Je ne sais pas si j’ai envie de poursuivre l’histoire d’une série avec une bonne idée de départ qui utilise quelques balises pour avancer sans jamais vraiment sortir de ses gons. Il aurait été appréciable que la série soit légèrement différente, plus forte émotionnellement (car de ce point de vue là c’est complètement raté là aussi, il n’y a aucune vraie charme émotionnelle qui ressort de ce premier épisode). Tout est trop clair, trop générique, dommage.

Note : 4/10. En bref, malgré de la bonne volonté et certaines bonnes idées, l’ensemble manque cruellement de personnalité et de surprises.

Commenter cet article