Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[CLASSEMENT] - 27 - Wayward Pines (Saison 1)

31 Juillet 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Classement 2015-2016

[CLASSEMENT] - 27 - Wayward Pines (Saison 1)

L’été dernier apparaissait sur les écrans une série d’un genre étonnant. Au premier abord, elle avait tous les poncifs de la série estivale et puis au fil des épisodes, cette adaptation d’un roman d’anticipation, a su prouver sa valeur. Tout au long de la saison 1, Wayward Pines va créer la surprise, maitriser l’art du cliffangher en cassant la mécanique des révélations. En effet, au premier abord il est difficile de savoir comment vont fonctionner les histoires de chacun mais Wayward Pines s’en sort royalement bien. Les personnages sont toujours utilisés à bon escient et dès qu’une révélation arrive à l’épisode 4, on comprend que Wayward Pines est beaucoup plus intelligente que l’on ne pourrait l’imaginer. Je ne connaissais pas le roman dont la série est adaptée mais en dix épisodes, la première saison va réussir à concentrer tout un tas de choses sur la mythologie de la série (et qu’elle poursuivra dans la saison 2 sous une forme légèrement différente). L’une des vraies réussites de cette saison c’est d’avoir su faire autre chose avec ce que l’on connait déjà. J’avais adoré le premier épisode de Wayward Pines mais il n’apportait pas grand chose de neuf, c’était un simple retour de quelque chose que l’on connaît (et que l’on apprécie).

Accessoirement, Wayward Pines ne manque pas d’idées pour à chaque fois venir nous rappeler qu’elle n’est pas comme les autres. Cela passe par les idées narratifs, la façon de faire des révélations et tout un tas d’autres choses qui sortent du lot. Wayward Pines n’est pas la série que tout le monde attendait, cela a été une sorte de petit phénomène estivale (à petite échelle bien entendu) qui est sorti presque de nulle part. M. Night Shyamalan n’était pas l’homme à qui l’on devait faire confiance. Producteur de la série, ce dernier enchaîne les navets au cinéma mais a su ici produire quelque chose de véritablement bon, soigné et efficace. Si la saison 2 était très loin d’être aussi bonne, on peut au moins dire que Wayward Pines a su faire quelque chose d’efficace avec peu entre les mains. Certes aidée par le roman dont elle est adaptée, la série s’apprécie surtout pour l’enchainement sans temps morts. Les trois premiers épisodes sont là pour nous familiariser avec le lieu avant dès l’épisode 4, casser tout ce que l’on pouvait imaginer et nous révéler une histoire rocambolesque à laquelle on n’a pas tout de suite envie de croire (et qui finalement s’avère bien réelle).

Commenter cet article